Magazine Info Locale

Les drones : futurs outils des géographes ? l'Université de La Rochelle a mis au point un procédé unique en France d'analyse et de modélisation du trait de côte à partir d'un drone hexacoptère

Publié le 16 décembre 2014 par Blanchemanche
#drones
drone littoral
© Benouille
Malheureusement souvent relayés à la rubrique des faits divers, les drones ou aéronefs sans personne à bord télépilotés à distance, sont en train d'investir les rayons des centres commerciaux, ainsi que notre espace aérien. Loin des centrales nucléaires, une poignée de chercheurs s'est interrogée sur des possibles applications de ces machines pour observer les espaces sensibles que sont nos littoraux.
Suite à divers évènement climatiques (Xynthia, ou encore la série de tempêtes de l'hiver dernier…), l'Université de La Rochelle a mis au point un procédé unique en France d'analyse et de modélisation du trait de côte à partir d'un drone hexacoptère (drone multirotor à 6 hélices).
Différents tests et essais avaient déjà été réalisés en amont afin de vérifier la faisabilité de l'application et … ça marche.
Une innovation révolutionnaire ?
Des possibilités de cartographie des espaces à partir des photographies en très haute résolution réalisées, aux modélisations en 3 dimensions des cordons dunaires et ouvrages de défenses, les drones présentent un réel intérêt pour observer et analyser la loupe nos littoraux.
C'est une sorte de révolution en la matière.
En effet les multirotors permettent de voler presque par tout temps, avec des machines spécialement conçues pour, mais aussi et c'est un point intéressant, d'effectuer des vols avant et après les tempêtes.
Il est donc possible d'analyser les déplacements des sables, les mobilisations des ouvrages de défenses, les potentielles brèches dans les écosystèmes et ce, avec une très grande précision.
Bref, les géographes possèdent désormais des outils opérationnels à la pointe de la technologie pour comprendre ces environnements mobiles que sont les espaces littoraux. 
Les facteurs limitant des drones Toute innovation a ses failles et ces dernières sont bien connues des chercheurs. La première est conséquente, il s'agit du prix, cependant nettement moins chers que les traditionnels levers GPS qui prennent beaucoup de temps et coûtent assez cher. Mais aussi des campagnes de photographies aériennes réalisées par l'IGN ou d'imageries satellitaires, il n'en réside pas moins qu'un budget initial d'une dizaine de milliers d'euros est nécessaire pour mettre au point un premier prototype. Le montage d'un droneLe montage d'un drone © Benouille Ensuite, il faut aussi compter la formation d'un télépilote qui doit passer un brevet théorique d'aéronautique, pour pouvoir prétendre à faire évoluer des machines professionnellement dans l'espace aérien français. La législation étant stricte, il est nécessaire de se mettre en conformité avec cette dernière. Enfin, les multirotors n'ayant qu'une faible autonomie de vol une fois équipés, il est éventuellement nécessaire de réfléchir à d'autres moyens tels que les ailes volantes ou les Lidars embarqués pour pouvoir réaliser ces levers sur des surfaces plus grandes. Les drones ne servent pas uniquement qu'à figurer dans les rubriques des faits divers, ces derniers servent aussi déjà à améliorer notre compréhension des écosystèmes les plus complexes au monde que sont les littoraux, en perpétuelle évolution. Auteur Benouille 16 décembre 2014
Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/4161-drones-outils-geographie

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29324 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte