Magazine Musique

18 décembre : Happy birthday Pape Diouf, Laurent Voulzy & Brad Pitt

Publié le 18 décembre 2014 par Diesemag @diesemag

1787 : Le New Jersey ratifie la Constitution des États-Unis d’Amérique et devient le troisième État des États-Unis.
1865 : L’esclavage est aboli aux États-Unis par la proclamation du XIIIe amendement de la Constitution.

1958 : Indépendance du Niger, pays d’Afrique de l’Ouest steppique, situé entre l’Algérie, le Bénin, le Burkina Faso, le Tchad, la Libye, le Mali et le Nigeria. La capitale est Niamey. Les habitants sont des Nigériens, à ne pas confondre avec les Nigérians !

Ils sont nés ce jour !

1948 : Laurent Voulzy, chanteur français d’origine guadeloupéenne et interprète de « Belle Ile en mer, Marie-Galante », l’un des plus grands tubes des les années ’80.

Laurent-Voulzy

1951 : Pape Diouf, journaliste sportif et dirigeant de club de football franco-sénégalais.

Pape Diouf

1963 : Brad Pitt, acteur américain, il perce au cinéma au début des années 1990 grâce à son rôle de voleur dans « Thelma et Louise ». Il a depuis joué dans de nombreux films cultes: a reçu deux nominations aux Oscars, quatre nominations aux Golden Globe, et en a remporté un en 1995. Il est le premier à avoir été élu deux fois « Homme vivant le plus sexy » par le magazine People, en 1995 et 2000.

18 décembre : Happy birthday Pape Diouf, Laurent Voulzy & Brad Pitt

Brad Pitt et sa femme Angelina Jolie sont parents de MaddoxPax Thien, Zahara Marley, Shiloh Nouvel, Knox Léon et Vivienne Marcheline.

18 décembre : Happy birthday Pape Diouf, Laurent Voulzy & Brad Pitt

1970 : Miles Marshall Lewis, critique de pop culture afro-américaine, essayiste, éditeur littéraire, auteur de fiction et journaliste de musique. Diplômé du prestigieux Morehouse College, université destinée à former les élites noires américaines, promotion 1993.
Lewis est né dans le Bronx, New York, au commencement de la culture hip hop au début des années ’70. Il a fui les États-Unis pour Paris en 2004 par réaction à la guerre en Iraq (2003-2006). Son premier livre, un essai, « Scars of the Soul Are Why Kids Wear Bandages When They Don’t Have Bruises », décrit comme « un descriptif des rites de passage sophistiqués des B-boys » – a fait de Lewis un critique de la culture américaine dans un style directement inspiré de Joan Didion, mêlant des réflexions personnelles à une analyse sociale et de l’humour.

Miles


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Diesemag 18637 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte