Magazine Voyages

Le souk et les tanneries de Marrakech

Publié le 26 décembre 2014 par Bourlingueur @jonathancusteau

Le souk et les tanneries de Marrakech

Souk de Marrakech


Le souk et les tanneries de Marrakech

Souk de Marrakech

La deuxième journée à Marrakech devait être notre dernière en ville avant de poursuivre notre route. On nous a dit qu'il était préférable de réserver les billets de bus plusieurs heures d'avance parce que les places sont beaucoup plus limitées que dans les trains.
Notre destination suivante, Fès, pouvait être atteinte en train en environ cinq heures. Pour économiser du temps et de l'argent, nous avons toutefois opté pour le bus de nuit, en sept ou huit heures, ce qui nous permet de voyager dans un temps où nous ne ferions rien de toute façon. Du même coup, nous économisons sur les frais d'hébergement.
Pour réserver le billet, il est possible de se rendre à la station de bus elle-même ou de trouver de petits commerces qui réservent les billets pour nous. Il y en avait un au deuxième étage d'un boui-boui, tout près du Café de Paris. La petite pièce était remplie de Marocains qui y venaient pour utiliser l'internet, jouer à des jeux vidéo en ligne ou simplement acquitter les frais d'une quelconque facture. Il faut prévoir plusieurs minutes pour réaliser la transaction. Le système informatique de l'endroit rappelle les années 1990...
De là, nous nous sommes plongés dans le souk, le marché, avec ses étals entassés les uns sur les autres. On y trouve à peu près de tout et il n'est pas impossible de s'y perdre si notre sens de l'orientation fait défaut. Agoraphobes s'abstenir.
Nous n'avons rien acheté, mais il y avait bien quelques trucs intéressants : des peintures, des épices, des instruments de musique. On peut aussi y acheter des animaux comme des tortues et des caméléons... Sachez qu'il vous faudra négocier...
Nous nous sommes ensuite égarés volontairement jusqu'à un secteur de la médina qui n'est pas très touristique. Les rues sont plus désertes, les commerces moins présents. C'est là qu'on nous a offert de visiter une tannerie. On nous a dit que c'était journée de festival et qu'il fallait vraiment s'y rendre, ce que nous n'avons évidemment pas cru. Sinon, les festivals à Marrakech sont particulièrement discrets.
À l'entrée, on nous donne des feuilles de menthe, pour atténuer l'odeur. Attention au prix convenu... On tentera de vous charger le double à la sortie. Et si vous envisagez de visiter Fès, il est inutile de perdre son temps dans une tannerie de Marrakech.

Le souk et les tanneries de Marrakech

Tannerie de Marrakech

À la sortie de la tannerie, nous avons décidé d'explorer encore. Tous les coins de rue, il se trouvait quelqu'un pour nous dire que nous étions égarés, qu'il n'y avait rien à voir par là. C'est à peine si on nous donne le droit d'explorer par nous-mêmes sans que nous cherchions nécessairement à visiter quoi que ce soit.
Un attrait qui vaut le détour est la medersa Ali ben Youssef, une ancienne école coranique. Vrai que la plupart des pièces qu'on y trouve sont vides, mais la cour est particulièrement jolie et a nécessité beaucoup de travail.

Le souk et les tanneries de Marrakech

Medersa Ali ben Youssef

Les musulmans voudront probablement s'arrêter aussi à la mosquée Ali ben Youssef, où il n'est pas permis d'entrer pour ceux qui pratiquent une autre religion. Les Marocains prennent cette directive très au sérieux et vous le rappelleront si vous demandez votre chemin pour trouver la mosquée.
« Pourquoi la mosquée? Êtes-vous musulman? » Donc même quand on s'intéresse à sa localisation, ça inquiète la population locale. Mon ami Burak, musulman, s'est même fait engueuler parce qu'il sortait de la mosquée avec son air de touriste. «Ce n'est pas un musée», qu'on nous a crié, même si j'attendais sagement à la porte que mon ami revienne.
En soirée, nous avons pris un taxi pour nous rendre à la station de bus. Il a fallu négocier fort pour qu'un chauffeur accepte de mettre le compteur. D'emblée, la plupart refusent en disant que ce n'est pas comme ça que ça fonctionne dans ce pays. À force de les ignorer, on finit par en trouver un qui suivra les règles.
À noter que la plupart des touristes utilisent la compagnie de bus CTM, jugée fiable. Les Marocains ne respectent pas toujours le numéro de leur siège dans ces bus, alors il est possible que votre place soit déjà occupée si vous tenez au siège spécifiquement réservé pour vous. Et pour une nuit dans un bus, assurez-vous qu'on ne vous attribuera pas les sièges de la dernière rangée, adossés au mur, qui ne s'inclinent pas.
Le souk et les tanneries de Marrakech


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bourlingueur 1864 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine