Magazine Autres sports

Lendemain de veille footballesque: les wild cards

Publié le 05 janvier 2015 par Sixverges
Lendemain de veille footballesque: les wild cardsMieux vaut tard que jamais, nos petites notes sur le weekend qui fut...
-Le weekend des wild cards nous offre assez rarement des duels entre vraies équipes d'élite mais il me semble que c'était encore plus flagrant cette année. Aucun des clubs gagnants ne semble avoir la moindre chance de se rendre au Super Bowl...à part peut-être les Ravens.
-Les susmentionnés Oiseaux Mauves sont vraiment les Devils de la NFL. Les autres clubs espèrent que Baltimore ne sera pas des playoffs car s'ils y sont, ça va faire du trouble.
-J'ai très hâte de voir le match Colts-Broncos. Indy n'a rien à perdre et en éliminatoires, la moindre chose peut ébranler le psyché de Peyton Manning. Je m'attend à une couverture médiatique très intense, mettons.
-Je demeure épaté du gros match de Jonathan Stewart, un gars dont j'avais oublié l'existence. Malgré tout, les Panthers devraient se faire torcher à Seattle.
-Il y a un solide mix de coaches poches qui passent des entrevues ces jours-ci: Pat Schurmur, Josh McDaniels, Eric Mangini...Come on. Les Bills songeraient même à promouvoir Jim Schwartz de DC à instructeur-chef...Some people never learn.
-Pendant ce temps, les candidats potentiels refusent de passer une entrevue pour devenir DG des Jets. Est-ce que Jim Popp aura finalement sa chance? C'est du sarcasme.
-Difficile de croire que Larry Fitzgerald a disputé son dernier match avec les Cardinals. Il aura vraiment mis l'organisation sur la mappe. On lui souhaite de se trouver un QB compétent...
-Sérieusement, les dirigeants de Fox doivent être en extase d'avoir un match Cowboys-Packers la semaine prochaine. La rotation des horaires a placé ce match à 13h00 dimanche et ça les empêchera sûrement de battre des records de cote d'écoute mais c'est sûr que les casual fans seront au rendez-vous.
-Ça doit être plate en calvaire d'être un fan des Lions. L'équipe a connu de longues années de grande noirceur et dès qu'il y a le moindre espoir, le ciel leur tombe sur la tête.
-Cela dit, Jim Caldwell aurait du y aller sur le 4e et 1 suivant le "picked-up flag". Les circonstances s'y prêtaient et si Detroit avait marqué un touché, ils auraient gagné le match. Caldwell s'en tire bien.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sixverges 1945 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines