Magazine Design et Architecture

Maisons a pans de bois

Publié le 09 janvier 2015 par Aelezig

Une maison à colombages ou maison à pans de bois est une maison constituée de deux éléments principaux :

  • Une ossature de bois,
  • Le hourdage, qui forme les murs et qui a un rôle de remplissage et de raidisseur. Il est fait de briques (crues le plus souvent), de moellons ou de matériaux légers comme le torchis ou le plâtre.

z01

Allemagne

Le terme de « colombage » vient du mot colombe, attesté en 1334 au sens de « poutre dans un mur » et non du fait de l'oiseau du même nom.

Cette technique, connue dans l’antiquité romaine sous le nom d'opus craticium, a été utilisée en France au moins dès le Haut Moyen Âge jusqu’au XIXe siècle. Dès le XVIIe siècle et durant tout le XIXe siècle, on plâtre les façades de ces maisons afin de leur donner un aspect plus luxueux et moderne. Mais de nombreuses maisons à colombage subsistent un peu partout en Europe et des plans de restauration sont mis en œuvre afin de conserver ce type d’habitat considéré comme un patrimoine architectural.

Les différentes techniques

Les murs de la maison reposent généralement sur des éléments de maçonneries (le solin) qui protègent le bois de l’humidité du sol. Parfois, tout le premier niveau est fait de pierres.

La technique des bois longs a été utilisée principalement au début du Moyen Âge. Les poteaux montent d’un seul trait, du bas de la maison vers le haut. Les pièces horizontales viennent alors s’assembler dans les pièces verticales. Les raisons de son abandon sont multiples. Tout d’abord, beaucoup de ces maisons étaient construites à même le sol, et non sur un socle en pierre, sans isolation du bois qui pourrissait donc facilement. De plus, à partir du XIIIe siècle, le bois long se raréfie, tout particulièrement en ville. Il était en outre bien difficile d’apporter de longs poteaux dans les ruelles étroites et sinueuses des villes médiévales. Cette technique a donc été abandonnée progressivement pour laisser place à la technique des bois courts. Cependant à certains endroits, on assiste à la réapparition de la technique du bois long dès le milieu du XVIIe siècle et plus généralement au XVIIIe siècle, favorisée en partie par la disparition des encorbellements, dans des villes comme Vernon ou encore davantage à Rouen.

z02

France

La technique des bois courts a donc généralement pris le pas sur les bois longs. On n’utilise plus de longs pans mais des bois plus courts qui facilitent la construction, tout particulièrement en ville. Un poteau forme un niveau. Cette forme de construction va permettre le développement des maisons à encorbellement.

Ce terme est dérivé de corbel, forme ancienne de corbeau, là encore dans le sens architectural, sans rapport avec l'oiseau ! Ce système de construction permet de porter une charge en surplomb. Les maisons vont donc avoir un ou plusieurs étages, en saillie sur le rez-de-chaussée. Certaines maisons peuvent avoir deux, trois, voire exceptionnellement quatre étages en encorbellement. Cette construction en a plusieurs avantages : elle permet de gagner un peu de place dans les étages, mais surtout elle évite aux eaux de pluie de s’écouler sur la façade ; chaque étage protége l’étage inférieur.

Cependant, peu à peu, ce système est interdit. Il comporte en effet de nombreux désagréments. Les rues médiévales, assez étroites, se trouvent encore plus réduites par les encorbellements, ce qui les assombrit ; l'absence de lumière et de chaleur favorise les maladies. D’autre part, ce système pose des problèmes de sécurité lors des incendies, assez courants dans les villes médiévales. Et puis un effet de mode n'est pas négligeable : les maisons de la renaissance italienne tentent.

Histoire

Les colombages en bois sont un mode de construction courant dans les habitations romaines.

La maison dite gothique, car sa période de construction correspond à la fin du gothique, se développe après la guerre de Cent Ans. Le rez-de-chaussée comporte parfois une boutique. Elle est constituée d’un ouvroir qui donne sur la rue, ouvert la journée, et que l’on ferme la nuit avec des volets de bois. Le toit est à pignon sur rue. Les fenêtres prennent peu à peu de plus en plus d'importance, afin de donner davantage de clarté à l’intérieur ; parfois même, elles se développent sur toute la largeur de la façade. Le décor de la maison se fait à cette époque plus présent : tout élément en bois peut être sculpté. Les maisons sont peintes, parfois dans des tons assez vifs, mais le plus souvent avec du sang de bœuf. Cette peinture a disparu au cours du temps ou a tout simplement été ôtée plus tard. 

z03

France

Durant la Renaissance, on constate peu de modifications dans la technique de construction. Le principal fait réside en la disparition progressive des encorbellements, due aux interdictions. On utilise davantage la pierre ; certaines maisons à pans de bois ont les deux premiers niveaux construits dans ce matériau. La principale innovation est dans la décoration, qui a tendance à s’inspirer des décors italiens : on abandonne peu à peu le décor gothique pour des pilastres, chapiteaux, moulurations, volutes, corniches… Les parties les plus ornées sont les sablières, fenêtres et portes.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, ces maisons se font à cette époque plus sobres. On continue de construire dans le style des bois courts ; mais les fenêtres s’allongent et les façades sont en général plus simples et s’adaptent aux lignes droites de l’ordonnance générale.

Aujourd'hui

Beaucoup de villes et villages français, comptent de beaux exemples de constructions à colombages. La Normandie est probablement avec l'Alsace, la région qui en compte le plus grand nombre. Mais quasiment toutes les provinces de France en ont.

Malgré les nombreuses destructions durant la Seconde Guerre mondiale, plus d'un million de maisons à colombages subsistent en Allemagne. Les constructions de ce type imprègnent toujours de nombreux centres historiques de villes et de villages. Seules les régions situées au sud de la Bavière sont exemptes de ce type de construction. Il en va de même dans la plus grande partie de l'Autriche.

z04

France

Suite à l'immigration allemande on trouve également des maisons à colombages au Brésil.

De nombreuses maisons à colombages sont visibles aussi bien dans les villes que dans la campagne danoise. L'habitat rural traditionnel évoque celui de Normandie orientale de par la longueur, la faible largeur et le toit de chaume de ses maisons. Cependant, la technique du colombage y est de nature différente et basée sur des bois courts.

Les constructions à colombages ont été introduites par les immigrants européens au XVIIe siècle en Amérique du Nord et au XIXe siècle en Australie. Aux États-Unis l'influence britannique est dominante, mais on y retrouve également des caractéristiques des colombages des Pays-Bas, d'Allemagne du Nord et de France. Il reste par exemple une maison à colombage à La Nouvelle-Orléans, ville qui abrite majoritairement des maisons à pans de bois construites par les Français avant le grand incendie du XVIIIe siècle. La ville a été rebâtie différemment pendant la domination espagnole au siècle suivant.

On peut trouver quelques rares exemples de maison à colombages dans l'Italie du nord, notamment au Piémont, à Côme en Lombardie et à Bologne.

On rencontre des maisons à colombages au nord de la Pologne, dans les anciennes régions prussiennes. En polonais le colombage est désigné par « mur prussien » et est considéré comme typiquement allemand. C'est pour cette raison qu'après la Seconde Guerre mondiale beaucoup de ces maisons ont été recouvertes de crépi afin de masquer le colombage.

z05

Danemark

On retrouve de nombreuses maisons à colombages dans certaines parties de la République tchèque, en particulier dans les districts autrefois germanophones de Bohême. Ces bâtiments présentent des similitudes avec les constructions des régions voisines allemandes. Les plus connues sont les maisons de la région de l'Egerland.

L'architecture médiévale anglaise avait vu la construction de nombreuses maisons à colombages qui ressemblaient souvent aux constructions françaises. De nombreuses villes et régions anglaises comptent encore de belles constructions à colombages, tel York, East Anglia, Warwickshire, Worcestershire, Herefordshire, Shropshire ou Cheshire. Dans ce dernier comté, le manoir Little Moreton Hall est un des plus beaux exemples de maison à colombages anglais.

Les constructions à colombages ne se rencontrent que dans l'extrême sud de la Suède, dans les provinces anciennement danoises de Scanie (en particulier à Ystad et Lund) et de Halland. Style et solutions techniques reproduisent les modèles danois.

Quelques maisons à colombages subsistent en Turquie, notamment dans les vieux quartiers d'Istanbul, à Safranbolu et à Ankara.

D'après Wikipédia


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte