Magazine Politique

"JE SUIS CHARLIE" A LA ROCHELLE: tout simplement inimaginable

Publié le 11 janvier 2015 par Blanchemanche
#JeSuisCharlie
Crédit photo : Franck Moreau - Ville de La Rochelle

La Rochelle: 70.000 habitants.
Or nous étions plusieurs dizaines de milliers de Charlie entre la Place de l'Hôtel de Ville, le port et la médiathèque Michel Crépeau* 
La participation à la mobilisation de La Rochelle a été réévaluée à 30 000 personnes. Un flux interrompu: la lente marche était ouverte par un groupe compact, serré, solidaire, emmêlé de très jeunes gens, des lycéens avançant avec une belle gravité suivi par le peuple rochelais et charentais.
Bien avant d'arriver au centre-ville, chacun comprenait que nous allions participer à un événement historique et unique.
Déjà des familles entières, des couples avec leurs bébés dans leurs poussettes, leurs enfants sur leurs épaules tenant des pancartes "je suis Charlie", des amis, des bandes de copains et de copines des crayons à la main, des badges "je suis Charlie" scotchés sur leur blouson, ralliaient le coeur de cette ville à nulle autre pareille, encore plus "belle et rebelle" aujourd'hui.
Puis la foule s'est vue bloquée loin de l'Hôtel de Ville d'où le défilé se mettait tout juste en place dans les rues piétonnes, puis de passer sous l'imposante Tour de l'Horloge et le long du quai Dupeyré, de la Ville en Bois, du Musée maritime sous un beau soleil...Oui, du jamais vu, de l'inimaginable.
Pas de chants, pas à ma connaissance de Marseillaise, pas de cris ni de slogans, seuls, de temps à autre, le crépitement des applaudissements roulant d'une rue à l'autre au passage du cortège. Beaucoup de tenue et de retenue. Souvenons-nous que La Rochelle fut jadis et reste une ville protestante.
Quel étrange paradoxe: avec des amis qui nous sont chers, alors que nous pleurons, au sens propre et au sens figuré, ces dessinateurs satiriques dont l'humour nous a accompagné peu ou prou depuis les années 1960 et les autres victimes de ces meurtres imbéciles, nous nous sommes dits que l'espoir, cet espoir mille fois déçu depuis l'élection de François Hollande, cet espoir pouvait, devrait renaitre.
Qui sait? notre président vient de se révéler autre, vient d'agir comme le vrai chef d'Etat que nous attendions. L'ancien président et les anciens premiers ministres de droite ne sont s'y pas trompé, qui faisaient m'a-t-il semblé très pâle figure sur les marches de l'Elysée - l'ont probablement senti.
Si donc Hollande, Valls et leur gouvernement savent si je puis dire saisir la balle au bond (!), la France, notre France pourrait enfin repartir.
Mais il faudrait pour cela maintenir notre mobilisation pour obtenir gain de cause. Oui à la fierté d'être français mais aussi, dans un même geste, oui à la fierté de notre culture...
Ce qui impliquerait, de la part de ce gouvernement de changer du tout au tout, d'oser. Oser relancer la culture et non la réduire à sa plus simple exception, oser la réforme fiscale que nous attendons, oser vraiment le grand mouvement écologique et environnemental, abandonner ces projets foireux d'aéroport sans utilité, ces centrales nucléaires dangereuses...
Si Hollande, Valls et autres Cazeneuve, qui viennent de prouver qu'ils peuvent être clairvoyants, intelligents, habiles sont assez courageux pour lancer ce mouvement que nous attendons tous, alors, oui, nous échapperons à l'extrème-droite et cette vieille droite dont nous ne voulons surtout pas et qui sinon prendront le dessus.
PS. Je suis étonné que l'on ait si peu parlé de l'inventeur de cette phrase magnifique "Je suis Charlie". Seuls à ma connaissance Le Monde et Sud-Ouest Dimanche ont évoqué la genèse de ce slogan. Son créateur s'appelle Joachim Roncin, directeur artistique de l'hebdo gratuit "Stylist".
Contrairement à ce qu'avance dans S.O Frédéric Martel, Joachim Roncin ne s'est pas inspiré de la fameuse phrase de John Kennedy "Eich bin ein Berliner". Du moins consciemment. Etonné de ne pas avoir entendu d'interview de Joachim Roncin ce grand communicant à la radio ou à la télé.
D'aucuns me diront que ce n'est pas important. Pas sûr, quand on voit à quel point ces trois mots courent tout autour de la planète. (Voir la couverture du Courrier International spécial Je suis Charlie). Quand on entend à quel vitesse non seulement cette phrase a été reprise mais est entrée dans notre langue, comment ne pas deviner qu'elle est fondatrice d'une France à venir et d'un état d'esprit que nous pressentons obscurément?
Toujours à ce propos, j'ai trouvé pour le moins malheureux, maladroit et pour tout dire prétentieux, le discours d'un intellectuel qui se voulait intelligent - et qu'il l'est, il s'agit de Todorov, au Journal 3D de Stéphane Paoli - faisant une analyse totalement erronée de "Je suis Charlie", évoquant une formule "encombrante"...Je meurs!
PPS. De même, La Rochelle ne fait pas apparemment partie du panel des chaines radio et télé. Dommage. Espérons que nous verrons des images de cette marche...

http://blogs.mediapart.fr/blog/claude-hudelot/110115/je-suis-charlie-la-rochelle-tout-simplement-inimaginable

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29324 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines