Magazine Banque

Le constat amiable électronique, un élan de coordination dans l’assurance

Publié le 13 janvier 2015 par Sia Conseil

Le constat amiable électronique, un élan de coordination dans l’assurance Cristallisant le virage numérique entamé par les assureurs, le constat électronique permettra d’envoyer directement un constat à son assureur via un smartphone.

Cette nouveauté a pour objectif d’entrainer une simplification des déclarations d’accident ainsi qu’une réduction des délais de traitement. A terme l’e-constat devrait totalement se substituer à son ainé papier.

Depuis le 1er décembre 2014, L’association française de l’assurance (AFA) fournit aux compagnies d’assurances un portail central permettant aux assurés de déclarer leurs sinistres automobiles. Sous l’impulsion de la plateforme collaborative européenne du nom d’Euresa, dont la volonté est d’étendre l’e-constat progressivement à tous les pays européens, l’AFA a réussi à rassembler l’ensemble des assureurs dommages français dans une démarche collective. Créée en 2007, l’AFA a pour objectif d’exprimer publiquement des positions communes à tous les assureurs français afin de garantir une forte représentation du secteur.

Les Français recourent de manière croissante aux technologies mobiles, le smartphone devient ainsi le moyen pratique pour gérer tous les aspects du quotidien. Selon la Mobile Marketing Association France, le nombre de mobinaute, en forte progression, atteindrait déjà 46,2% de la population française en 2013. Forts de cette tendance, les assureurs cherchent à se rapprocher de leurs clients en leur offrant un constat totalement électronique possédant une valeur juridique tout à fait similaire à son homologue papier.

Les avantages d’une action groupée

Pour répondre à cette demande, nombreux sont les assureurs qui ont voulu développer leurs propres applications mobiles. Ces applications se sont multipliées, parfois de façon désordonnée, un même assureur pouvant en proposer jusqu’à quatre différentes. Outre le retour sur investissement souvent faible de ces applications, elles répondaient en général de manière imparfaite aux attentes d’une clientèle qui a souvent rejeté l’aspect commercial présent dans chacune d’elle.

Avec l’initiative collective du constat électronique, l’AFA permet aux assureurs de partager les coĂťts d’investissement en offrant un portail unique et reconnu par tous, s’adressant ainsi à tous les assurés français. De plus, les utilisateurs sont souvent sensibles à la valeur ajoutée présente dans les applications fournissant un complément de service comme c’est le cas pour l’e-constat.

Développé par l’entreprise française DARVA, l’e-constat est conçu afin de faciliter la prise de renseignements. Concrètement, la déclaration d’accident se fait en 7 étapes, allant de l’indentification de l’assuré à la signature électronique. Un pré remplissage des informations personnelles de l’assuré est disponible ainsi que plusieurs  fonctionnalités telles que la prise de photos, la géolocalisation ou encore la possibilité de faire un croquis directement sur son téléphone. A la fin du processus d’enregistrement, l’assuré reçoit un SMS et un e-mail confirmant l’envoi du constat à son assureur ainsi qu’une version PDF de ce dernier.

La dématérialisation accroit la productivité

Selon l’AFA, chaque année les assureurs français s’occupent de la gestion de plus de 5 millions de constats. Cette innovation devrait entrainer une réduction des coĂťts de traitement ainsi qu’une meilleure gestion des flux grâce à une automatisation informatique des processus de traitement interne. Par voie de conséquence, le délai et la pertinence de la réponse apportée aux clients devraient aussi être améliorés. Selon une étude de l’école nationale d’assurance, les coĂťts de gestion et de remboursement des sinistres absorbent 80 % des primes collectées par les compagnies d’assurance. En améliorant une partie du processus de gestion d’une activité aussi importante, celles-ci espèrent voir leurs coĂťts de gestion chuter rapidement.

De plus, la dématérialisation des constats est en adéquation avec la charte de développement durable de l’AFA officialisée en 2009. A travers celle-ci, l’AFA essaye notamment d’apporter une réponse globale aux problématiques environnementales propres au secteur de l’assurance. On y retrouve des initiatives comme la lutte contre le changement climatique et plus généralement la préservation de l’environnement.

Une innovation qui soulève des inquiétudes

Malgré ces enjeux économiques et environnementaux, le groupement des assureurs de France estime que seulement 10% des constats seront traités de manière électronique la première année. En effet, le périmètre de prise en compte de l’e-constat ainsi que l’accoutumance des français pour le support papier pourraient entraver sa popularisation. En effet, l’e-constat n’est utilisable qu’en cas de sinistre 100% matériel, il nécessite de surcroît une connexion internet et ne fonctionne qu’à condition que les deux véhicules impliqués soient immatriculés en France.

Du côté du syndicat des experts indépendants (SEI), l’arrivée de l’e-constat entraine bon nombre d’interrogations. Les experts craignent des dérives de la part des assureurs qui émettraient un jugement uniquement sur la base des photos envoyées par l’assuré et se passeraient de faire appel aux experts pour établir une reconnaissance exacte des dégâts causés par l’accident.

Une initiative collective qui ouvre la porte à d’autres projets d’envergure

Au-delà de l’e-constat proprement dit, cette démarche collaborative entre assureurs semble prometteuse et pourrait être étendue à de nombreuses autres initiatives. Une commission vient ainsi d’être créée au sein de l’AFA afin de gérer de manière centralisée quelques-unes des opportunités numériques émanant  du secteur de l’assurance. On pourrait imaginer que celle-ci encourage des  dispositifs du type « Pay How You Drive » en mettant à disposition des assureurs un boitier de collecte de données reconnu par tous, pouvant être embarqué dans la voiture de leurs clients (charge aux assureurs de se différencier ensuite par leur politique tarifaire). Enfin, suivant le succès que rencontrera l’e-constat, l’AFA pense déjà à étendre ce point d’accès unique de déclaration de sinistres à d’autres sujets comme les dégâts des eaux ou les catastrophes naturelles.

Sia Partners


Tags :

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sia Conseil 159 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines