Magazine Design et Architecture

CALAIS (Pas-de-Calais)

Publié le 14 janvier 2015 par Aelezig

Calais est une commune du Pas-de-Calais. Elle est la première ville du département par sa population et sa superficie, bien qu'elle n'en soit pas le chef-lieu, cette fonction revenant à Arras. Elle est également la première ville française de liaison avec la Grande-Bretagne grâce à son port, premier port français de passagers, et au tunnel sous la Manche.

En 1224, Philippe Hurepel (aussi dit Philippe de France), comte de Boulogne et fils de Philippe Auguste, fait fortifier la ville d'un mur flanqué de petites tours, signe de l'importance stratégique de cette dernière. Trois ans après, il y fait élever un vaste donjon, qui sera démoli en 1560 pour être remplacé par une citadelle. La ville actuelle est la réunion de l'ancienne ville de Saint-Pierre, cité industrielle, et du Courghain, la cité de Calais originelle, cité de pêcheurs.

z05

Hôtel de ville

Lors de la guerre de Cent Ans, le roi Édouard III d'Angleterre, issu de la maison angevine des Plantagenêts, revendique la couronne de France. Après avoir remporté la victoire à la bataille de Crécy-en-Ponthieu en 1346, recherchant une ville portuaire qui serait la clef pour le débarquement de ses troupes en France, il se presse d’aller faire le siège de Calais. La ville est cependant protégée par les marais qui l'entourent et qui sont envahis par les eaux à chaque marée, et elle est défendue par une garnison placée sous le commandement d’un chevalier originaire de Bourgogne, Jean de Vienne. Mais les Anglais tiennent la ville. Des navires génois, au service de la France, réussissent à forcer le blocus, ainsi que des navires normands et des marins d’Abbeville, pour ravitailler Calais et ses assiégés, ce qui s'avérera impossible, Édouard III ayant bloqué l’entrée du chenal avec des obstacles de toute nature…

Le blocage de tous les passages menant à Calais empêchant le roi de France d’intervenir, Jean de Vienne, pressé par la population de Calais assiégée depuis onze mois, demande à parlementer avec le roi anglais sur la reddition de Calais à condition d’épargner la population et la garnison. Furieux de la résistance de Calais, Édouard III voulait en massacrer la population, mais il accepte néanmoins, aux termes de cette négociation, de l’épargner à la condition que six notables viennent à lui, tête et pieds nus, avec une corde autour du cou pour être pendus : ce seront Eustache de Saint Pierre, Jehan d’Aire, Pierre de Wissant et son frère Jacques, Jean de Fiennes, et Andrieux d’Andres. À leur arrivée auprès d’Édouard III, ces six bourgeois de Calais sont toutefois sauvés grâce à l’intervention de l’épouse du roi anglais, Philippa de Hainaut, qui, fondant en larmes, implore son mari de les épargner. Édouard III accepte encore de faire grâce, mais exile tous les Calaisiens qui ne lui font pas serment d’allégeance pour les remplacer par des citoyens anglais. Face à l'hôtel de ville de Calais, l’original des neuf copies du monument exécuté par Auguste Rodin, Les Bourgeois de Calais, est érigé en commémoration de cet évènement.

Devenue division administrative parlementaire, Calais envoie, à partir de 1372, des représentants à la Chambre des communes du Parlement d'Angleterre. Pendant ces années, Calais est considérée comme faisant partie intégrante du royaume d’Angleterre. Son commerce de l’étain, du plomb, du tissu et des laines lui vaut d’être qualifiée de « joyau le plus brillant de la couronne anglaise ».

z06

Les Flamands irrités contre l’Angleterre qui maltraite leurs marchands se soulevent et le duc de Bourgogne, furieux d’apprendre que ses ambassadeurs ont été malmenés à Londres, déclare la guerre à l'Angleterre : il prend quelques possessions anglaises telles le château d’Oye, Sangatte, Vaucliguen et diverses autres forteresses des environs. Puis, il vient faire le siège de Calais en juin 1436 avec des milices flamandes ainsi qu’avec des troupes levées en Picardie et en Bourgogne

Mais les Flamands se découragent et le siège est finalement levé.

Il faudra attendre le XVIe pour que le duc François de Guise, lieutenant général du royaume d'Henri II, profite de l’affaiblissement de la garnison anglaise et du délabrement des fortifications pour reconquérir Calais. Cette perte est considérée par la reine Marie Tudor comme un affreux malheur. Elle aurait, à l’annonce de cette nouvelle, dit : « Après ma mort, si vous ouvrez mon coeur, vous y trouverez, les noms de Philippe (son mari) et Calais.»

En 1595 ou 1596, Calais est capturée par les Espagnols, mais l’Espagne la rend en 1598 à la France.

Au XVIIIe siècle, le port de Calais est fort ensablé. Ses activités de pêche et de commerce disparaissent peu à peu. La contrebande avec les Anglais perdure encore quelques années pour disparaître au profit des havres de Boulogne-sur-Mer et de Dunkerque. Calais n'a plus de port.

z07

Le théâtre

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, du 22 mai 1940 au 26 mai 1940 a lieu le siège de Calais. Après l’invasion de la France par les forces allemandes, la région est administrativement rattachée par le Reich à la Belgique. Lla ville était détruite à 73 % à la fin de la guerre .

La ville est aujourd'hui confrontée à l'arrivée massive de migrants de tous pays, fuyant la misère ou la guerre, pour gagner l'Angleterre, réputée offrir de bonnes conditions de travail. Les bidonvilles grandissent, sont détruits par la police, renaissent ailleurs... Un dossier explositf. 

Visitée en 2003.

D'après Wikipédia


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte