Magazine Cinéma

[Critique] Imitation Game

Par Wolvy128 @Wolvy128

4-étoiles

Affiche imitation game
Retour aujourd’hui sur Imitation Game, un film du réalisateur norvégien Morten Tyldum (Headhunters) avec Benedict Cumberbatch (Alan Turing), Keira Knightley (Joan Clarke), Matthew Goode (Hugh Alexander) ou encore Mark Strong (Stewart Menzies). Inspirée de faits réels, l’histoire prend place en Angleterre en 1940. Alan Turing, mathématicien et cryptologue de génie, est chargé par le gouvernement Britannique de percer le secret de la célèbre machine de cryptage allemande Enigma, réputée inviolable.

Récompensé du prix du public au festival international du film de Toronto (TIFF) en septembre dernier, le film a reçu depuis un accueil favorable dans la plupart des festivals où il a été présenté. Et à juste titre puisqu’il se révèle particulièrement réussi !

L’histoire incroyable de ce héros méconnu au destin tragique est en effet extrêmement captivante. D’abord pour la double narration totalement maîtrisée qui alterne efficacement les moments passés et présents pour aborder plusieurs facettes du personnage, et ainsi lui conférer une belle complexité. Mais aussi, et surtout, pour la prestation convaincante de l’ensemble du casting, Benedict Cumberbatch en tête. L’acteur anglais livre effectivement une nouvelle performance de tout premier ordre dans la peau de ce génie complètement en marge de la société. Avec beaucoup de charisme et de nuances, il parvient à insuffler à son personnage une émouvante sensibilité. A ses côtés, Keira Knightley ne démérite pas et offre une mise en perspective intéressante du héros et des fêlures qui semblent le caractériser.

Photo imitation game
Côté mise en scène, la réalisation de Morten Tyldum s’avère plutôt soignée, bien qu’un peu trop classique peut-être, et se met totalement au service du récit qu’elle raconte. Un récit qui doit d’ailleurs beaucoup à la richesse du scénario de Graham Moore, basé sur la biographie d’Alan Turing par Andrew Hodges. Non seulement celui-ci rend magnifiquement hommage au rôle majeur joué par Alan Turing dans le renversement de l’empire nazi durant la Seconde Guerre Mondiale, mais il met également parfaitement en évidence l’engagement et les sacrifices que ce rôle a exigé. Au final, seule la fin aurait peut-être mérité d’être moins expéditive et de développer davantage une des étapes importantes de la vie de Turing. Le long-métrage n’en souffre toutefois pas car le scénario s’avère dans l’ensemble suffisamment riche que pour offrir au personnage toute la profondeur qu’il mérite. Enfin, signalons aussi la superbe BO d’Alexandre Desplat qui confère au film énormément de relief et d’émotion.

En définitive, Imitation Game se révèle donc être un drame historique particulièrement captivant. Emmené par un Benedict Cumberbatch convaincant, le film fait la lumière sur un héros méconnu de l’histoire et sur l’aide capitale qu’il a fournie aux Alliés durant la Seconde Guerre Mondiale, ainsi que sur l’apport technologique indéniable de ses travaux. A voir !



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Wolvy128 10317 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines