Magazine Rugby

Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ?

Publié le 19 janvier 2015 par Sudrugby
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? Keven MEALAMU (Talonneur)
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? James PARSONS (Talonneur)
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? Charlie FAUMUINA (Pilier Droit)
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? Tony WOODCOCK (Pilier Gauche)
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? Patrick TUIPULOTU (2e Ligne)
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? Steven LUATUA (2e ou 3e Ligne)
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? Luke BRAID (3e Ligne)
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? Jerome KAINO (3e Ligne)
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? Jimmy COWAN (Demi de Mêlée)
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? Bryn HALL (Demi de Mêlée)
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? Simon HICKEY (Demi d'Ouverture)
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? Francis SAILI (Centre)
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? Pita AHKI (Centre)
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? Frank HALAI (Ailier)
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? George MOALA (Utility Back)
  • Blues – Parent pauvre de la conférence Neo-Zed ? Charles PIUTAU (Utility Back)

Leur saison 2014

2014 fut globalement une mauvaise année pour les Blues. Bons derniers de la conférence néo-zélandaise, 10ème dans le classement général, un ratio négatif avec 7 victoires et 9 défaites, une seule et unique victoire à l’extérieur, rien ne va. Si l’on s’en tient là, les Blues restent à la veille du prochain Super Rugby une équipe somme toute médiocre, destinée au bas de tableau et au volume de jeu produit moribond. Mais ce constat est clairement à nuancer. Voire à renier. En effet, les Blues ne tiennent leur rang aussi peu honorable qu’à la qualité exceptionnelle de la poule néo-zélandaise. Limitée dans sa capacité à gagner des matchs au pays du long nuage blanc – 5 défaites sur 8 possibles – les Blues n’ont pu suffisamment se rattraper sur le reste. De plus, cette place de dernier est trompeuse en raison de l’homogénéité et du haut niveau de la conférence kiwi. Derniers en Nouvelle-Zélande, les Blues auraient été quasiment 2èmes en Afrique du Sud, à la même hauteur (37 points) que les Bulls de Pretoria (38 points). On peut globalement scinder le classement général à partir de la 11ème place juste derrière les Blues 10ème : à partir de là les équipes ont bel et bien loupé leur saison. Stormers, Lions, Reds, Cheetahs et autres Rebels ont eux littéralement été mauvais, ce dont on ne peut pas dire complétement des Blues. Longtemps même les Blues ont flirté avec la 6ème place. Mais comme beaucoup d’équipes chaque année, il n’a manqué qu’une victoire pour intégrer le wagon des candidats au titre. Les Blues font simplement partis de cette zone grise, ce ventre mou du Super Rugby, situation comme chaque année cruelle décrivant le niveau average de quelques équipes.

Quatrième attaque en termes de points marqués (24.7 en moyenne), les Blues surpassent Sharks, Brumbies, Chiefs et Hurricanes. En moyenne les joueurs d’Auckland ont cassé 19 plaquages par match, stat largement au-dessus de la moyenne en Super Rugby. De quoi en faire l’une des meilleurs attaques du championnat et ainsi légitimer grandement le volume de jeu produit. Les Blues ont pu s’appuyer sur un pack solide emmené par Jerome Kaino, souverain en mêlée, précis en touche (1 ballon perdu tous les 11 lancers), fort dans les duels. Ce pack devrait rester en 2015 l’un des principaux atouts des Blues. Le jeu au pied fut relativement bon et permit une occupation et une possession majoritairement à leur avantage. Non, ce qui a péché reste bel et bien la défense. Ici constat inverse, les Blues sont la 5ème équipe ayant encaissé le plus de points (24.7 par match) avec en moyenne plus de 16% de plaquages manqués, ce qui reste élevé, même en Super Rugby. Ainsi, en regardant de plus près on s’aperçoit bien que la saison des Blues reste relativement injuste. Ici, le classement ne vaut pas le niveau réel des Blues. Mais John Kirwan sait à quoi s’atteler cette saison.

Le staff

Mick Byrne Blues All Blacks

Mick Byrne quitte cette année les Blues pour se concentrer sur les All Blacks

John Kirwan justement reste le patron de la franchise, bien qu’il voie son staff remanié. Mike Byrne, excellent entraîneur des avants, doit quitter les Blues momentanément et se consacrer pleinement à son poste au chevet des All Blacks, coupe du monde oblige. Glenn Moore, entraîneur depuis plus de vingt ans en ITM Cup et en Super Rugby le remplace. Graham Henry a lui arrêté son partenariat avec les Blues en tant que conseiller, l’entente escomptée n’a finalement que peu marché. Le préparateur physique Wally Rifle quitte lui-aussi la maison Blues et est remplacé par Jason Price de chez Auckland. David Hill devient lui le coach attitré des skills, en provenance des Kurita Water Gush au Japon. Enfin Grant Doorey reste le coach des arrières, Nick White le spécialiste de la mêlée et Isa Nacewa complète l’apport d’Hill en termes de skills.

Les transferts

Benji Marshall Blues Super Rugby Salford

Benji Marshall, le gros échec du recrutement 2014 des Blues

Pas de grosses pertes ni de grandes recrues, voilà à quoi s’est tenue l’intersaison du côté d’Auckland. Il est vrai que les Blues devront faire sans Ma’a Nonu, de retour aux Hurricanes. La perte peut sembler conséquente et elle l’est quoi qu’on on en dise mais Nonu n’a pas eu une influence si grande que ça sur le jeu l’an passé. Il fut plutôt irrégulier même si son apport au centre de l’attaque ne fut pas négligeable. D’autres joueurs expérimentés parfois de grand nom sont partis. On pense en premier lieu à Piri Weepu, en escale aux London Welsh. Mais là encore – et bien plus que pour Nonu – la perte de Weepu n’est pas conséquente, tant son influence fut moindre l’an passé avec en parallèle l’émergence de Bryn Hall. Tom Donnelly est également parti, transfuge compensé par le retour à la compétition de Culum Retallick (saison blanche l’an passé). La semaine dernière Peter Saili a été annoncé à Bordeaux Bègles. Même s’il était performant, Saili n’était pas réellement titulaire. L’ouvreur Chris Noakes est lui aussi parti du côté de la Premiership mais là encore ce n’est pas une grande perte, Noakes a davantage été pointé du doigt l’an passé pour ses défauts que ses qualités, notamment dans l’animation du jeu. Quant à Benji Marshall, ce fut un flop complet, le kiwi est reparti vers le sport d’où il venait : en Super League. Mal acclimaté au XV, à un poste en particulier, peu patient quant à sa découverte du jeu et surtout quelque peu discrédité par Kirwan, Marshall n’a jamais eu l’effet escompté, lui qui s’imposait comme le grand n°10 des Blues. Sont à souligner les départs de Jackson Willison (Grenoble) qui offrait une doublure sûre au centre, de Tom McCartney (Connacht) qui était bien utile par sa polyvalence pilier/talonneur et de Liaki Moli (libre) qui fut un temps un bon espoir en seconde ligne. Jordan Manihera recruté pour pallier les blessures en 3ème ligne est parti, Albert Nikoro, Kane Barrett, Soane Takulua, Baden Kerr – ces trois derniers n’ont pas joué du tout l’an passé – ont été libérés.

Hamish Northcott Blues Manawatu

Hamish Northcott, belle pioche pour les Blues.

Côté arrivés rien de sensationnel. Jimmy Cowan revient néanmoins au pays après son expérience anglaise à Gloucester, transfert intéressant en termes d’expérience et de profondeur de banc. Josh Bekhuis (Highlanders) et Daniel Bowden (Leicester) de la même façon apporteront de la profondeur de banc et pourraient être titulaires parfois. Remarqués avec Auckland en ITM Cup, Ben Lam et Joe Edwards intègrent le groupe et pourront éventuellement avoir un peu de temps de jeu. Le wider training group est sans doute le plus décevant de la poule néo-zed. On note la présence de Matt Vaega, frère de Cardiff en échec chez les Hurricanes en 2014. Au final, le plus beau coup des Blues est l’arrivée d’Hamish Northcott, premier centre excellent avec Manawatu qui à 22 ans forme un des grands espoirs du squad de la franchise voire de Nouvelle-Zélande.

Retrouvez le détail des transferts ici.

L’équipe poste par poste

Découvrez tout d’abord, l’effectif 2015 des Blues pour le Super Rugby.

Tony Woodcock Blues Super Rugby

Après deux saisons délicates, Tony Woodcock espère revenir fort

La première ligne constitue l’une des grandes forces des Blues et constitue l’un des meilleurs packs du Super Rugby. On retrouvera Tony Woodcock qui n’a guère joué avec les Blues depuis deux ans. Parti faire une pige aux Highlanders en 2013 et souvent blessé en 2014, Woodcock saura être de nouveau le titulaire privilégié par Kirwan. Régulièrement titulaire ces dernières années, Sam Prattley apporte de la mobilité et constitue une bonne doublure de Woodcock. Autre loosehead prop, Greg Pleasants-Tate venu de North Harbour et membre du wider training group, pourra éventuellement jouer s’il y a des blessures. A droite, Charlie Faumuina constitue un grand atout pour les Blues. Constant en Super Rugby et en équipe nationale, Faumuina apporte par sa puissance, sa tenue en mêlée et son savoir-faire d’avant. Angus Ta’avao s’impose comme le premier remplaçant à droite. Comme Pratlley, Ta’avao a souvent été amené à être titulaire ces dernières années. Performant avec Taranaki cet été, il offre une doublure sûre. Derrière Ofa Tu’ungafasi est toujours un grand espoir (22 ans, 1m95, 129 kg) au poste en Nouvelle-Zélande mais peine à s’imposer, même comme impact player. 2015 semble être la bonne année pour. Au talonnage on retrouvera bien sûr Keven Mealamu. Le centurion All Black et cadre des Blues apportera de son expérience et sa puissance pour ce qui pourrait constituer à bientôt 36 ans sa dernière saison. Étonnant débutant chez les All Blacks de par l’hécatombe de blessures à ce poste, James Parsons constitue un dauphin de choix. Enfin Matt Moulds intègre le wider training group après de bonnes prestations avec Northland en ITM Cup.

Patrick Tuipulotu Blues Auckland

Pat Tuipulotu doit confirmer sa saison dernière d’exception

En deuxième-ligne, la franchise pourra tout d’abord compter sur Pat Tuipulotu. Grande révélation des Blues l’an passé à 21 ans, Tuipulotu combine mobilité, habilité balle en main et puissance. Il devrait être le titulaire de choix dans le second row. Ce sera néanmoins à lui de confirmer son arrivée époustouflante en Super Rugby cette saison. Tuipulotu devrait être associé à Culum Retallick. Frère du grand Brodie, Culum Retallick devrait retrouver une place de titulaire après une saison blanche l’an passé. Sa puissance et son sens du combat font autorité. Il devrait souvent alterner avec Hayden Triggs et Josh Bekhuis, d’un niveau similaire. Les deux sont de bons preneurs en touche. Enfin William Lloyd a intégré le wider training group et pourra être promu dans le groupe s’il réalise de bons entrainements.

Jerome Kaino Super Rugby Blues

Jerome Kaino, nouveau capitaine des Blues.

Les Blues retrouveront globalement leur excellente troisième-ligne de l’an passé. A commencer avec Jerome Kaino. Revenu de sa pige au Japon, Kaino a tout simplement été irrésistible l’an passé. Elu meilleur joueur du Super Rugby en Nouvelle-Zélande, Kaino a toujours été à la pointe du combat, a beaucoup apporté en défense et en touche. Il a d’ailleurs été élu capitaine des Blues cette année, rôle qui devrait très bien lui convenir, tant Kaino est désormais un leader de terrain et de vestiaire. Il devrait être aligné en n°8 même si sa polyvalence en n°6 a souvent été appréciée par Kirwan. Luke Braid sera quant à lui aligné côté ouvert en n°7. Braid est exceptionnel dans sa capacité à être toujours au soutien, au plaquage, avec son jeu après-contact et sa présence dans les zones de rucks bien qu’une place chez les All Blacks semble compromise de par la concurrence au poste. Si le flanker a été déchu de son rang de capitaine, c’est sans doute davantage par son départ annoncé à la fin de la saison du côté de Bordeaux-Bègles que par méforme. Il restera un leader de premier ordre. Enfin Steven Luatua complète le back row titulaire. Luatua est précieux pour Kirwan dans sa grande activité, sa disponibilité balle en main et ses talents de sauteurs en touche. Il pourra dépanner en deuxième-ligne, notamment en fin de match. Peter Saili a été ses deux dernières saisons le quatrième homme idéal de cette troisième-ligne. Un remplaçant sera connu dans les prochaines semaines étant donné son départ précipité – et très surprenant d’ailleurs en début de Super Rugby avant même de terminer son contrat en 2014. Il ne devrait selon toute vraisemblance être titulaire. Brendon O’Connor, excellent capitaine d’Hawke’s Bay est un remplaçant de choix pour Kirwan et dépanne admirablement bien en tant que troisième-ligne aile. L’an dernier dans le wider training group, le flanker d’Auckland Joe Edwards intègre le groupe. Il est possible qu’il fasse quelques matchs. Grand espoir au poste de flanker Blake Gibson rentre dans le wider training group, à à peine 19 ans et devrait beaucoup apprendre.

Jimmy Cowan Blues Super Rugby

Retour de Jimmy Cowan au pays après un passage par Gloucester

Au poste de demi de mêlée grande concurrence entre un nouveau venu dans la hiérarchie des n°9 en Nouvelle-Zélande (Bryn Hall) et un revenant All Black (Jimmy Cowan). Les deux joueurs devraient se partager la place de titulaire au chevet de l’attaque. Bryn Hall – en pleine ascension à 23 ans – part peut-être favori après être devenu titulaire l’an passé à la place de Weepu. Il est relativement difficile de connaître ce que vaut Cowan en Super Rugby aujourd’hui mais il devrait d’une manière ou d’une autre apporter aux Blues. Les deux joueurs restent relativement similaires dans leur jeu, même si Hall est peut-être plus dynamique. Jamison Gibson-Park complète le trio de demis de mêlée. En pleine progression il peut espérer quelques matchs en titulaire.

Simon Hickey Blues Auckland Super Rugby

Simon Hickey, enfin le demi d’ouverture qu’il manquait aux Blues ?

Grandes questions pour grands enjeux au poste de demi d’ouverture. Le poste fut clairement le problème récurrent chez les Blues ces trois dernières années. En témoignent les pâles performances de Chris Noakes l’an passé, incapable de transformer le jeu d’attaque des Blues à hauteur de ce qu’il valait. C’est ainsi que Simon Hickey (21 ans) et Ihaia West (23 ans) ont percé au poste l’an passé. C’est Hickey qui au final a joué le plus de matchs après que Noakes soit « contraint » de laisser sa place. Admirable buteur (87% de réussite l’an dernier), précis au pied, propre dans ses passes et bon animateur, Hickey n’affole pas les foules mais fait admirablement bien ce qu’il fait. Son style de jeu et son physique (1m76, 83kg) rappellent un certain Aaron Cruden. West dans un style complètement inverse est un grand attaquant, toujours sur le fil du rasoir prêt à attaquer la ligne d’avantage. Il doit progresser comme animateur maestro à la Hickey. Les deux joueurs sont vous l’avez compris complétement opposés. Si à première vue cela semble être un casse-tête pour Kirwan, cette différence de style pourrait être une façon d’orienter le schéma de jeu voulu en fonction des adversaires et des circonstances. A voir ce que le staff décidera mais complexe encore cette année de faire émerger un titulaire solide et stable au poste chez les Blues. D’autant plus que le kiwi Daniel Bowden est arrivé de Leicester après quatre années en Angleterre. Peu performant la saison dernière, Bowden n’apparaît pas comme titulaire même si sa polyvalence demi/centre sera appréciée. Bowden fut joueur des Highlanders et des Crusaders de 2008 à 2010 avant de partir en Angleterre.

Pita Ah Ki Blues Super Rugby

Pita Ahki, étoile montante au centre

Ma’a Nonu étant parti, la place de premier centre est vacante. Elle devrait revenir à Françis Saili. All Black il y a deux ans en récompense d’une saison exceptionnelle, Saili est été clairement moins en vue l’an passé. L’année de la confirmation qu’était la dernière n’a pas porté ses fruits, même en ITM Cup avec North Harbour. Saili part favori même si on peut donner un certain nombre de réserves sur ses qualités. Il peut aussi jouer second centre. En second centre justement, la logique voudrait que ce soit George Moala titulaire. Mais pris dans une sale affaire criminelle, il n’est pas sûr que Moala commence le Super Rugby voire même qu’il le dispute tout simplement. Dommage, le meilleur marqueur d’essai des Blues l’an dernier offrait sa puissance et son punch en attaque. Il joue tout autant sinon mieux ailier. Derrière Saili et Moala, grande interrogation. Plusieurs joueurs d’un niveau similaire seront en concurrence et pourront bien remettre en cause la pole de Saili et de Moala. D’abord Pita Ahki (22 ans) progresse bien depuis deux saisons. Bon ball runner, il pourrait participer à plus en plus de matchs, comme ce fut déjà le cas l’an passé. Il est plus à l’aise en second centre. Ensuite Daniel Bowden pourrait très bien s’il convainc Kirwan être aligné en premier centre, ce qui offrirait un premier centre passeur et habile au pied. Hamish Northcott – dont on vous disait le plus grand bien – pourrait créer la surprise en tant que nouvelle recrue. Alliant puissance de perforation et gestion d’attaque à la main, Northcott peut sans problème faire des apparitions récurrentes sous le maillot des Blues voire même percer complétement, car le garçon en est capable. Matt Vaega arrive chez les Blues dans le wider training group. Charles Piutau pourrait éventuellement jouer second centre, poste qu’il a déjà occupé mais son repositionnement n’est pas d’actualité pour le moment en Super Rugby. Ben Lam peut lui-aussi jouer centre. En réalité comme souvent dans les compositions de 3/4 en Super Rugby, la paire de centre devrait souvent muter.

Charles Piutau Blues Super Rugby

Charles Piutau, l’un des All Blacks des lignes arrières

A l’aile, compliqué également de distinguer deux titulaires clairs. Moala y a souvent été aligné, cela dépendra s’il joue centre (et de ses problèmes judiciaires). Frank Halai devrait également être un titulaire récurrent par ses talents de finisseur (13 essais en deux saison avec les Blues) même s’il a clairement été moins en vue l’an passé. Mais Tevita Li annoncé depuis quasiment trois ans maintenant comme the next big thing du rugby kiwi pourrait bien s’imposer pour de bon après quelques performances remarquées l’an passé. Attention à ne pas oublier Lolagi Visinia qui progresse d’année en année. A l’aile comme à l’arrière, il fait parler ses talents de relanceur. Ben Lam – promu dans le squad après de bonnes performances avec Auckland – pourrait également se révéler au plus haut niveau à 23 ans. Il était déjà dans le squad des Blues en 2012 mais n’avait joué qu’un match. Enfin Melani Nanai a séduit tout son monde après seulement cinq apparitions en ITM Cup avec Auckland et est promu dans le wider training group. A l’arrière Charles Piutau apparait comme le titulaire indiscutable et même comme le joueur le plus talentueux de cette ligne de 3/4. Il apportera punch, vitesse et finition. Il peut jouer également ailier et centre. Lolagi Visinia et Tevita Li peuvent tous deux le suppléer.

Notre pronostic

Titrer « Les Blues parent pauvre de la conférence néo-zed » n’a rien d’une fatalité. Bien au contraire. C’était inverser le propos pour mieux le démonter. On a pu le constater assez facilement : les Blues possèdent un bon effectif, même si ce n’est pas le meilleur en Nouvelle-Zélande. Sur le papier, ils peuvent prétendre à une place dans les six premiers. Le volume de jeu produit devrait être à la hauteur, notamment par un pack expérimenté et puissant. Les éléments de doute viennent davantage des lignes arrières, très jeunes (le plus vieux dans notre XV type proposé a 24 ans) et souffrant de la comparaison avec celles des Crusaders et des Hurricanes. La paire de demi a été ces trois dernières saisons un véritable couac pour la franchise et c’est souvent ce qui a bloqué les Blues à parvenir à un meilleur niveau. On peut donc émettre quelques doutes quant à la qualité d’effectif et l’osmose du groupe. Néanmoins les Blues commencent sous la houlette de Kirwan présent pour sa troisième saison désormais à avoir une vraie force de groupe et l’équipe monte en puissance. Le staff est très complet et plusieurs éléments nous laissent à croire que les Blues peuvent sortir du lot cette année.

Vous l’avez compris, si la dernière place des Blues n’a rien d’une fatalité il est difficile de déterminer le niveau de la franchise cette année. D’un côté elle n’a depuis trois saisons dépassé le rang de la 10ème place, avec un effectif globalement stable. Mais de l’autre rien ne fait des Blues une équipe nécessairement en-dessous des Highlanders ou des Hurricanes. C’est donc typiquement une équipe du ventre mou du Super Rugby : souvent agréable à regarder autour d’un jeu alléchant, elle enregistre trop de contre-performances pour prétendre au titre. L’irrégularité se paie et les Blues devront gagner hors de leurs bases, notamment en Nouvelle-Zélande. Au final, tout est possible cette année pour des Blues qui ne manqueront – quoi qu’il en soit – en aucun cas d’ambition.

Equipe type probable:

1. Tony Woodcock – 2. Keven Mealamu – 3. Charlie Faumuina – 4. Culum Retallick – 5. Patrick Tuipulotu – 6. Steven Luatua – 7. Luke Braid – 8. Jerome Kaino – 9. Bryn Hall – 10. Simon Hickey – 11. Tevita Li – 12. Francis Saili – 13. George Moala – 14. Frank Halai – 15. Charles Piutau

Blues Super Rugby 2015 jersey


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sudrugby 8173 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines