Magazine Médias

MONDE > Grèce : large victoire de Syriza

Publié le 26 janvier 2015 par Fab @fabrice_gil

MONDE > Grèce : large victoire de Syriza Grèce : large victoire de Syriza" border="0" title="MONDE > Grèce : large victoire de Syriza" />

Alexis Tsipras le 3 janvier 2015 à Athènes I ©AFP/Archives - Angelos Tzortzinis

Le parti de gauche radicale anti-austérité, a devancé de plus de huit points le parti de droite au pouvoir selon un sondage sortie des urnes. Il a obtenu ainsi entre 146 et 158 sièges au Parlement, 151 marquant la majorité absolue.
"L’avenir commun de l’Europe, ce n’est pas celui de l’austérité", a déclaré Alexis Tsipras, leader du parti de gauche radicale grec Syriza après avoir voté aux législatives. L’homme, 40 ans, que tous les sondages ont désigné comme le futur Premier ministre grec, et dont le mot d’ordre était de renégocier la dette du pays auprès de ses créanciers internationaux, a voté dans son quartier de Kypseli, au milieu d’une foret de micros et de caméras de tous les pays. A sa sortie, il s’est exprimé en grec, puis en anglais : "notre avenir commun en Europe n’est pas celui de l’austérité, c’est celui de la démocratie, de la solidarité et de la coopération", a-t’il dit.En début de soirée, le porte-parole de la gauche radicale, Panos Skourletis, a estimé que le résultat des législatives "semble être une victoire historique" pour son parti et un "message pour l’Europe". C’est "un message qui n’affecte pas seulement les Grecs mais qui résonne dans toute l’Europe et apporte un soulagement", a déclaré Panos Skourletis après la publication du premier sondage sortie des urnes, qui crédite Syriza d’une très large avance sur la droite au pouvoir.
Au final, Syriza, l'a emporté une très large victoire devançant de plus de huit points le parti de droite au pouvoir. L’écart va ainsi de 8,5 à 16,5 points, bien au-delà des derniers sondages, pour ce scrutin crucial pour le pays et pour l’Europe. Le partie a obtenu 149 sièges au Parlement sur 300, 151 marquant la majorité absolue. Une victoire saluée par une explosion de joie au kiosque du parti, en plein centre d’Athènes. Le parti d’Alexis Tsipras a obtenu entre 35,5% et 39,5%, tandis que Nouvelle Démocratie du Premier ministre Antonis Samaras était crédité de 23 à 27%. Alexis Tsipras, 40 ans, deviendrait le plus jeune Premier ministre du pays depuis 150 ans. Le coeur du programme de Syriza est de mettre "un terme à l’austérité" et de renégocier la dette immense du pays, à 175% du PIB.
Jean-Luc Mélenchon, fondateur du Parti de gauche (PG), a qualifié à son tour de "moment historique" pour l’Europe, la victoire de la gauche radicale en Grèce; Le communiste Pierre Laurent saluant "un encouragement extraordinaire" pour la gauche "anti-austérité" en France. "C’est une page nouvelle pour l’Europe. Peut-être que nous tenons l’occasion de refonder l’Europe, qui est devenue l’Europe fédérale des libéraux", a affirmé M. Mélenchon dans l’émission BFM Politique sur BFMTV, pour qui le succès de Syriza "est une lame de fond". Selon lui, "les Grecs sont peut-être en train de faire sauter ce carcan et grâce à eux, peut-être qu’on va pouvoir remettre sur la table toutes les données qui nous rendent la vie infernale en Europe. Peut-être, oui, je le dis, c’est un moment historique". Quand "l’histoire s’accélère, c’est un pur moment de bonheur", a affirmé l’homme de gauche, un large sourire sur son visage. Interrogé sur "la chute du parti socialiste" grec (Pasok), l’ex-candidat à la présidentielle de 2012 a parlé de "son remplacement comme force progressiste par Syriza" du fait du résultat. "J’espère" qu’en France "nous (serons) capables de créer un élan comparable à celui de Syriza en Grèce(…) le PS, son sort est réglé, c’est une affaire de temps" car "son logiciel est totalement périmé", a-t’il ajouté.De son côté, interrogé sur la même chaîne, le numéro un du PCF Pierre Laurent s’est dit "absolument ravi". "Maintenant que la victoire semble extrêmement large, beaucoup plus large que ce qu’on pouvait imaginer, c’est un immense espoir qui nous saisit, un vrai bonheur pour le peuple grec, mais au-delà du bonheur pour nous tous en Europe". "Ce soir, le peuple grec (...) a vaincu la peur (...) Je crois qu’en France tous les espoirs sont permis après une victoire pareille en Grèce. En tout cas, c’est un encouragement extraordinaire pour nous qui travaillons au rassemblement des forces de gauche anti-austérité".FG

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fab 4306 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines