Magazine Info Locale

Centre Aquatique : Point sur le projet avant les travaux

Publié le 26 janvier 2015 par Pierre-Alain Dorange

Centre Aquatique : Point sur le projet avant les travaux

La piscine actuelle (Parc François 1er)

La Communauté de Communes Grand Cognac a dévoilé publiquement son projet de Centre Aquatique aux Vauzelles et plus largement de pôle sportif, qui sera accompagné d'une zone urbaine naturalisée, d'une chaudière à bois collective et de zones réservées pour de futurs réalisations.
Ce projet fait débat depuis plusieurs années et est aussi l'aboutissement de plus de 10 ans de projets successifs pour remplacer l'actuelle piscine vieillissante.
Vous pouvez retrouver un historique du/des projets sur le wiki du collectif Le Retour de l'Autruche et relire les informations relayées sur ce blog en 2006 et 2011.
La polémique actuelle tourne autour de plusieurs points :
  • Le choix du site : Grand Cognac privilégie le site des Vauzelles plutôt qu'une restauration sur place du site actuel. Les prétextes sont réducteurs et non argumentés (aucune étude n'a été réalisée) : l'ancienne piscine serait simplement trop couteuse à restaurer et le site classé (parc François 1er) compliquerait les choses... Mais aucun réel arguments, on est plus dans l’imprécation. 
  • L'aspect peu démocratique des procédures : il y a eut un vague questionnaire et une réunion publique sur le sujet. On eut droit a un grand classique des élus : pendant longtemps c'était "faut pas s'affoler on en est seulement aux avant-projets et rien n'est décidé, tout est possible" ; puis d'un seul coup c'est devenu : "les choix sont fait on peut plus revenir dessus désormais". Entre temps il y a eut plusieurs votes à la Communauté par petites touches : validation du principe, validation d'un concours d'architectes pour l'avant projet, validation d'un cabinet d'architecte pour le projet... En même temps y'avait pas beaucoup de suspens puisque la communauté de communes avait préempté les terrains autour des Vauzelles dès l'été 2010 
  • Le budget conséquent : le projet a un coût très conséquent qui va engager la Communauté pour plusieurs années et va réduire considérablement les possibilités d'autres investissements, on a l'impression de mettre tous les œufs dans le même panier. 
Ce coût est dilué dans 3 ou 4 projets : la piscine elle-même, les aménagements urbains nécessaires (accès, parking) mais qui serviront aussi a d'autres petits projets ainsi qu'une chaudière bois collective qui sera utilisé pour la piscine, le collège et le lycée voisin.
Site du Parc François 1er
Certes l'ancienne piscine est vieillissante, mais faute en incombe aussi aux élus qui se sont succédés depuis les années 2000 et qui n'ont pas sut choisir un projet et ont a chaque fois repousser les travaux d'entretien (inutile puisqu'on va tout casser dans 2 ans... sauf que finalement on a rien fait) seulement tout ça dure depuis au moins 15 ans... et en effet une piscine sans un entretien régulier pendant 15 ans, ça s'use... et ça finit en mauvais état.
Le financement du projet des Vauzelles n'inclus pas le coût de destruction (ou restructuration) de l'ancien site, pire a ce stade le coût sera à la charge de la ville de Cognac (propriétaire) alors que depuis 2006 la compétence équipement sportif est passé à la Communauté de Communes, mais la piscine est restée propriété de la ville...
Les élus (Michel Gourinchas est à la fois maire de Cognac et président de la Communauté de Communes) ne répondent pas sur ce point, sauf a dire que les choses vont se régler... Encore une fois c'est la transparence qui règne.
Tout cela risque de finir avec une friche industrielle dans le parc François 1er... classé...
Langues de bois
Le projet actuel est présenté comme "répondant aux attentes des habitants", on notera qu'en 2006 c'est avec la même rhétorique qu'était présenté le projet porté par Jérôme Mouhot (alors Maire de Cognac et président lui aussi de la Communauté de Communes). On pourrait même noter avec amusement que le projet initial de 2006 avait a un moment était pensé sur le site des Vauzelles lui aussi avant de revenir sur une restructuration sur place.
On s'amusera aussi que malgré une thématique autour des aspects sportifs en 2008, c'est finalement un projet plutôt ludique qui voit le jour (spa, hammam, toboggan, bassins extérieurs ludiques...)
Quand aux attentes des habitants, c'est un questionnaire qui a été la plus avancée des initiatives. Questionnaires distribués à 8500 exemplaires et ayant reçu 700 réponses... Suivi quelques mois plus tard d'une réunion publique pour présenter le projet, mais les grandes lignes étaient déjà là.
Le coût du projet de 2006 était de 10 à 12 millions, il avait été jugé bien trop lourd. Le projet actuel est de 18,8 millions (piscine seule) et est désormais jugé raisonnable par l’exécutif en place. La raison en serait que la Communauté de Communes en a désormais les moyens.
Un projet de 18 à 35 millions
Le projet quasi final présenté fin 2014 est découpé en plusieurs tranches et sous-projets qui complique l'analyse.
  • Une piscine : 18 850 000 euros TTC
    • Bassin couvert de 25 mètres (6 couloirs)
    • Bassin d'apprentissage couvert (3 couloirs)
    • Pataugeoire couverte
    • Bassin extérieur pour activités ludiques
    • Rivière massante extérieure
    • Espace Hammam/Sauna/Tonic
    • Toboggan géant
    • Salle de fitness
    • Cafétéria
  • Aménagements urbains : 6 404 000 euros TTC
    • Parc urbain sur 13 hectares
    • 730 places de parking
    • Réserves foncières pour un pôle sportif, de l'habitat et des projets publics/privés
    • Gestion des eaux pluviales intégrés
    • Axes de circulation nord-sud et est-ouest
  • Chaudière bois collective
    • Piscine, Collège et Lycée
Azuré du Serpolet

Centre Aquatique : Point sur le projet avant les travaux

Photo : Anne Sourbes, licence : by-nc-sa

Reste un petit gain de sable dans le projet : l'Azuré du Serpolet, un petit papillon bleu, espèce protégée qui se trouve sur le site. Il va falloir le déplacer pour avoir les autorisations (nécessaires) du ministère de l'environnement.
Ce petit papillon est protégée par son cycle de vie très particulier, il a en effet besoin d'une plante particulière (Serpolet ou Marjolaine) et d'une espèce de fourmi (il faut transporter tout se joli monde pour conserver un biotope compatible).
Les chenilles naissent sur le Serpolet et s'en nourrissent au départ, puis tombent au sol. Elles ressemblent aux graines de Serpolet que les fourmis rapportent à la fourmilière. Là la chenille se nourrit de larves de fourmis jusqu'à devenir adulte.
Conclusions (temporaire)
Un complexe aquatique (ou une piscine) est indispensable pour un bassin de population comme Cognac, l'actuelle piscine étant ancienne et en mauvaise état, c'est même devenu une urgence. Une urgence qui aura mis presque 15 ans à aboutir, dans la douleur.
Il est regrettable que la restauration sur place n'est pas était étudié, car c'est le principal reproche fait a ce (trop) gros projet : un choix prédéterminé par une logique non explicitée, pas d'alternatives, un manque de transparence flagrant.
A demi-mot on croit comprendre que le fort aspect santé/ludique du site dont l'accès sera plus onéreux que l'espace piscine classique a pour objectif de réduire de déficit inhérent a une piscine, à voir si le pari sera gagné car cette option a un cout important.
Ce projet urbain va aussi au-delà d'une piscine puisqu'il place la piscine dans un pôle sportif (Salle omnisports des Vauzelles) dans un nouveau site qui constituera a terme un parc urbain et presque un nouveau quartier. De plus le projet prévoit une accessibilité plus importante aux communes avoisinantes qui n'avaient pour la plupart pas accès à l'ancienne piscine.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierre-Alain Dorange 212 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine