Magazine Autres sports

Il y a 70 ans : la dernière mission du commandant Edmond Marin la Meslée (4 février 1945)

Publié le 27 janvier 2015 par Xavier

Il y aura soixante-dix ans dans quelques jours disparaissait tragiquement le commandant Edmond Marin la Meslée, as des as de la campagne de France 1939-1940, héros de l'Armée de l'air qui, pendant plus d'un demi-siècle, fut le parrain de la base aérienne 112 de Reims. Un anniversaire qui, en de multiples endroits, sera célébré le 4 février 2015, notamment à Dessenheim près de Colmar, sur la base aérienne 133 de Nancy-Ochey et à Reims, mais aussi jusqu'au cœur de Paris, sous l'Arc de Triomphe, où la flamme, à 18 h 30 précises, sera ravivée en son nom sur la tombe du Soldat inconnu. Dans la perspective de ces célébrations, voici le récit de la dernière mission effectuée par cet as de guerre, celle du dimanche 4 février 1945, au cours de laquelle, à la veille de son trente-troisième anniversaire, le commandant du groupe de chasse I/5 " Champagne " fut abattu par la Flak au-dessus de l'Alsace à bord de son Republic P-47 Thunderbolt.

Dimanche 4 février 1945 sur le terrain d'aviation de Tavaux, aérodrome de fortune situé à une dizaine de kilomètres de Dôle sur lequel les chasseurs-bombardiers du groupe de chasse I/5 " Champagne " sont déployés depuis octobre 1944. Le commandant Edmond Marin la Meslée vient d'apprendre sa mutation prochaine dans un état-major ou au sein d'une école ; il sait qu'il effectue là ses dernières missions de guerre. Ce qu'il attend surtout, c'est la naissance imminente de son cinquième enfant, pour laquelle il compte partir quelques jours en permission à Montargis où il a installé sa famille rapatriée d'Afrique du Nord. Et puis c'est aussi la veille de son anniversaire : il soufflera sa trente-troisième bougie le lendemain.

Comme chaque jour vers trois heures du matin, les ordres sont parvenus aux opérations du groupe de chasse installées dans une misérable baraque située à l'extrémité de l'aérodrome. Ils comportent comme objectif principal le village allemand d'Hügelheim (situé à cinq kilomètres au nord-est de Neuenburg) et, comme objectif secondaire, des portières de ponts - c'est à dire des ponts constitués de chalands assemblés - repérées sur le Rhin au sud-est de Heiteren ; une reconnaissance armée est également demandée sur la zone de Breisach, Freiburg, Müllheim et Lörrach. L'effort doit être porté sur ces fameux points de passage obligés enjambant le fleuve et, naturellement, sur les petites routes qui y aboutissent ; les colonnes de véhicules et le trafic ferroviaire devront être harcelés. Cette mission doit être opérée par un dispositif composé de onze Republic P-47 Thunderbolt équipés chacun de deux bombes de cinq cents livres en plus de l'armement embarqué (huit mitrailleuses de 12,7 millimètres).

Sous un ciel chargé qui annonce la pluie, Edmond Marin la Meslée donne ses ordres. Il commandera la première mission de la journée pour pouvoir, dès son retour, se consacrer à ses occupations au sol. Le dispositif s'articulera en trois patrouilles. La première sera constituée de lui-même (il en sera le leader et aura " Marina " pour indicatif), du lieutenant Welvert, du sergent-chef Uhry et du sergent Costille. Le sous-lieutenant Muselli (indicatif : " Muso ") commandera quant à lui la deuxième avec pour rôle la patrouille basse, formation composée du sergent-chef Commenoz et du sergent Boursier. La troisième patrouille - dénommée " Top Cover " car elle couvrira les deux autres - aura pour leader le lieutenant Tesseraud (indicatif : " Tessa ") et sera composée du lieutenant Belleville, du sous-lieutenant Bouilly et du sergent-chef Socquart. L'officier renseignement, après avoir distribué les photographies prises de l'objectif, insiste bien sur les secteurs particulièrement défendus qui, autant que possible, devront être évités. Puis le commandant Marin la Meslée présente son briefing qui, comme à son habitude, est court et très précis : les axes d'attaque et de dégagement sur le lieu de franchissement du Rhin sont détaillés. " La région est truffée de Flak, comme vous le savez. Il faut donc s'attendre à être tiré comme d'habitude, oui, comme d'habitude. Tous connaissent l'endroit, il n'y a donc pas de surprise à attendre. Il y aura de la Flak comme les autres jours, ni moins, ni plus sans doute " rappelle-t-il à ses pilotes.

À 8 h 50, les onze appareils décollent. L'heure d'arrivée sur l'objectif a été fixée à 9 heures 30 et l'atterrissage à 12 heures 40. La première mission, conduite par le commandant Edmond Marin la Meslée, doit permettre de bombarder un village en Allemagne à titre de représailles. Toutefois, au cours du vol, alors que les appareils se dirigent vers leur objectif à une altitude moyenne de 8 000 pieds (soit 2 400 mètres), Remedy (l'indicatif radio du poste de commandement du 1 er corps aérien de Mulhouse) annule la mission initialement prévue et lui assigne un nouvel objectif : le bombardement des portières de ponts situées sur le Rhin entre Chalampé et Neuf-Brisach. Cette zone est redoutée des pilotes car extrêmement dangereuse, " Une des plus grandes concentrations de Flak jamais connue " selon le général Rouquette, un secteur où les pilotes " ont laissé beaucoup de plumes les jours précédents ". Arrivés au-dessus de la plaine d'Alsace et alors que les conditions météorologiques sont exécrables, évoluant entre des couches de nuages fragmentaires à tous les niveaux, les pilotes sont effectivement accueillis par les tirs nourris d'une DCA très dense et habile qui, toutefois, n'empêcheront pas le bombardement prévu et ne causeront pas de pertes.

Remedy demande alors le mitraillage de véhicules ennemis évoluant sur la route entre les villages alsaciens de Balgau et de Dessenheim. Pour Marin la Meslée, la mission semble difficile. " La visibilité est très mauvaise, voile de nuages à trois cents mètres. Je vais essayer. " répond-il à Remedy avant de descendre à nouveau sous les nuages avec sa patrouille. Le convoi est repéré et le commandant le vise, malgré la défense antiaérienne. Il remarque un camion-citerne, une cible inespérée qui retient toute son attention et qui ne tarde pas à exploser. Bientôt, un autre prend feu. Un troisième sera endommagé. Mais au cours de cette première passe, le sergent-chef Uhry, en quatrième position dans la patrouille, a été touché de plein fouet par un obus et son avion est allé s'écraser au sud-est du petit village de Rustenhart sans que ses coéquipiers s'en aperçoivent.

De nature décidée mais habituellement prudent, Marin la Meslée, n'ayant probablement pas pu mesurer toute l'intensité de la Flak compte tenu de sa place de leader, décide alors, après avoir repris un peu de hauteur, de revenir sur l'objectif et d'effectuer un second passage. Une manœuvre qu'il a pourtant toujours interdite à ses pilotes : " Il ne faut jamais renouveler une attaque " stipulent par deux fois - et en caractères gras - les consignes de manœuvres de l'aviation de chasse. Le sort en est jeté : Marin la Meslée ne reviendra pas de cette dernière mission. Compte tenu des mauvaises conditions météorologiques - une légère couche nuageuse se déplace en effet à trente mètres d'altitude environ et l'empêche de voir nettement les résultats de son mitraillage -, il fait descendre son appareil à une centaine de mètres et recommence à tirer en piqué sur l'objectif. Arrivé à cinquante mètres du sol, il entame alors un virage lorsqu'un obus de quarante millimètres frappe soudain le fuselage arrière de son avion, juste derrière la plaque de blindage. Marin la Meslée, qui se penchait probablement pour voir le résultat de son mitraillage, reçoit un éclat d'obus à la base du crâne. Le sergent Costille, équipier gauche du commandant qui suivait aile dans aile son chef de patrouille, voit alors l'avion - qui n'est visiblement plus piloté - piquer vers le sol en virant, avec de la fumée. Le Republic P-47 Thunderbolt glisse sur le sol après avoir touché de l'aile à grande vitesse sous une incidence très faible ; il perd son moteur qui roule très loin et une partie de la voilure. L'avion, qui a percuté le sol à environ deux kilomètres de l'endroit où s'est écrasé le sergent-chef Uhry, s'immobilise enfin après s'être éparpillé sur près d'un kilomètre. Il ne se désintègre pas et ne brûle pas non plus. C'en est fini : le commandant est mort. Une patrouille d'un groupe voisin qui opérait dans les parages, à peu près au même moment, voit un de ses pilotes s'écraser au sol ; un autre très gravement touché peut néanmoins se poser sur le ventre dans les premières lignes amies.

La mort du commandant, connue immédiatement par Remedy, arrive au groupe avant même que la patrouille ne soit posée. Le choc pour les pilotes est très dur. En dehors du chef aimé qu'ils perdent, le commandant Edmond Marin la Meslée représentait un pilote à qui la chance devait toujours sourire. L'aviation française perdait en lui son as de la campagne de France et l'un de ses futurs grands chefs, à la noblesse de caractère et l'élévation d'âme connues de tous. La nouvelle, connue des états-majors, y sema immédiatement la consternation et l'agitation. On se rendait compte, enfin, de la terrible densité de la
Flak, densité qui aurait peut-être pu être prévue dans la mesure où elle avait participé à tous les reculs allemands, en particulier ceux de Montélimar et de Belfort. L'état-major rappelle pourtant la consigne permanente de ne jamais revenir au-dessus de l'objectif : afin d'éviter que les avions repassent au-dessus du point qu'ils viennent de bombarder, il est convenu que leurs mitraillages seront donnés par Remedy en même temps que les bombardements, ce qui avait toujours été demandé mais n'était pas rigoureusement observé. Le mauvais temps empêchant les missions, les pilotes du groupe restent toute la journée en tête-à-tête avec leur tristesse. Leur moral est très touché par cette double disparition. Deux officiers partent prévenir la famille du commandant avec tous les ménagements qui s'imposent pour sa femme qui, d'un jour à l'autre, attend un enfant.

Les soldats allemands qui relevèrent le corps du pilote reconnurent celui de l'un des as de l'aviation française. Il voulurent lui rendre les derniers honneurs mais furent délogés de la région de Neuf-Brisach par nos troupes. Ce ne fut que le 10 février, alors que la plaine d'Alsace était définitivement libérée, que le groupe de chasse I/5 apprit la découverte du corps de son chef et de celui d'Uhry, son équipier, dans le presbytère de Rustenhardt où ils reposaient. Le corps du commandant, retiré intact des débris de son appareil, reposait couché sur un lit. Ce même jour parvint la nouvelle que madame Marin la Meslée venait de mettre au monde une petite fille : Florence, née le 8 février.

Que s'est-il passé ? Sans doute la couche de nuages se déplaçant à faible altitude a-t-elle empêché Marin la Meslée de voir nettement les résultats de son mitraillage. N'ayant pu mesurer l'intensité de la Flak à cause de sa place de leader, il est revenu sur l'objectif dans une zone où il ne se savait pas guetté. Et aussi, dira Jules Roy, " parce que c'était son dernier vol en guerre, il s'acharna. Il voulait rentrer avec un goût de victoire dans la bouche, qui lui rappelât quelque chose du temps où cela avait un sens, et pour l'avoir, il ne lui restait plus alors qu'à tenter sauvagement la mort la plus stupide. " Sorti indemne de son premier piqué, il y revint, bien qu'il eût interdit à ses pilotes de ne jamais en faire autant. Il prit du champ et se jeta sur les canons qui ne voulaient pas se taire. Et c'est là qu'il perdit.

Le 12 février, les obsèques des deux pilotes furent célébrées à Rustenhart par l'abbé Weber, le prêtre du village. " Paris vous parle : Marin la Meslée est mort... L'un des plus vaillants pilotes de l'aviation française a été abattu. " C'est en ces termes que la radio annonça officiellement le 16 février 1945, à 21 h 40, la " mort au champ d'honneur " du commandant Marin la Meslée. " Je ne peux me consoler de ce qu'il soit tombé sans combat, comme un chevalier atteint de loin, à tout hasard, par la piétaille " dit en apprenant sa mort le général René Bouscat, inspecteur général de l'Armée de l'air et commandant des forces aériennes engagées. Au soir du 26 février, le groupe rendit son dernier hommage à son commandant. Dans le cimetière, une section de tirailleurs lui rendit les honneurs en présence de nombreuses personnalités et de délégations de toutes les unités de l'Armée de l'air. A la suite d'un émouvant discours, le général Bouscat remit à Philippe, fils de Marin la Meslée, la croix de guerre ornée de la palme que lui a valu sa dernière citation.

A la fin de la guerre, les compagnons d'armes du commandant Marin la Meslée décidèrent de lui construire un monument en forme d'étoile à cinq branches sur la commune de Dessenheim, à l'endroit où la Flak l'avait abattu. Le 29 juin 1946, lors de son inauguration, le général Bouscat fit de nouveau part de son admiration à l'égard de ce pilote : " Etre d'exception, rassemblant les plus belles vertus humaines, héros de l'armée de l'Air entré debout dans l'histoire, Marin la Meslée fut grand parmi les grands. Mais il était plus grand encore car il était de ceux qui savent s'abaisser pour mieux s'élever vers les sommets qui éclairent et guident les hommes. "


Quatre ans plus tard, le 13 juin 1950, le corps du commandant y fut transféré. Il y repose désormais, sous une stèle qui porte gravé le texte de sa dernière citation. " Il était déjà [en 1941] touché par l'immortalité qui l'attendait quatre ans plus tard, dans le fracas de sa chute en Alsace, trop beau mais surtout trop pur pour un long passage sur la terre " écrivit Jules Roy, préfaçant au début des années cinquante l'ouvrage " Marin la Meslée " de Michel Mohrt. Le sergent-chef Uhry, qui avait perdu ses parents ainsi que son unique frère tombé dans les Ardennes au début de la guerre, reposa longtemps au cimetière de Rustenhart avant que sa dépouille ne soit finalement transférée à la nécropole nationale de Sigolsheim lorsqu'elle fut créée au début des années cinquante. Il y repose désormais parmi d'autres nombreux braves tombés pour la France et la libération de l'Alsace.

délégué au patrimoine historique de la base aérienne 102 de Dijon

ancien conservateur du Musée de la BA 112 et de l'Aéronautique locale (Reims)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Xavier 1339 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines