Magazine Politique

Le massacre des rhinocéros prend des proportions alarmantes

Publié le 27 janvier 2015 par Plusnet
Le massacre des rhinocéros prend des proportions alarmantes Le nombre de rhinocéros braconnés en Afrique du Sud a battu un nouveau record avec 1215 animaux tués en 2014, et les autorités s’avouent implicitement désarmées face à une criminalité organisée à l’échelle mondiale.
Ces pacifiques pachydermes sont la cible des braconniers depuis quelques années car leurs cornes — portant uniquement composées de kératine, comme les ongles humains — sont affublées de toutes les vertus en Asie, notamment au Vietnam. Elles y sont revendues à prix d’or au marché noir, et réduites en poudre pour entrer dans la composition de remèdes traditionnels.
« C’est très inquiétant, vraiment », a reconnu la ministre de l’Environnement Edna Molewa, lors d’une conférence de presse à Pretoria.
Car le massacre prend des proportions alarmantes : Avec 1215 animaux abattus l’an dernier, et 1004 l’année précédente, on approche du moment où la mortalité va être supérieure aux naissances parmi les quelque 20000 rhinos sud-africains — qui constituent 80 % de la population mondiale.
D’autant que des spécialistes estiment que les chiffres des autorités sous-estiment la réalité, de nombreuses carcasses échappant au macabre recensement des rangers.
« Les chiffres [réels du braconnage] sont bien plus élevés. Mais 1215, c’est déjà énorme », constate l’homme d’affaires militant de la cause des rhinos Dex Cotze. Sans parler du sort des petits, dont les chances de survie sont quasi nulles si leur mère meurt.
Pour éviter d’être repérés, les braconniers utilisent souvent des anesthésiants plus discrets que des armes à feu pour immobiliser les rhinocéros. Puis ils les décornent à la hache, encore vivants. L’animal se réveille ensuite et meurt d’une longue agonie des suites de sa blessure.
« Ne l’oublions pas, le braconnage des rhinocéros fait partie d’un commerce illégal d’animaux sauvages pesant plusieurs milliards de dollars dans le monde entier », a souligné Edna Molewa jeudi. « Le trafic organisé des cornes de rhinocéros sape nos efforts ! »
« Des tueries à cette échelle montrent que le braconnage des rhinocéros est de plus en plus le fait de syndicats du crime organisé », a renchéri Elisabeth McLellan, responsable au Fonds mondial pour la nature (WWF).
« Les courageux rangers du pays font tout ce qu’ils peuvent sur le terrain pour protéger les rhinocéros, mais seul un effort concerté au niveau mondial pourra arrêter ce trafic », ajoute-t-elle.
« L’Afrique du Sud doit faire davantage d’efforts pour enrayer le trafic des animaux sauvages et le Vietnam doit prendre des mesures urgentes pour empêcher l’utilisation illégale des produits issus des animaux sauvages, y compris la corne de rhinocéros. »
À cet égard, l’organisation Traffic s’étonne de ce que Pretoria ait snobé la conférence visant à mettre fin au commerce illégal d’espèces menacées, à Londres en février dernier.
« Le manque de volonté politique et de leadership actif du gouvernement, du Mozambique voisin [d’où viennent la plupart des braconniers, ndlr] et des principaux pays asiatiques reste un obstacle sérieux pour résoudre cette crise », accuse David Newton, le directeur de l’ONG en Afrique orientale et australe.
Sur le terrain, l’armée sud-africaine est venue renforcer les rangers, notamment dans le parc national Kruger (nord-est), frontalier du Mozambique, où vivent quelque 9000 rhinos.
Le gouvernement sud-africain a récemment entrepris de déplacer des pachydermes pour les mettre plus à l’abri. Une centaine sont notamment partis l’an dernier dans des pays voisins… où les braconniers ont fait leur apparition.
Pretoria aimerait aussi légaliser le commerce de la corne de rhinocéros, estimant qu’il serait plus simple de fournir la demande, car les cornes repoussent.
Une commission va être mise sur pied pour étudier les conséquences d’une telle légalisation qui serait abordée à la prochaine réunion de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites), en 2016 au Cap, selon Mme Molewa.
En attendant, « encore une année de braconnage comme 2014 et il sera de plus en plus dur de voir un avenir à la survie des rhinocéros en Afrique du Sud », note Tom Milliken, spécialiste des éléphants et des rhinos chez Traffic.
« Maintenant, c’est agir ou mourir ! », lance-t-il
Source : LeDevoir

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Plusnet 12554 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines