Magazine Santé

SOCIO: Mauvaise intégration sociale, mauvaise santé – Annals of Behavioral Medicine

Publié le 31 janvier 2015 par Santelog @santelog

SOCIO: Mauvaise intégration sociale, mauvaise santé  – Annals of Behavioral MedicineCette étude canadienne pose à nouveau la question de l’association entre intégration sociale et santé des individus et, Santé publique. Une étude d’actualité donc, qui rappelle, dans les Annals of Behavioral Medicine que les relations sociales ont bel et bien un effet positif important sur le bien-être physique et la santé.

L’étude montre que ceux et celles qui arrivent à bien s’intégrer sont aussi ceux qui sont en meilleure santé. Fréquence cardiaque à l’appui. En effet, expliquent les auteurs, les fluctuations du rythme cardiaque constituent un bon indicateur du fonctionnement du système nerveux parasympathique : une plus faible variabilité de la fréquence cardiaque est associée à un risque accru de détérioration de l’état de santé, notamment sur le plan cardiovasculaire. Une diminution de la variabilité de la fréquence cardiaque est donc associée à une dégradation de l’état de santé.

Jean-Philippe Gouin, professeur de psychologie à Concordia, a suivi un groupe d’étudiants étrangers ayant vécu des changements marqués sur le plan de l’intégration sociale à la suite d’un déménagement à Montréal. Les participants ont renseigné par questionnaire, sur une période de 5 mois, leur capacité à s’intégrer socialement et à gérer leur solitude. Sur la même période de suivi, leur variabilité cardiaque de haute fréquence (ou HF-HRV pour high-frequency heart rate variability) –via la prise de pouls- était mesurée.

·   L’analyse montre que les participants qui réussissent à se constituer des réseaux sociaux durant leurs cinq premiers mois d’intégration présentent une variabilité de la fréquence cardiaque plus élevée, ceux qui demeurent isolés présentent une régression de variabilité.

Même chez les jeunes, un isolement social prolongé peut avoir un effet néfaste sur la santé en entravant le fonctionnement du système nerveux parasympathique.  » Cela ne vaut pas seulement pour les étudiants étrangers, mais aussi pour quiconque s’expatrie pour aller s’établir dans un nouveau pays ou une nouvelle ville « .

Source: Communiqué Université de Concordia Mauvaise intégration sociale = mauvaise santé et Annals of Behavioral Medicine (In Press) (Visuel@© Antonioguillem – Fotolia.com)

SOCIO: Mauvaise intégration sociale, mauvaise santé  – Annals of Behavioral Medicine
Lire aussi :

SOLITUDE et isolement social: Les neurones se déconnectent aussi

La SOLITUDE, facteur de stress chronique et de dysfonctionnement immunitaire -


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine