Magazine Politique

La vidéo du bombardement israélien sur les troupes de l’ONU stationnées au Liban

Publié le 02 février 2015 par Plusnet

La vidéo du bombardement israélien sur les troupes de l’ONU stationnées au Liban Une nouvelle vidéo a été publiée suite aux récents affrontements entre le Hezbollah, le mouvement de résistance libanais, et Israël, qui laisse clairement penser que le régime de Tel Aviv est responsable de la mort du soldat espagnol Francisco Javier Soria Toledo.

La vidéo, tournée par des soldats de l’ONU stationnés au Liban et publiée par un média espagnol, montre que c’est sans doute un bombardement israélien qui a atteint le caporal Francisco Javier Soria Toledo le 28 janvier. La vidéo, tournée à l’aide d’un téléphone portable, montre deux membres de la FINUL (force intérimaire des Nations-Unies au Liban) en train de parler dans leur voiture, à proximité d’une tour de garde, lorsque soudain le sifflement d’un premier tir d’artillerie se fait entendre. Pointant la caméra vers le mur qui sépare le Liban d’Israël, l’un des soldats déclare : « Ils viennent d’Israël, mec ! » « Silence, silence, voyons voir… ça vient de… comment est-ce possible ? C’est pas possible, hein ? », répond son coéquipier. La nervosité s’empare alors des soldats lorsqu’ils entendent un autre tir d’artillerie approcher. « D’où ça vient ? D’où ça vient ? Pas le temps… aux abris, aux abris ! », peut-on alors entendre. La frappe atteint alors un endroit proche de la voiture.

On ignore encore si la frappe entendue sur la vidéo est bien celle qui a tué le soldat espagnol de 36 ans près de la ville de Ghajar. Cependant, l’armée israélienne a bel et bien lancé des tirs de mortiers en représailles de l’attaque du Hezbollah, qui a tué deux soldats israéliens mercredi [ndQ+ : le Hezbollah parle de 17 pamperstroopers morts]. Cette nouvelle vidéo confirme l’annonce de l’ambassadeur espagnol à l’ONU concernant l’origine du missile qui a tué le soldat espagnol. Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel García Margallo, a déclaré qu’elles venaient « plus que probablement d’Israël ». Autre information qui éclaircit les circonstances de cet incident mortel, le quotidien espagnol El País a rapporté que l’armée israélienne a averti le contingent de la FINUL des frappes de représailles environ 20 minutes avant le début des bombardements. Cependant, l’armée israélienne avait affirmé que ses opérations prendraient pour cible la zone des fermes de Shebaa. Il n’était aucunement fait mention d’un bombardement du village de Ghajar.
Selon une source médiatique espagnole, la FINUL a immédiatement donné l’ordre d’évacuation aux deux positions situées dans cette zone cible. L’un des deux a évacué la zone, tandis que le contingent de l’ONU s’est réfugié dans un bunker. La même source explique que la FINUL a appelé à un cessez-le-feu afin d’évacuer les blessés de la zone après l’attaque israélienne initiale. Alors que l’équipe médicale était sur place, les bombardements israéliens ont repris en réponse aux nouvelles frappes du Hezbollah. Près de 90 bombardements ont été effectués dans cette zone, obligeant l’équipe médicale à se réfugier dans le bunker et à retarder l’évacuation de quelques heures. L’Espagne et Israël ont accepté de mener une enquête conjointe sur la mort du soldat espagnol, suite à un appel téléphonique ce vendredi entre le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, et Mariano Rajoy, son homologue espagnol. « Les deux dirigeants ont accepté de mener une enquête conjointe afin d’éclaircir les circonstances et de collaborer avec l’enquête menée par l’ONU », selon un communiqué du cabinet de Rajoy. L’ONU enquête également sur l’incident. Les forces de la FINUL stationnées au sud du Liban et déployées depuis 1978, comptent 600 soldats espagnols et 10 000 hommes au total.
Source : QuenelPlus

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Plusnet 12554 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines