Magazine Politique

États-Unis : des mitrailleuses pour la police afin de dissuader la population de manifester

Publié le 02 février 2015 par Plusnet
États-Unis : des mitrailleuses pour la police afin de dissuader la population de manifester

Il semble que le chef de police Bill Bratton estime que les programmes de surveillance, de harcèlement et de brutalisation des manifestants n’ont pas suffisamment muselé le discours dissident dans la ville de New York. Il fournit donc des mitrailleuses aux forces de police pour finir le boulot. Des centaines de mitrailleuses.

Un nouveau groupe d’intervention tactique, lourdement armé et composé de 350 hommes, sera utilisé pour répondre aux attaques terroristes meurtrières, mais également contre les personnes qui portent des pancartes ou crient des slogans dans la rue, selon Bratton. « C’est destiné à traiter les évènements tels que les récentes manifestations que nous avons connues », a-t-il expliqué à la presse.
Ils seront équipés et entrainés différemment de nos officiers de patrouilles habituels. Ils seront équipés de tout l’arsenal défensif lourd, ainsi que de fusils longue portée et de mitrailleuses, malheureusement nécessaires dans certains cas.
Bill Bratton, pistolero et fan de Walker Texas Ranger... Vu ? Alors ferme-la ! C'est pas un dialogue !
Les mitrailleuses sont parfois nécessaires afin de fliquer les manifestations populaires, selon Bill Bratton, commissaire de police désigné par le maire démocratique de New York, Bill DeBlasio, qui a promis une réforme de police suite aux émeutes communautaires et aux… manifestation, vous lisez-bien.
La décision de Bill Bratton de fliquer les manifestations avec des forces spéciales de type militaire armées de mitrailleuses est choquante. L’impact destructeur est immédiat et double. Premièrement, cela avertit les manifestants qu’ils risquent d’être confrontés à des stormtroopers s’il leur vient à l’esprit de descendre dans la rue pour manifester leur mécontentement. Et deuxièmement, cela fait l’amalgame entre la manifestation politique d’une part (protégée par le premier amendement, applicable dans le premier cas aussi, et si cet amendement vient avant les autres, c’est parce qu’il est réellement foutrement important), et le terrorisme politique d’autre part.
Malheureusement, cette tactique répréhensible qui consiste à dénigrer les opposants politiques en les accusant de terrorisme n’est pas nouvelle. Mais avec cette récente décision de Bratton et de l’administration DeBlasio, cette tactique est armée jusqu’aux dents.
Source : QuenelPlus

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Plusnet 12554 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines