Magazine Société

Le premier tour de l’élection législative partielle dans le Doubs : un scénario écrit d’avance ?

Publié le 02 février 2015 par Delits

Dans le Doubs, le premier tour de l’élection législative visant à attribuer le siège laissé vacant par Pierre Moscovici, qui a démissionné de son poste de député pour devenir commissaire européen, est une semi-surprise. Si la présence du Front national était largement attendue au second tour, le parti de Marine Le Pen ayant réalisé de très bons scores aux précédentes élections dans ce territoire, la qualification du candidat du PS, Frédéric Barbier, au détriment de celui de l’UMP n’était pas si évidente.

L’ancien suppléant de Pierre Moscovici, qui a occupé son siège de député pendant tout le temps où celui-ci a été ministre de l’Économie et des Finances du gouvernement de Jean-Marc Ayrault (juillet 2012 – avril 2014), est arrivé en seconde position du premier tour, avec 28,85 % des voix, devant Charles Demouge, le candidat de l’UMP, qui en récolte 26,54 %. Tous deux sont très largement distancés par la candidate du Front national, Sophie Montel, qui rassemble un tiers des suffrages exprimés (32,6 %).

Le Front national confirme ses très bons scores dans cette circonscription

La force du Front national n’est pas une donnée inédite dans la quatrième circonscription du Doubs. Dans ce territoire populaire, avec une forte proportion d’ouvriers, le Front national avait déjà recueilli de très bons résultats en 2012. A l’élection présidentielle, Marine Le Pen y a récolté 26,6 % des voix (contre 17,90 % au niveau national), devançant presque François Hollande (28,47 %). L’élection législative qui s’ensuivit confirma la force de l’extrême-droite, Sophie Montel obtenant alors 23,87 % des bulletins dans cette circonscription et provoquant une triangulaire avec le PS et l’UMP. Aux élections européennes de juin 2014, le Front national est arrivé en tête des suffrages dans la quatrième circonscription du Doubs, comme au niveau national, mais avec un score, de nouveau, largement supérieur à la moyenne (35,08 % contre 24,85 % sur l’ensemble de la France).

Par conséquent, les 32,6 % obtenus par la candidate frontiste dimanche n’étonnent pas et confirment la bonne santé du Front national dans cette région, bien que ce résultat soit un peu moins élevé que celui enregistré aux élections européennes, tant en suffrages exprimés qu’en pourcentage des inscrits (l’abstention avait été légèrement moins élevée en juin 2014 qu’au premier tour de l’élection législative partielle : 56,6 %).

résultats FN partielle doubs 2

Bien que cette première place du Front national ait été obtenue sans que l’électorat frontiste se mobilise très massivement (à l’élection présidentielle, Marine Le Pen avait réussi à rassembler les voix de 21 % des inscrits et ils n’ont été que 12,54 % à mettre un bulletin FN dans l’urne dimanche), le Front national prouve qu’il parvient mieux que d’autres partis à conserver son électorat dans des scrutins peu mobilisateurs. La comparaison avec le premier tour de l’élection législative de 2012 est particulièrement éclairant : le FN mobilise en 2015 un peu moins d’inscrits (12,54 % contre 14,25 % en 2012), mais dans un contexte où la participation a été près de deux fois moins importante par rapport à 2012. En suffrages exprimés, la progression du FN entre les deux scrutins est donc très nette (+9 points).

Une qualification du PS malgré une très forte érosion de son électorat

S’il est parvenu à passer le second tour, le PS est cependant le grand perdant de ce scrutin. En juin 2012, Pierre Moscovici avait rassemblé 40,81 % des suffrages au premier tour de l’élection législative dans l’élan qui a suivi la victoire de François Hollande à la présidentielle ; deux ans et demi plus tard, Frédéric Barbier recueille 12 points de moins, avec 28,85 % des suffrages exprimés. La perte est aussi lourde quand on regarde les scores auprès des inscrits (11,10 % en 2015 contre 24,37 % en 2012).

Cette nouvelle élection législative partielle ne fait que confirmer les résultats obtenus lors des précédents scrutins de ce type, se caractérisant toujours par de très fortes pertes pour la gauche depuis 2012. Dans le Doubs, l’ensemble de la gauche perd 15 % des inscrits entre le premier tour de 2012 et celui de la législative partielle, soit une diminution dans la lignée de celles enregistrées lors des dernières législatives partielles (Aube en décembre 2014 et Nord en juin 2014), ce qui semble démontrer l’absence d’un « effet 11-janvier » sur les résultats électoraux, tout du moins dans ce contexte précis. Si, naturellement, les autres partis perdent également en termes de pourcentage d’inscrits du fait de la baisse de la participation, les plus fortes pertes se situent bien à gauche.

Perte gauche partielles 2

Malgré tout, le Parti socialiste renoue avec le score obtenu au premier tour de l’élection présidentielle par François Hollande dans la circonscription (28,48 % des suffrages exprimés), et surtout, il progresse très fortement par rapport aux élections européennes, durant lesquelles la liste PS-PRG menée par Edouard Martin n’avait recueilli que 15,16 % des suffrages exprimés, soit 6,27 % des électeurs inscrits seulement. De surcroît, Frédéric Barbier, le candidat socialiste, se qualifie malgré un émiettement des candidatures de gauche, avec notamment la présence du Front de gauche (Vincent Adami, 3,66 % des suffrages exprimés) et d’EELV (Bernard Lachambre, 3,11%), alors que beaucoup pensaient que cette dispersion des candidatures fermerait à la gauche la route vers le second tour.

résultats PS partielle doubs 2

Malgré l’élimination, une progression de l’UMP

Charles Demouge, le candidat de l’UMP, n’aura pas réussi son pari et ne passe pas le premier tour. Pour autant, celui-ci est loin d’avoir réalisé une contre-performance. Avec 26,54 % des voix, l’UMP recueille son meilleur score sur les derniers scrutins. Elle progresse de 3 points par rapport au premier tour de la précédente élection législative, malgré la poussé concomitante du FN, et, comme le PS, augmente son score par rapport aux élections européennes de l’année dernière (les listes UMP y avaient cependant dû faire face à la concurrence de listes MoDem-UDI alors qu’il n’y avait pas de candidat centriste dimanche). En outre, dans le Doubs, l’UMP perd plutôt moins de voix1 que lors des autres élections législatives partielles. Ces résultats n’anéantissent pas donc tout espoir pour la droite à l’aube des élections départementales et régionales.

résultats UMP partielle doubs 2

Quelles perspectives pour le second tour ?

Un duel entre le PS et le Front national constitue une configuration inédite dans les élections législatives partielles ayant eu lieu en métropole depuis 2012. Pour le Front national, cette situation est la plus propice, ses chances de victoire apparaissant plus élevées que dans un duel avec l’UMP. Un certain nombre d’électeurs de droite pourront préférer le Front national à la gauche, ce qui permet au FN d’espérer une vraie progression entre les deux tours, contrairement à 2012, où le parti n’avait pratiquement pas gagné d’électeurs dans la triangulaire avec l’UMP et le PS. En outre, le FN peut nourrir l’espoir de mieux mobiliser, de nouveau, la gauche restant largement handicapée sur ce point par l’impopularité de l’exécutif, qui perdure malgré l’embellie des derniers semaines suite aux attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge et de la Porte de Vincennes.

  1. En termes de pourcentage d’inscrits, le parti progressant en suffrages exprimés [Revenir]

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delits 5050 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine