Magazine France

économistes orthodoxes français enfermés dans leur bocal libéral : et si on leur ouvrait le couvercle ?

Publié le 02 février 2015 par Gédécé @lesechogaucho

économistes orthodoxes français enfermés dans leur bocal libéral : et si on leur ouvrait le couvercle ?Si comme moi, vous vous êtes déjà demandé pourquoi les (pseudos) " experts " économiques si régulièrement invités sur tous les plateaux de télé et interviewés dans tant de journaux partageaient tout comme nos politiques dominants de l'UMP, du centre ou du PS une vision un peu trop unifiée pour votre goût de cette discipline ¹ qu'est l'économie, ce billet est pour vous. Tout a commencé dans la narration que je veux suivre ici à dessein par cet enthousiasmant phénomène que sont les tribunes, prises de position et travaux des économistes atterrés, qui en ont marqué plus d'un(e) parmi ceux qui s'intéressent au sujet de l'économie alternative et des débouchés politiques nouveaux permettant de sortir de l'impasse libérale. Les différents mouvements sociaux en France et en Europe, voire dans le Monde, la situation déplorable et choquante de la Grèce ( cet exemple catastrophique et aberrant, résultat d'une idéologie se drapant sous un pseudo pragmatisme qui préfère affamer des peuples entiers plutôt que de se remettre en question...) d'une orthodoxie libérale tristement illustrée par le positionnement de Juncker (élu rappelons le grâce aux socialistes français), la réflexion et les débats dans les cercles alternatifs qui frémissent actuellement sont venus compléter ce tableau réflexif dont les acteurs souhaitent si ardemment et sincèrement trouver des réponses pour dépasser l'impasse actuelle que tout le monde reconnait. Ce n'est pas du tout le cas d' un tout petit cénacle libéral qui voit ses petites affaires menacées par d'autres courants de pensée économiques alternatifs. Ces gens là, qui ne connaissent souvent rien d'autre que leur modèle économique suprême, tentent de faire la pluie et le beau temps, et dictent leur façon de penser à tant de ces dits " experts " auto-proclamés qui officient dans vos médias favoris : les Cohen, les Brunet, les marques Marc Touati ou Fiorentino et autres figures indétrônables (et incritiquables) de cette 5ème république finissante que sont les Attali et autres (je retourne ma veste toujours du bon côté) Minc . Il faut dire qu'ils sont bien aidés en cela par de pseudos journalistes et autres animateurs d'émissions vedettes à la culture économique erratique... Au point que beaucoup parmi nous s'en désintéressent et ne les regardent plus, conscients qu'ils sont qu'elles sont devenues bien davantage des outils de manipulation des masses plutôt que de réelle information objective. Il suffit d'ailleurs bien souvent d'observer le dispositif de l'émission et le positionnement des invités pour observer à coup sûr une prestation plus qu'orientée... Les médias appartenant pour la plupart à des financiers et à des grands groupes industriels, quand ils ne sont pas carrément dirigés par des banquiers, le style de modèle économique développé dans ce genre d'émissions ne doit donc pas les mettre en porte à faux et risquer inutilement de gêner leurs (petits) intérêts... Tout cela est connu, et l'illustration de ce billet est d'ailleurs là pour rappeler qu'un grand nombre de ceux que l'on vous vend comme des experts en cette matière sont reprochables de conflits d'intérêts facilement vérifiables...

économistes orthodoxes français enfermés dans leur bocal libéral : et si on leur ouvrait le couvercle ?
Mais l'on n'a pas assez évoqué dans nos blogs politiques et de critique des médias le thème de l'enseignement de l'économie en France, totalement monopolisé par des enseignants ou/et des chercheurs de stricte orthodoxie libérale. Ceci expliquant cela... C'est pourquoi le choix du dernier prix Nobel, qui illustre si bien le processus décisionnel coupable de fonctionnement oligarchique, a tant fait grincer des dents parmi nous.... Son récent coup de sang n'est donc en ce sens pas passé inaperçu parmi les observateurs économiques et politiques avisés, c'est à dire non bornés par leur idéologie dogmatique (comme un Quatremer pour seul risible exemple, au point que nous pourrions l'appeler entre nous " la voix de ses maîtres" ...). Que Monsieur Tirole, (judicieusement décrit par Lordon et Dupuy en grand nettoyeur dans l'Obs) se permette d'envoyer à la secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, un courrier circonstancié " dénigrant ses collègues universitaires qui n'ont pas la même vision que lui de la discipline " avec pour but de conserver le monopole des économistes orthodoxes sur l'enseignement universitaire " est très édifiant sur la manière dont on tente de fabriquer du consentement en tentant si visiblement de dicter à tout un pays comment il convient ou non de penser notre économie. Un terrorisme intellectuel indigne d'une réelle science, qui devrait se montrer si elle en était réellement une quelque peu plus ouverte à pratiquer un partage des connaissances par un enseignement ouvert sur les grandes mutations et les problèmes bien réels de ce monde. L'enseignement de l'économie ne saurait être indifférent à ses conséquences sur l'aggravation des inégalités sociales, et participe à mon sens du phénomène de financiarisation excessive observé par beaucoup. Surtout depuis la crise des sub-primes, que la plupart de ces gens là n'ont pas vu venir, prisonniers qu'ils sont de leur dogme et de leurs conflits d'intérêts... Leur discipline devrait pourtant leur faire accepter plus facilement la dure loi du marché et la nécessité de la libre concurrence, y compris (et surtout ?) dans leur matière : " Un récent travail statistique a montré que, sur la période 2005-2011, sur 120 nominations de professeurs, seuls 6 appartenaient à des courants minoritaires." Mais il semblerait qu'il n'y soient pas vraiment prêts, à contre-courant d'autre pays, jusqu'aux aux états-unis, et se replient sur eux-mêmes, dans leur petit entre-soi affairiste, aidés en cela par la décision récente de la Ministre de l'enseignement. Il faut dire que ce genre de perceptions alternatives seraient susceptibles de nourrir des travaux qui ne seraient pas tendres envers leur mode de gouvernement économique, à rebours de l'histoire... Je tente de me rassurer, malgré ma fringale intellectuelle dans ce domaine, en me disant - méthode Coué - que les orthodoxes ont certes gagné une bataille, mais pas la guerre.... Non, le mot ne me semble pas trop fort, elle est économique à coup sûr. Comme l'histoire de Syriza le démontrera je l'espère sous peu. Si seulement quelqu'un pouvait enfin leur rabattre leur orgueilleux et indiscutable (et médiatiquement hélas indiscuté) caquet, et surtout si les faits démontaient enfin de manière écrasante leurs tranquilles certitudes... Qui rassurent si bien les grands de ce monde. Mais l'économie est-elle faite pour servir les puissants ? C'est ce qu'il convient de découvrir encore... Mais je continuerai de penser, envers et contre, qu'un autre monde est possible, en économie aussi. Carpe diem.

¹ J'emploie à dessein ce terme plutôt que celui d'économie car le fait qu'il s'agisse d'une science reste encore à démontrer. Aucun économiste n'a jamais encore réussi en effet à reproduire les effets de l'une de ces théories en laboratoire. En outre, le facteur humain, si souvent oublié, est si prégnant dans l'histoire qu'il suffit à lui seul, de par son irrationalité potentielle, selon moi, à décrédibiliser à jamais les tenants d'une prétendue science dure. Et ce ne sont pas les tentatives des uns oud es autres de modélisation qui suffiront à me convaincre...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte