Magazine Santé

Il y a un temps pour tout, l'écran et le sommeil

Publié le 03 février 2015 par Santelog @santelog

SANTÉ de l'ADOLESCENT: Il y a un temps pour tout, l'écran et le sommeil – BMJUn temps d’écran prolongé, au-delà des activités quotidiennes, signifie forcément, un temps de sommeil écourté, donc privation et troubles du sommeil. Un rappel important donc, mais rien de très  » neuf  » avec cette étude présentée dans le British Medical Journal. Elle rappelle aux professionnels et aux parents, qu’un temps d’écran trop important est associé à des problèmes de sommeil chez l’adolescent. Une donnée à retenir cependant : 4 heures d’écran c’est aussi mettre une heure au moins à s’endormir.

Ces chercheurs de l’Université de Bergen (Norvège) prennent en quelque sorte la suite des pédiatres de l’University of Western Australia qui appelaient, avec leur étude des usages actuels, il y a seulement quelques jours, l’American Academy of Pediatrics à revoir ses recommandations pour les enfants. Car que disent ces recommandations –qui datent de 2001- ? Elles préconisent une absence totale d’exposition pour les enfants âgés de moins de 2 ans et une exposition <2 heures/jour pour les plus de 2 ans. A l’époque, il n’y avait que la télévision et les jeux informatiques. Il est donc temps de mettre à jour les recommandations en tenant compte des nouveaux supports électroniques.

Trouver le bon compromis :

-   Car l’usage est là, bien réel et pour une bonne partie des 9.846 adolescents, âgés de 16 à 19 ans, suivis à partir de la cohorte youth@hordaland study, il atteint plus de 4 heures par jour consacrées à plus de 4 supports différents (ordinateur, smartphone, lecteur Mp3, mobile, console de jeux et TV).

-   Le risque est bien réel aussi : Plus un adolescent passe de temps à l’écran avant d’aller se coucher et moins bonne est la qualité de son sommeil et plus longue est le délai d’endormissement. Ainsi, l’utilisation de tout dispositif pendant la journée et avant le coucher est liée à un risque accru de mettre plus d’une heure à s’endormir.

Les différences entre les sexes sont confirmées (voir également l’étude de l’Université autonome de Barcelone). Ainsi, les garçons  » sont plus  » console de jeux, les filles plus smartphones et lecteurs MP3. Les filles passent également plus de temps sur ordi à tchater, les garçons à jouer à des jeux sur consoles et ordinateurs. Cependant l’usage est toujours élevé avant le coucher: presque tous les adolescents utilisent un ou plusieurs dispositifs électroniques au moins une heure avant d’aller au lit.

L’endormissement variable avec l’usage :

·   L’utilisation d’un ordinateur, d’un smartphone ou d’un lecteur MP3 avant le coucher est significativement associée à un endormissement plus difficile et au-delà de la période d’une demi-heure normalement définie comme période de latence du sommeil chez l’adulte.

·   Plus de 4 heures de temps d’écran dans la journée sont associées à un risque accru de 49% de mettre plus d’1 heure à s’endormir,

·   plus de 2 heures de temps d’écran après l’école sont liées, à la fois au délai d’endormissement et à une durée de sommeil raccourcie.

·   2 heures ou plus de temps d’écran avant le coucher sont associées à une probabilité multipliée par 3 de dormir moins de 5 heures.

·   4 heures ou plus de temps d’écran avant le coucher sont associées à une probabilité multipliée par 3,5 de dormir moins de 5 heures.

Enfin, si l’ordinateur apparaît comme le premier coupable de l’allongement du temps d’endormissement et de la réduction du temps de sommeil, le multi-usage ou l’usage de 4 dispositifs ou plus augmente de 26% le risque de mettre plus d’une heure à s’endormir et de 50% celui de dormir finalement moins de 5 heures.

.

Reste l’explication de la petite lumière bleuedes tablettes et de la perturbation de l’horloge biologique qui vient s’ajouter à la réduction du temps de sommeil et l’endormissement plus tardif.

En conclusion, si les recommandations ont bien besoin d’être réactualisées et précisées, cette étude rappelle qu’il y a un temps pour tout, l’écran et le sommeil. Et si l’on recommandait autrefois de ne pas avoir la télévision dans la chambre, c’est peut-être l’ensemble des dispositifs qui devraient être tenus à l’écart.

Source: BMJ 2 February 2015 doi:10.1136/bmjopen-2014-006748 Sleep and use of electronic devices in adolescence: results from a large population-based study (Visuel© Scott Sanders – Fotolia.com)

SANTÉ de l'ADOLESCENT: Il y a un temps pour tout, l'écran et le sommeil – BMJ
Plus d’étudessur le Temps d’écran

Lire aussi :TEMPS D’ÉCRAN: Un marqueur d’équilibre chez l’adolescent

TEMPS D’ÉCRAN: Pourquoi il faut revoir les directives pour les enfants -


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine