Magazine Santé

DOULEUR de l'ENFANT: L'hypnose ou hypno-analgésie, une alternative à l'anesthésie – CHU Réseau

Publié le 03 février 2015 par Santelog @santelog

DOULEUR de l'ENFANT: L'hypnose ou hypno-analgésie, une alternative à l'anesthésie  – CHU RéseauAppelée aussi  » distraction positive « , l’hypnose est particulièrement adaptée au profil des jeunes patients, explique ce communiqué de CHU Réseau qui présente l’initiative du CHRU de Montpellier pour gérer la douleur de l’enfant, en cas d’interventions légères. Pour ces interventions peu invasives, l’hypnose, combinée à l’anesthésie locale, représente une bonne alternative à l’anesthésie générale, et sans risque de complication médicamenteuse, conclut ici l’équipe d’anesthésie pédiatrique qui l’a déjà pratiquée à l’occasion d’une soixantaine d’interventions réalisées sous hypno-analgésie chez de jeunes patients âgés de 6 à 15 ans. Un nouvel exemple d’alternative à l’option médicamenteuse, donc sans effets secondaires.

L’hypno-analgésie permet une réduction de la douleur à l’aide de l’hypnose, qui ne prive pas les patients des sensations nécessaires pour pouvoir indiquer un problème. L’hypnose est décrite comme un état de transe au cours de laquelle une personne a une attention et une concentration accrues. Elle est déjà reconnue comme pouvant permettre, chez certains patients, de contrôler le cerveau au-delà des comportements et des sensations et est déjà utilisée en pratique clinique pour aider les patients à gérer la douleur, le stress, l’anxiété et les phobies. L’effet de l’hypnose sur le ressenti de la douleur est connu depuis longtemps. La diminution de l’inconfort ressenti et de la douleur a été démontrée à partir d’examens réalisés sous IRM fonctionnelle.

Jusque-là, les interventions mineures chez l’enfant étaient le plus souvent effectuées sous anesthésie générale, en raison notamment de la limitation des doses d’anesthésiques locaux utilisables, des difficultés pour l’enfant de rester immobile et de son angoisse de l’intervention. Aujourd’hui l’hypnose permet d’installer l’enfant dans un état favorable à une intervention chirurgicale sous anesthésie locale. L’opération n’est plus ressentie comme douloureuse et les enfants dès 6 ans se montrent réceptifs à cette solution, précise le communiqué.

En pratique, l’hypno-analgésie est faite en association à une prémédication et une anesthésie locale par pommade (Emla®), complétée par des anesthésiques locaux tamponnés. Les interventions, sélectionnées par le chirurgien concernent généralement les chirurgies plastiques cutanées. L’hypno-analgésie est réalisée par les infirmiers anesthésistes (IADE) ayant suivi une formation  » Initiation aux techniques d’hypno analgésie  » dispensée par le CHRU de Montpellier ; les enseignements étant assurés par des formateurs de l’Institut Français d’Hypnose (IFH).

60 interventions, des résultats encourageants : Le bilan est positif pour les équipes de Montpellier. L’ hypno-analgésie est par ailleurs bien adaptée à la prise en charge ambulatoire de l’enfant. Des résultats donc encourageants mais qui doivent encore  être validés par une étude prospective.

Sources: Communiqué Réseau-CHU Ambulatoire : l’anesthésie des enfants par l’hypnose et CHU Montpellier

DOULEUR de l'ENFANT: L'hypnose ou hypno-analgésie, une alternative à l'anesthésie  – CHU Réseau
Lire aussi :HYPNOSE: Pourquoi chez certains ça marche et chez d’autres pas? -


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine