Magazine Science & vie

Energetique prospective /les carburants du futur (6)

Publié le 03 février 2015 par 000111aaa

Toutes  les informations  de JEAN JOUZEL  et du GIEC  hier   ( voir «  l’adaptation de la  France  aux changements climatiques »  par A. BONDUELLE / J.JOUZEL , 23/05/14 )   ne se traduisent pas nécessairement  par une réponse précise du type : «  voilà quand et où tout cela  démarre ! !».Bien entendu, vous ne vous en étonnez pas , ayant peut être écouté les récriminations de CLAUDE ALLEGRE / VINCENT COURTILLOT  contre  les statistiques de JEAN JOUZEL   /HERVE LE TREUT …..  J’ai donc pris soin d’aller rechercher  dans les débats parlementaires du  SENAT   le dernier état de nos connaissances, les données 2012 de  ma conférence 2013  étant  peut -être à «  rafraichir » !

  HELAS, mes espoirs   ont été loins d’être satisfaits !! Et il y a dans les comptes rendus des séances du Sénat ( 3 fevrier 2015)  DE QUOI TOMBER DE VOTRE FAUTEUIL ! je cite  ( copier _coller partiel ) : « 

-Les modèles ne font que décrire un climat plus ou moins probable, sans pour autant décrire le climat qui va exister

-une partie de ces critiques est émise par les climatologues les plus concernés.

-pour M. Hervé LE TREUT, les modèles de simulation du climat présentent essentiellement trois types d'imperfections tenant au maillage de la sphère, à la difficulté de saisir les aspects chimiques et biochimiques de la réalité, au fait que le climat est un système chaotique, pas entièrement prévisible ( à chaotique je préférerai aléatoire )…….

- les modèles constituent des outils experts très étudiés mais seulement pour évaluer un risque et non pour fournir une prévision datée……..

-Un programme international, PMIP, conduit par Mme Sylvie JOUSSAUME , s'est attaché à comparer les modèles tout en simulant le climat d'il y a 6.000 ans et celui du dernier maximum glaciaire…….

-Malgré l'attente, par les uns ou les autres, de prévisions par région, voire par ville pour l'horizon 2025, 2050 et 2100 en France, votre Rapporteur se doit d'affirmer, au terme de ses investigations que ni le degré géographique précis souhaité ni les échéances de temps auxquelles surviendront les changements climatiques ne peuvent résulter des actuelles connaissances, recherches ou modélisations sur les changements climatiques……..

-Deux modèles, toutefois, ont focalisé leur intérêt sur l'Europe et le bassin méditerranéen. D'une part, le modèle en points de grille du Laboratoire de météorologie dynamique (L.M.D.) avec zoom et le modèle Arpège-Climat du Centre national de recherche météorologique (CNRM) à maille variable….

Ces modèles, comme tous les autres, travaillent notamment sur le scenario standard du doublement de CO2 entre le début du XXème siècle et les années 2060. »

   Et PAN !  Et par conséquent vive  les théorèmes de la  THEORIE DES POSSIBILITES   et les  bornes maxi-mini  réalistes de ma STRATEGIE FLOUE  à  PRINCETON ……..

--------------------------------------------------------------------------------------

  Le « coup de pied de l’âne » ou «  la flèche du Parthe »  ( à votre choix !) est donné par le contenu du  chapitre suivant du rapporteur du Sénat  et son titre pessimiste  : « LES JURISTES NÉGOCIENT DES DATES NON NÉGOCIABLES ( MAIS) VIDENT DE LEUR PORTÉE LES PRINCIPES GRÂCE À DES CLAUSES ÉCHAPPATOIRES » Ce qui explique largement le discrédit et le découragement   sur ces conférences internationales et le maigre espoir à attendre de celle de PARIS  à la fin de l’année … a consulter : Rapport de l'OPECST n° 224 (2001-2002) de M. Marcel DENEUX

-------------------------------------------------------------------------------------

Nous voici arrivés en un point de ma série d’articles où il apparait que :

-les cinétiques de production  des combustibles fossiles ou gaziers  ou schisteux   sont   mal connues ;

-  les cinétiques de consommation  encore plus mal connues du fait des biais démographiques et des  incertitudes  économiques et politiques ;

- les incertitudes climatiques  ne permettent d’échapper à des phénomènes, indatables et "insituables "précisément  mais  inquiétants et irréversibles à moyen terme ;

 N’apparait il pas alors nécessaire d’envisager une reprises des études de R& D   et une  production progressive  d’hydrocarbures liquides  ou gaziers   de synthèse ????

 A SUIVRE 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


000111aaa 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine