Magazine Société

Quand on parle d'accord et de remise en question

Publié le 03 février 2015 par Danymasson

Ce qui est vrai pour certains ne l'est pas pour d'autres, et nous ne le 

découvrons pas aujourd'hui. La Grèce remet en cause les accords 

passés avec les Créanciers et entre autres la TROÏKA. C'est avec 

presqu'une certain unanimité que le monde s'indigne. Y compris des

gens comme vous et moi qui somme toutes, voient les cigognes qui

passent mais n'en subissent pas trop les inconvénients.

arcelor,mittal,ferblatil
Mittal, Ferblatil, Arcelor Mittal, Liège et la Belgique

Eux aussi, ceux de Liège, ceux de Ferblatil avaient un accord pour

ceux qui partent et qui subissent le désengagement de Mittal dans 

le Froid et la Chaud en Belgique mais aussi en France et ailleurs. 

 Une catégorie de travailleurs, avaient un droit légal en Belgique, qui

est de percevoir en cas de licenciement les "Indemnités de préavis 

calculés selon la Grille dites Claes" l'arrivée au Gouvernement des Libéraux et de la NVA, l'arrivée de Chris Peeters, à changer la donne. 

Que s'est il passé ? 

Les travailleurs de 52 et 53 et 54 ans, presque en âge de Pré - retraites

en échange de laisser tomber la Grille Claes et ces avantages, avaient 

pu obtenir des Négociateurs, des "Garanties" quant à un statut spécial 

dans l'attente de l'âge effectif de la Pré retraite, des indemnités sans 

inquiétudes quant à la chasse aux sorcières (chômeurs qui refusent des

emplois) puisque licenciés en masse. De plus on bloquait le calcul de

leurs retraites en fonctions de ce qu'ils perçoivent lors de leur licenciement.

Bon accord pour tout le monde. Mittal EPARGNE un fond de trésorerie très

important en évitant ainsi de payer les fameuses indemnités de licenciements

(pour certains cela tournait au alentours de 240 000 euro Brut soit un net

poche de plus ou moins 130 000 euro). 

Pour les travailleurs qui n'ont rein  demander à personnes et qui ne font que 

subir cette situation, des lendemains, s'ils ne sont pas des plus joyeux,

en tout cas, ils pouvaient limiter la casse sans être trop inquiet.

La signature de la Loi Petters, le 30 décembre 2014, remet tout ceci en

cause. 

Les travailleurs licenciés, n'ont pas l'indemnité Claes, et ils sont repris 

comme des chômeurs, sans statut spécial, devant même prouver

chaque mois au moins 5 recherches d'emplois. Sous peine de se 

voir exclus des indemnités de remplacement. 

On le voit, les accords, se font, se défont et si l'on est dans l'actualité

dans la PASSION  du moment on ne passe pas inaperçu comme ceux 

de Ferblatil à Liège pou d'autres encore ailleurs. 

Un Contre Maître de cette entreprise de Liège est allé au tribunal contre 

l'accord qui avait été passé entre les négociateurs et il a gagné. La justice

ne pouvant soustraire des droits à une personnes si elle ne les réclame.

Le Conseil d'administration de Mittal est en Appel contre ce jugement. 

Qui va aller contre la parole volée lors de négociations ? Qui va dire 

non à la remise en cause des accords passés en 2014 ? 

C'est fou tout de même, comme les paroles, les accords s'envolent ! 

Belle  et Bonne Journée et Belles et Bonnes  Lectures, Aussi ! 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Danymasson 913 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine