Magazine Politique

Liberté d’expression en France : un journaliste jeté en prison, les médias se taisent

Publié le 04 février 2015 par Plusnet

Liberté d’expression en France : un journaliste jeté en prison, les médias se taisent

Dans une simple affaire de diffamation, la juge d'instruction Françoise PETUREAUX a tenté de faire incarcérer un journaliste, le valeureux Nicolas BERARD, alors que la loi l'interdit.
En matière de diffamation, un juge d'instruction n'a pas le droit de faire placer en détention provisoire une personne, car la diffamation n'est pas sanctionnée par une peine de prison mais par une simple amende.
Mais la juge d'instruction Françoise PETUREAUX ne connaît pas la loi, ou peut être, se pense au-dessus des lois.
Il convient de distinguer les faits concernant cette affaire (I), de l'action de la juge d'instruction Françoise PETUREAUX.

I. Les faits de la cause

Nicolas BERARD a été pendant plusieurs années, directeur de la publication d'un journal diffusé sur l'ile de la RÉUNION.
Une plainte pour diffamation a été déposée contre lui, devant le Tribunal de SAINT-DENIS DE LA RÉUNION, en sa qualité de Directeur de la publication, d'un vrai journal d'information objective.
Cette affaire a été confiée à la juge d'instruction Françoise PETUREAUX, qui semble t-il, se pense au dessus de la loi.

II. L'action illégale de la juge Françoise PETUREAUX

Dans son bureau situé à SAINT-DENIS DE LA RÉUNION, la juge d'instruction Françoise PETUREAUX, a donc délivré un mandat d'amener aux forces de police de MARSEILLE, contre le valeureux Nicolas BERARD, en sa qualité de Directeur de la publication d'un journal objectif et de qualité, une sorte de Quenel +.
Cette juge d'instruction a en plus, demandé aux juges de MARSEILLE, de faire placer en détention provisoire le valeureux Nicolas BERARD, dans l'attente de son transfert en avion de MARSEILLE, jusqu'à l'ile de la RÉUNION.
La demande de placement en détention provisoire est illégale, car, la diffamation ne peut être sanctionnée par une peine de prison.

III.L'arrestation tragique du valeureux Nicolas BERARD

Le 29 janvier 2015 à 06 H 00 du matin, le valeureux Nicolas BERARD, a donc été arrêté à son domicile, par la police politique, sur l'ordre de la juge d'instruction Françoise PETUREAUX et, conduit devant le Juge de la détention et de la liberté, pour décision, sur la demande de placement en détention provisoire, dans l'attente de son transfert en avion, jusqu'à l'ile de la RÉUNION et ce, pour une simple affaire de diffamation.
Le valeureux Nicolas BERARD aurait pu être placé en détention provisoire pendant 6 jours.
Mais, le juge de la détention et de la liberté a constaté que :

  • La demande de placement en détention provisoire était interdite et illégale, car, l'infraction de diffamation n'est pas sanctionnée par une peine de prison ;

  • C'est pourquoi, le valeureux Nicolas BERARD a été relâché à 15 H 30, soit, après avoir été illégalement détenu pendant plus de 8 heures.
Chacun se souvient du discours de François Hollande alias le " Rat de Corrèze " :
Moi président, je ne ferais pas la chasse aux journalistes ; Moi président, je ne ferais pas la chasse aux Avocats ; Moi président, je ne ferais pas la chasse aux terroristes de 8 à 14 ans.


Mais la réalité de janvier 2015 est tout autre :

  • Un journaliste a risqué d'être jeté en prison pendant 6 jours, pour avoir écrit quelques mots dans un journal objectif :

  • La chasse aux Avocats est ouverte dans les banlieues (Me François DANGLEHANT, Me Richard NDEMAZOU, Me Alexis DUBRUEL, Me Jean-Pierre CEVAER, Me Anne GRECO ;

  • La " Police politique " interpelle des enfants de 8 à 14 ans, pour de prétendues affaires de terrorisme.
A n'en pas douter, la France est devenue une Tyrannie de quelques uns, qui n'agissent que pour défendre les intérêts d'une faction, au détriment de " l'arrière garde ".
Carlos Manuel VALLS a raison, lorsqu'il dénonce un régime d'apartheid, un système dans lequel, l'égalité n'est qu'une imposture.

Mais comment ce personnage peut-il dans le même temps ;

  • Dénoncer un régime d'apartheid ;

  • Soutenir une distinction entre l'avant garde et l'arrière garde.
Malheurs aux peuples, malheurs aux hommes qui croient savoir ce qu'ils veulent, quant ils ne font que le vouloir (Convention Nationale, Joseph Emmanuel SIEYES, discours du 18 Thermidor de l'An III).

Source : QuenelPlus


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Plusnet 12554 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines