Magazine Santé

CHIRURGIE BARIATRIQUE: Elle trouve ses limites dans la sévérité de l'obésité – Annals of Surgery

Publié le 06 février 2015 par Santelog @santelog

CHIRURGIE BARIATRIQUE: Elle trouve ses limites dans la sévérité de l'obésité – Annals of SurgeryPour les patients diabétiques super-obèses, la chirurgie bariatrique pourrait ne pas être la bonne solution, avertit cette étude de l’Université de Cincinnati. Car si ses bénéfices documentés sont de plus en plus nombreux, en particulier sur l’espérance de vie et chez les patients diabétiques, au-delà d’un certain seuil d’obésité, La chirurgie bariatrique pourrait faire plus de mal que de bien. Ainsi, cette étude, publiée dans, montre que, chez ces patients à IMC très élevé, au-delà de 60 kg/m2, la technique peut, au contraire, réduire l’espérance de vie.

Il existe 3 types de chirurgie bariatrique: par pose d’un anneau gastrique, sleeve gastrectomie, ou pontage gastrique. De nombreuses études convergent aujourd’hui pour suggérer que cette technique de perte de poids conduit généralement à l’amélioration de marqueurs importants de santé métabolique, comme la sensibilité à l’insuline, de plus récentes suggèrent qu’elle améliore l’espérance de vie pour de nombreux patients, diabétiques et obèses.

 

Cette étude montre que la chirurgie de l’obésité réduit l’espérance de vie au-delà de certains IMC, ici estimés à 60 kg/m2 :  » Si pour la plupart des patients atteints de diabète et ayant un indice de masse corporelle supérieur à 35, la chirurgie bariatrique augmente l’espérance de vie, le bénéfice de la chirurgie diminue à mesure que l’IMC augmente. Les patients avec un IMC supérieur à 62 risquent de ne pas bénéficier de cette espérance de vie « , explique le Dr Daniel Schauer, professeur de Médecine interne et auteur principal de l’étude.

Son équipe a développé un modèle d’aide à la décision permettant de comparer l’espérance de vie de 200.000 participants, soit diabétiques et sévèrement obèses ayant subi une chirurgie bariatrique ou non.

L’analyse constate que par exemple, une femme âgée de 45 ans souffrant de diabète et ayant un IMC de 45 kg / m2 va gagner, en moyenne, près de7 années de vie avec l’intervention. Mais, avec un IMC de 62 kg / m2, son espérance de vie diminue avec la chirurgie bariatrique. Des résultats similaires sont observés pour les hommes et les femmes et quel que soit le groupe d’âge.

On pouvait s’attendre à ce que la chirurgie de l’obésité profite encore plus aux sujets très obèses, mais ce n’est pas le cas. On imagine, dans ce cas, un changement métabolique sans doute trop radical et l’on comprend que dans les cas d’obésité morbide, que les complications post-opératoires peuvent être plus fréquentes.

Source: Annals of Surgery January 23, 2015 doi: 10.1097/SLA.0000000000000907 Impact of Bariatric Surgery on Life Expectancy in Severely Obese Patients With Diabetes: A Decision Analysis

CHIRURGIE BARIATRIQUE: Elle trouve ses limites dans la sévérité de l'obésité – Annals of Surgery
Plus d’études surla Chirurgie bariatrique


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 70262 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine