Magazine Politique

Vaccins: un journaliste de "USA Today" demande l'arrestation et l'emprisonnement des sceptiques

Publié le 08 février 2015 par Plusnet

Vaccins: un journaliste de


" Quand l'industrie du vaccin ne parvient plus à obtenir la soumission par la propagande et la censure, elle se tourne inévitablement vers la coercition, les menaces et la violence. Les sceptiques (par rapport aux vaccins) devront être réduits au silence sous la menace des armes, car la meilleure façon d'avoir le dernier mot est de mettre en prison ceux qui ont des raisons de ne pas être d'accord. Bienvenue à la montée d'une véritable tyrannie médicale en Amérique ". - Mike ADAMS


(Natural News) Nous découvrons enfin le véritable programme de l'industrie du vaccin. Après qu'il ait, à de nombreuses reprises, été documenté par le laboratoire de Natural News que les vaccins contenaient des produits chimiques neurotoxiques comme le mercure, le formaldéhyde et le glutamate monodique (MSG), après qu'il ait été régulièrement montré que les vaccins tuaient des personnes qui se faisaient vacciner ; après qu'il ait été clairement démontré que les vaccins contre la grippe ne reposaient sur aucune science digne de ce nom ; après que les fabricants de vaccins aient ouvertement admis qu'aucun essai clinique n'avait pu démontrer qu'ils marchaient vraiment - les promoteurs enragés des vaccins révèlent la phase finale de leur jeu : jeter les objecteurs en prison.


C'est là le sens de l'appel lancé par le journaliste, Alex Berezow de " USA Today " : " Les parents qui ne font pas vacciner leurs enfants doivent aller en prison ", écrit-il dans l'article de USA Today


Et pour être vraiment très clair, ce que Berezow veut dire c'est que les parents qui ne vaccinent pas leurs enfants, quelle que soit la toxicité du vaccin, devraient être jetés en prison. On ne parle d'aucune exemption qui pourrait être discutée ou recommandée qui permettrait aux parents de s'abstenir de vacciner leurs enfants en raison des produits chimiques neurotoxiques qu'ils contiennent (comme le mercure, un métal lourd que l'on retrouve encore dans des vaccins contre la grippe administrés aux enfants en Amérique). Il n'y a non plus aucune discussion sur le fait que des parents informés pourraient s'opposer aux vaccins en raison de la récente confession d'un lanceur d'alerte, haut responsable du CDC qui a révélé comment le CDC a commis une fraude scientifique en dissimulant les preuves scientifiques établissant un lien entre les vaccins et l'autisme.


Mais si nous réfléchissons à la proposition d'emprisonnement proposée avec insistance par " USA Today ", il nous faut nous poser la question suivante : que devrait-il se produire après que les parents aient été jetés en prison ? Eh bien évidemment, c'est l'Etat qui va prendre la garde des enfants du fait qu'ils sont désormais qualifiés d'orphelins.


Donc, le fait de suggérer que les parents qui cherchent à protéger leurs enfants des ingrédients toxiques des vaccins soient jetés en prison est en même temps une sorte d'appel du pied à l'Etat pour qu'il prenne la garde de tous les enfants qui n'ont pas reçu les vaccins toxiques de Big Pharma.


Soyons vraiment parfaitement clairs par rapport à l'essentiel de cet argument publié par " USA Today ". Etant donné que les ressources de la police dans les villes américaines sont forcément limitées, ne serait-on pas en droit de penser que Berezow soutiendrait essentiellement l'idée que les policiers chargés de l'application de la loi (et dont les effectifs sont trop minces un peu partout) devraient être détournés de l'arrestation des vrais criminels comme les violeurs, les braqueurs ou les agresseurs d'enfants, pour être déployés à travers les villes américaines et passer de porte en porte pour menotter et arrêter les sceptiques des vaccins, tout en demandant aux services de protection de la jeunesse de prendre leurs enfants ?


Ce serait ainsi que les objectifs pourraient être atteints !


Ceci est par définition l'essence même d'un état policier médical.


Le fait que pareille politique soit audacieusement réclamée dans les pages de " USA Today " démontre à quel point nous nous sommes traîtreusement aventurés dans des territoires qui nous sont devenus presque familiers de régimes dictatoriaux dans le monde où les droits de l'homme sont systématiquement violés au nom de la conformité.


Et pourtant, cet article de " USA Today " est en fait une grande victoire pour tous les sceptiques des vaccins. Il n'y a, en fait, pas de reconnaissance plus importante de l'échec de la " science " vaccinale que cet appel pour que les vaccins soient administrés sous le menace d'une arme. C'est là l'abandon complet de toute philosophie qui prône le respect de la liberté humaine, de la dignité et de la possibilité de choisir . Au lieu de cela, cet appel semble ravaler les sceptiques des vaccins intelligents et bien informés au rang d'assassins et de violeurs, ce qui implique qu'ils devraient partager le même sort, si ce n'est pas la même cellule de prison.


Tout ceci représente finalement l'aveu même que les acharnés des vaccins sont à court d'idées raisonnables et, utilisant leur dernière arme, doivent recourir à la force contre tout bon sens.


Berezow, comme la plupart des acharnés des vaccins est un tyran. Il en appelle ouvertement au gouvernement pour qu'il utilise la menace de la violence pour détruire des familles, les déchirer par la force, s'emparer de leurs enfants pour atteindre un niveau de conformité aux normes vaccinales que Berezow prétend basées sur des preuves irréfutables de sécurité et d'efficacité.


Ces preuves sont évidemment imaginées par l'industrie elle-même - cette même industrie qui inclut des notices imprimées dans ses propres vaccins. Ces notices admettent des choses du genre : "... il n'y a pas eu d'étude contrôlée démontrant adéquatement une diminution de la grippe après la vaccination avec le FLULAVAL ".


Ci-dessous, une photo de la notice du vaccin pour que vous puissiez vous rendre compte :


Vaccins: un journaliste de


Vaccins: un journaliste de


Si vous clamez haut et fort que les vaccins sont " sûrs et efficaces ", vous vous qualifiez vous-même automatiquement d'ignorant de la réalité médicale et clairement non qualifié pour faire le moindre commentaire sur la sécurité des vaccins. Dire que " les vaccins sont universellement sûrs et efficaces " fait preuve d'une incompétence cognitive comme de dire aujourd'hui que " la terre est plate " ou que le mercure est aussi bon pour les enfants quand on leur place des amalgames. (C'est là la position officielle de l'Association des Dentistes Américains, un groupe qui soutient l'industrie chimique et qui reste coincé dans les dénis des années 1950).


Lorsque les médias américains commencent à imprimer des textes d'opinion qui ressemblent à la logique de Kim Jong-Un, on peut se douter que quelque chose a terriblement mal tourné.


Dans sa chronique de USA-Today, Berezow fait valoir que " personne n'a le droit de menacer sa communauté ", mais il menace personnellement des millions d'Américains d'arrestation et d'emprisonnement dans ce même article. Lui seul a le droit de faire de telles menaces, voyez-vous, parce que les menaces qu'il brandit d'emporter vos enfants et de vous emprisonner en tant que parents, sont brandies sous l'étiquette fallacieuse de " science ".


Ses menaces ne sont pas considérées comme des menaces exactement comme ce fut le cas avec le meurtre de 3.000 civils au cours d'attaques de drones. La dette nationale de 18 trillions de dollars - dont la plus grande partie s'est accrue au cours de la présidence d'Obama - ne compte pas non plus parce que " le budget fédéral est en équilibre " (avec une nuance, c'est qu'il ne l'est pas).


La photo qui suit peut permettre d'imaginer à quoi pourrait ressembler une équipe de police chargée de faire appliquer une loi sur les vaccins :


Vaccins: un journaliste de


Cette situation apparemment sans issue est évidemment accablante pour l'industrie : voilà, vous faites ces vaccins sous la contrainte et si la santé de vos enfants est endommagée, ou même si votre enfant est tué par ces vaccins que l'on vous a obligé de faire, c'est votre problème, pas le nôtre !


Cet argument de prison de Berezow pose aussi la question suivante : est-ce que M. Berezow soutient le principe de coercition du gouvernement, ainsi que les menaces de violence contre les citoyens américains uniquement dans le domaine des vaccins ? Ou pense-t-il aussi que le gouvernement devrait arrêter et emprisonner les gens qui ne se conforment pas aux souhaits du gouvernement dans tous les autres domaines ?


Selon la propre logique de Berezow, les gens qui refusent de rentrer dans le système d'assurance santé " Obamacare " devraient également être arrêtés et emprisonnés. Il est même probable que les personnes qui écrivent des articles sur les dangers des vaccinations devraient aussi être arrêtées et emprisonnées... Et pourquoi s'arrêter là ? [...]

Vaccins: un journaliste de

" Nous avons reçu le signalement que vous hébergiez un enfant non vacciné. Dites-nous maintenant ce qu'il en est et on vous laissera la paix... "


Le fait que " USA Today " s'est autorisé à publier un article de ce genre montre qu'il est déjà fort tard et que c'est l'apathie des Américains eux-mêmes qui a permis l'émergence d'un état médical policier . A une époque où le gouvernement américain espionne ouvertement tous nos appels téléphoniques, tous nos courriels. A une époque où l'administration Obama a poursuivi plus de lanceurs d'alerte que n'importe quelle autre administration dans l'histoire américaine - les systèmes d'oppression, de propagande et de contrôle ont atteint un point de basculement où la révolte du peuple n'est plus loin.


La militarisation massive des forces de police locales à travers tout le pays constitue une alerte rouge par rapport à nos libertés de plus en plus écrasées alors que le gouvernement lui-même semble s'armer pour une guerre contre le peuple américain. Les services de police locaux possèdent maintenant des voitures blindées résistantes aux mines, des armes militaires automatiques, des drones de surveillance, des dispositifs futuristes qui permettent de voir à travers les murs.


Si le scepticisme à propos des vaccins est criminalisé, toutes ces armes de guerre - dont beaucoup ont été transférées aux forces de police après leur retour de la ligne de front du Moyen-Orient - seront tournées contre les citoyens qui refusent d'injecter les poisons chimiques toxiques des vaccins à leurs enfants.


L'étape suivante serait de déclarer que les sceptiques des vaccins sont des " terroristes nationaux ". A partir de là, toutes les formes de coercition du gouvernement, pourraient facilement être " éthiquement justifiées " selon les acharnés des vaccins.


La confiance du public dans le gouvernement est à son niveau historique le plus bas. La confiance du public dans les grands médias menteurs continue à chuter de jour en jour. La confiance du public dans les vaccins toxiques continue également de dégringoler, et cette tendance ne sera jamais plus inversée jusqu'à ce que l'industrie du vaccin décide d'éliminer les métaux lourds et les produits chimiques toxiques de ses vaccins (si jamais elle le fait).


Nous avons bien sûr déjà vu ce genre de personnages. Il s'agit du même genre de personnes qui nous ont fourgué l'Obamacare, avec de lourdes amendes à la clé si nous refusons d'acheter un produit d'assurance au sujet duquel le gouvernement a totalement menti, tout en prétendant qu'il serait " abordable ". N'oubliez pas ce qu'on vous a dit : "Si vous aimez votre médecin, vous pourrez garder votre médecin ? " C'est le même genre de mensonge malveillant que prononcent les empoisonneurs vaccinaux qui n'arrêtent pas de prétendre que les vaccins sont " totalement sûrs et efficaces."


Je tiens à remercier Berezow pour avoir finalement dissipé tout doute concernant le véritable ordre du jour des vaccinalistes enragés. Arrivera-t-on à obliger les enfants non vaccinés et les adultes à porter des insignes de la honte comme on l'a fait avec les juifs en 1939 ?


Il y a plus de 230 ans, il a mis en garde :


" Si nous n'inscrivons pas la liberté médicale dans la Constitution, le temps viendra où la médecine s'organisera en une dictature camouflée pour restreindre l'art de guérir à une seule classe d'hommes, et refusera ce privilège aux autres. La constitution de la République doit accorder un privilège spécial pour les libertés médicales comme pour la liberté religieuse."


En d'autres termes, le Dr Rush prévoyait précisément le genre de tyrannie médicale dont a parlé " USA Today ". "La médecine s'organisera en une dictature camouflée" ces paroles décrivent exactement ce que nous voyons arriver aujourd'hui. Cette dictature par la force des armes, devrait, soutient Berezow, être appliquée par le gouvernement lui-même. Nous avons ici affaire à la définition même du fascisme : un partenariat entreprises-gouvernement pour forcer l'obéissance de la population par la coercition sous la menace de la violence et de l'incarcération.


" USA Today " devrait avoir honte d'avoir publié une pièce de propagande pour la dictature médicale qui aurait fait la fierté du Ministre Nazi de la propagande, Joseph Goebbels !


L'appel lancé pour faire emprisonner les résistants aux vaccins est en réalité l'aveu même que la pseudoscience qui est derrière les vaccins n'est plus suffisamment convaincante pour qu'il soit nécessaire de la remplacer par des fusils.


Sinon, comment serait-il possible d'arrêter des gens, de prendre leurs enfants et de les emprisonner sans personnels armés envoyés vers les familles "coupables" ? Là où la science de pacotille échoue, les fusils du gouvernement sont clairement la réponse.


Cette liste ne sera, bien entendu jamais publiée par " USA Today " pour la simple raison que ces faits médicaux réels ne s'accordent pas très bien avec l'ordre du jour de la propagande pour les vaccins que véhiculent les médias traditionnels.


Nul doute que les promoteurs de vaccins d'aujourd'hui qui exigent l'arrestation et l'emprisonnement des résistants américains aux vaccins ne se gêneraient sûrement pas d'approuver l'utilisation de ces prisonniers pour leurs expériences médicales. VoirIci, Ici, Ici.


La plupart de ces expériences médicales inhumaines ont été menées sur des prisonniers, des minorités ou des soldats.


Il est assez clair que le même système médical, éthiquement pervers, qui en ce moment même réclame l'emprisonnement des sceptiques des vaccins, n'hésiterait pas à utiliser ces personnes pour "une importante recherche médicale dans l'intérêt du bien public."


C'est ainsi que sont nés les crimes contre l'humanité. Vous êtes aujourd'hui même en train de les voir se dérouler en Amérique sous vos yeux dans les pages d' " USA Today ". Il s'agit ici de l'histoire en marche, cette histoire qui nous conduira sur la route du terrorisme médical parrainé par l'état qui est ouvertement soutenu par les médias traditionnels.


Certaines personnes tirent les leçons des erreurs de l'histoire. Mais Berezow, lui, semble déterminé à les répéter.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Plusnet 12554 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines