Magazine Humeur

Tir au flan !

Publié le 09 février 2015 par Delanopolis
Le socialisme mou du volant, ça ne résiste pas à un tir tendu de Christiane ! Même sous forme de recette de cuisine à déguster quai des orfèvres ... Tir au flan ! RECETTE DU BŒUF CAROTTE

Prenez un beau poulet bien dodu et un peu faisandé. Ne le Loué pas, achetez-le. La location de volaille n’est pas un secteur d’avenir. C’est onéreux car il s’agit d’une espèce rare et bien particulière, on essaiera donc de vous plumer, mais vous n’êtes pas un pigeon. Les meilleurs poulets pour cette recette, vous les trouverez à Paris. Ils sont élevés dans la cour de l’immeuble de la Guilde de Saint-Eloi. Evitez les poulettes Hallal de Rosny, celles-là sont indigestes et plomberaient votre sauce.

Il est courant pour améliorer la présentation de dessiner des lignes à la poudre blanche sur le poulet, mais attention, cela sale d’autant plus l’addition que la poudre en question a tendance à s’évaporer, personne ne sait où. Faites mijoter longtemps, ces volatiles sont des dures à cuire. Un cru bourgeois tel que le fameux Château des Rentiers est indispensable pour accompagner ce plat.

Prochainement ce sera la recette du Macron au Vin Blanc. La Dinde Poitevine en Sauce Verte suivra. Ensuite la Crème d’Andouille Sauce Solférino. Bon appétit.


PERMIS PAR CORRESPONDANCE

Le petit Macron veut faire passer le permis de conduire en zone rurale par les postiers. Probablement parce qu’ils ont déjà le timbre à poser dessus…
Je croyais que les postiers avaient un job à temps complet, donc où vont-ils trouver le temps de faire ça ? En quoi cela va-t-il débloquer le marché de l’emploi, puisque la loi Macron a pour but d’inverser la courbe du chômage ? Quelle qualification a le facteur pour juger du niveau d’un jeune conducteur ? D’autre part, si les postiers sont si peu occupés, il y a probablement une économie à faire…

Un autre volet de la loi est que les cours et l’examen de code puissent être assurés au lycée, ce qui écarte d’emblée les jeunes courageux qui partent en apprentissage au lieu de traîner leurs fesses sur les bancs de l’école, et met le code aux frais du contribuable.

Enfin il souhaite que les loueurs de voiture puissent donner des cours en substitution aux auto-écoles s’ils se dotent de véhicules à double pédalier. Pourquoi pas aussi les taxis ou le garagiste du coin ? Qui pourrait même faire d’une pierre deux coups et proposer directement une bonne occase à l’élève conducteur ! On se demande pourquoi les moniteurs d’auto-école passent un examen spécifique si c’est si simple.

L’absurdité de ces mesures est hallucinante. Le problème majeur du permis ce sont les délais d’attente pour passer l’examen, délais souvent repoussés non pour manque d’inspecteurs mais parce qu’ils sont en grève entre deux congés maladie. Cela fait évidemment le bonheur des auto-écoles puisqu’un apprenti conducteur qui cesse de conduire trop longtemps n’a aucune chance de réussir l’examen pratique, donc il faut multiplier inutilement les leçons. Cela met le permis à 3000 euros en moyenne, le plus cher de l’Union Européenne, et de très loin (600 à 1000 euros en Espagne selon les zones). Bien sûr le phénomène est aggravé par l’intouchabilité de ces gens qui bénéficient du statut fonctionnaire avec emploi à vie. C’est peut-être par là qu’il faudrait commencer. On pourrait envisager de former et agréer des gens et de les payer à l’acte, par exemple, en s’arrangeant pour que les auto-écoles ne tombent pas systématiquement sur les mêmes afin d’éviter le clientélisme.

Mais avant de révolutionner le système tout seul dans son coin, n’aurait-il pas été judicieux de la part de monsieur Macron de faire un peu de benchmarking et d’aller voir dans les autres pays de la communauté européenne comment ils font ? Non, monsieur Je-sais-tout n’a pas besoin de conseils, et puis tout le monde sait qu’en France nous faisons tout mieux que les autres…

Bref tout ça, ça sent l’improvisation. Et puis avec tout ça nous sommes en train de perdre de vue un truc énorme : d’ici 2020, ce qui est très proche, les constructeurs automobiles sont capables de nous sortir des véhicules autonomes. Nos archaïsmes administratifs stupides vont nous faire passer à côté de l’essentiel. Déjà sont intégrés aux voitures modernes : le GPS, l’allumage automatique des codes, le frein à main électrique qui se bloque et se débloque seul et assiste vos démarrages en côte, l’aide au parking, les caméras de recul, des systèmes anti collision, des régulateurs et des limiteurs de vitesse. Les progrès fulgurants de l’électronique sont en train de révolutionner l’automobile. Bientôt il nous suffira de laisser faire le véhicule et de reprendre la main quand ça nous chante… Avec un bémol : à force de laisser faire, nous ne serons plus suffisamment attentifs et nous ne saurons peut-être plus, justement, reprendre la main. Le permis de conduire tel qu’il est aujourd’hui sera bon pour la poubelle. En revanche il faudra certainement une formation à la gestion des commandes électroniques et de la programmation de la route, parce que là, ça va se compliquer vraiment. Alors nos inspecteurs à la noix n’auront plus qu’à se trouver un autre boulot.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delanopolis 94155 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines