Magazine

J'étais un des Pierrots [par LittleTony87]

Publié le 11 février 2015 par Pierrotlechroniqueur

Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures, et celle-ci n'a que trop duré. Lorsque nous avons codé les noms des différents protagonistes de l'affaire dans ce qui devait être le dernier billet du blog (bravo SM pour ce travail de cryptographie, d'ailleurs), je ne pensais, certes, pas que le code serait aisément brisé. Et effectivement, il ne l'a été que par une personne avant que des méthodes plus originales n'apportent des résultats partiels. Malgré tout, je m'étais promis de donner, alors, des explications à qui les demanderait. Vu l'issue de l'affaire et la révélation prenant une bien plus grande ampleur que ce qu'on aurait pu attendre, autant réveiller ce blog une dernière fois pour vous offrir un retour en arrière sur le sujet.

Quelques notes introductives

Bref, je vais revenir ici sur mon parcours "de Pierrot" : ce que je dirai n'engage que moi, et je tenterai au minimum de parler pour les autres. À eux de voir ce qu'ils veulent dire, taire : pour la plupart, l'aventure est de toute façon terminée depuis longtemps. Moi même, j'ai d'ores et déjà, et depuis la fin de l'été, pris des distances avec Wikipédia pour de nombreuses raisons, assez peu liées à ce blog ou aux divers conflits. Ce billet ne vise donc pas à préserver un quelconque "avenir Wikipédien" ou une réputation... Juste à fournir des clés de compréhension à ceux qui m'ont accordé leur confiance. Libre à chacun, ensuite, d'y accorder le crédit qu'il souhaitera.

Il faut, pour comprendre tout cela, remonter il y a assez longtemps. Lorsque je me suis inscrit sur Wikipédia en février 2009, j'étais bien entendu loin de me douter des nombreuses ramifications de ce gigantesque réseau : que l'on parle de clans ou juste d'affinités et d'inimitiés, les faits sont là, et le récent vote sur Toto le prouve encore : les clivages sont fréquents, et ne découlent pas de tel ou tel mouton noir comme voudraient le croire certains. Je les comprends, cependant : attribuer la faute à un individu, qu'il soit Rogel ou SM, Grimlock avant eux, et qui d'autre encore, évite de réfléchir aux nombreuses structures et réseaux plus ou moins informels et inconscients qui régissent toute relation humaine. En cela, je les rapproche de tous ces jeunes qui, par facilité, préfèrent tout attribuer au complot judéo-islamo-maçonniquo-illuminati car ils ne comprennent pas les réels rouages de l'ensemble.

En 2010, je me suis assez naïvement confronté à Alithia, et c'était, je dois le dire, assez rigolo (pour ceux qui ne connaissent pas ce torchon qui, à l'occasion, reprend ses élucubrations mais de façon beaucoup moins poussée, c'est ici. Pensez aux gants.). Face à des gens de mauvaise foi, j'ai tendance à beaucoup rire quand je prends des coups, et les choses auraient pu durer très longtemps. C'est à cette occasion que j'ai découvert le blog de Pierrot. Je ne sais pas qui en était alors le principal rédacteur, mais je tablerais sur Grimlock, avec un SM en puissance montante. Chose particulièrement drôle, je trouvais là bas du soutien, alors que j'étais sur Wikipédia en radical désaccord avec les positions de Grimlock et de SM. Et, comme l'homme est impulsif, j'avais même par moments tendance à souhaiter le bannissement de ce SM qu'on voyait souvent en PàS. Pourquoi ? Principalement parce qu'il n'était pas de mon avis. Oui, il faut être lucide : la plupart de ceux qui souhaitent dégager SM aujourd'hui le souhaitent pour les mêmes raisons que moi hier : une divergence d'opinion qu'il est plus facile de régler en supprimant la pensée "adverse".

En cela, l'intervention de Serein sur le BA cet après-midi est intéressante : elle parle d'attaque en désignant un billet de Pierrot (que je dirais écrit par SM, sans pouvoir le certifier à 100% ; il est aussi possible que Grimlock ait encore été actif ponctuellement à l'époque), mais un examen du billet ne révèle en réalité aucune attaque : juste des critiques, étayées par une argumentation, et qui mériteraient de se voir répondre une autre argumentation. En les ramenant (probablement en toute sincérité : j'ai personnellement toujours eu confiance dans la bonne foi de Serein avec qui mes rares rapports ne furent jamais houleux) à de simples attaques, on nie l'idée même que la pensée adverse puisse être motivée par autre chose que la malveillance. Et malheureusement, ce comportement s'est retrouvé, tant chez ceux que Pierrot dénonçait comme "Clique" que chez certains de "l'anticlique"... et même parfois chez une partie des Pierrots. Cette tendance à refuser de concevoir que l'Autre puisse nous critiquer de bonne foi est probablement humaine, et se retrouve ainsi chez la quasi totalité des Wikipédiens, moi compris... Et c'est certainement sur elle que je ferais reposer la grande majorité des conflits. En aucun cas sur une personne, car, avant de dénoncer en SM le mal absolu sur Wikipédia, on a pu attaquer Meodudlye, Grimlock, et qui d'autre avant eux ! Nul doute que, SM banni, d'autres prendraient la relève, car les idées survivent toujours à ceux qui les portent.

Vers l'anticlique, et au delà

Nous voici donc en septembre 2011. Cela fait alors quelques six mois que je suis administrateur, après un vote qui m'a principalement permis de voir que 1. je n'ai pas (encore) d'ennemis sur Wikipédia ; 2. mes contributions sur le main sont reconnues et appréciées. Mes outils, je les utilise comme je l'avais annoncé, pour aider quand je le peux, c'est-à-dire en supprimant une page vandalisme par ci, un copyvio par là. Je n'ai jamais émis l'idée de devenir "administrateur à plein temps", la maintenance étant pour moi une tâche secondaire par rapport à la rédaction (j'entends secondaire dans ma pratique, et non dans son importance globale pour le projet !). Or, en ce jour de septembre me prend la mauvaise idée de regarder les RA. J'y découvre alors que lgd est au centre d'une requête pour abus de ses outils d'administrateurs (protection de sa propre page de discussion pour refuser de dialoguer avec certains contributeurs qu'il qualifie de trolls). Nous sommes alors plusieurs administrateurs récents (une vague d'élections était survenue au printemps 2011 à l'appel d'Esprit Fugace) à être gênés par cette façon de se faire justice soi-même. Nous ne nous connaissons alors pas, mais nous nous prenons à avoir le même avis : lgd mérite un petit rappel à l'ordre. Pas même un blocage, juste une tape sur les doigts. "Comment !" s'insurgent certains administrateurs débarqués pour l'occasion après des périodes d'inactivité plus ou moins forte, "hors de question de bloquer lgd" (de blocage, il n'avait pas été question), "vous voulez le chaos" et autres critiques du genre. J'avais alors raconté tout cela dans ce billet qui, étrangement, avait donné à mon blog une certaine notoriété.

Il faut replacer les choses dans leur contexte : si aujourd'hui, lgd est un utilisateur multi-banni et ne trouve plus le soutien de quiconque sur Wikipédia, il était à l'époque fermement soutenu par un collectif d'administrateurs (dont pas mal, d'ailleurs, me semblent désormais avoir disparu de la circulation). La chose était vite montée en épingle, en RA, sur le BA... Alors qu'à l'origine, il ne s'agissait '''que''' d'une demande de rappel à l'ordre. J'étais sidéré. Sidéré aussi parce que, d'un coup, des gens qui avaient jusque là reconnu mes qualités rédactionnelles se permettaient de me dépeindre comme une sorte d'adolescent utilisant Wikipédia comme un vulgaire meuporg ; comme si, par cette simple prise de position, tous mes apports à l'encyclopédie s'étaient évanouis. Autant les critiques venues d'Alithia m'avaient fait rire, autant celles de gens qui étaient supposés vouloir l'amélioration de l'encyclopédie me fichaient sacrément le bourdon.

Dans le même ordre d'idée, j'eus la présence d'esprit de faire un billet de blog où je mentionnais, parmi les causes des tensions régissant parfois Wikipédia, la position de Wikimédia France. À aucun moment je ne prenais parti sur la question : et pour cause, je n'avais strictement rien à reprocher à WMFr, et je précisais même ne pas comprendre pourquoi elle était la cible de conflits ! Comment aurais-je pu me faire l'écho de critiques, et plus encore, d'attaques, à son sujet ! Je me contentais de dire que le sujet était source d'engueulades. Que n'ai-je pris : certains contributeurs étroitement liés à l'association ont alors pu écrire à mon sujet, sur Twitter et donc publiquement, des choses aussi agréables que "j'arrête de supposer la bonne foi, il est simplement con", et je ne parle pas des volées de critiques suscitées par le billet. Et le pire, c'est que ces critiques venaient de gens que je jugeais jusque là sympathiques.

Et à l'opposé, une personne comme SM, que j'avais toujours jugé antipathique car nous n'avions pas les mêmes idées, s'ouvrait au débat, était capable de discuter, et de ne pas me cracher à la figure lorsque nos avis ne concordaient pas (ce qui arrivait assez souvent, d'ailleurs). D'autres ont fait le même chemin : les jeunes admins du moment, Frakir, Kelam, Coyote... Nous avons parlé sur Twitter, manifesté notre gêne, puis sommes passés sur le canal liveRC, et finalement sur le fameux "anticlique" qui a beaucoup fait parler pour pas grand chose, car les discussions étaient du même tonneau que ce qu'elles étaient sur Twitter, le canal des patrouilleurs, ou même sur Wikipédia : quelques débats sur Wikipédia, avec les mêmes avis souvent divergents, quelques moments de discussion autour des événements du moment. Sebleouf a bien retranscrit cette ambiance dans son post sur le BA, mais il oublie cependant de préciser que les "appels aux votes" consistaient généralement en quelqu'un qui balançait le lien en disant "vous avez vu ça ?" et suscitait généralement des réactions diverses. Tout comme il convient de préciser que souvent, notamment lorsqu'il l'était par SM, le lien était également balancé sur des canaux beaucoup moins "sécurisés" comme LiveRC : on a vu mieux, comme groupe occulte. Mais surtout, c'était beaucoup de parlotte amicale sur des sujets qui n'avaient aucun rapport. D'ailleurs, généralement, le chan sommeillait principalement pour n'être troublé que par les "bonjour" et "au revoir" des uns et des autres. Des insultes ? Pas plus que ce que j'ai pu voir ailleurs, malheureusement : certes, certains contributeurs avaient le don de recourir à un langage plus que fleuri (et bizarrement, il s'agissait souvent des mêmes qui se le voyaient reprocher ailleurs ; Meodudlye, si tu m'entends...), mais globalement, le simple fait de signaler que par diverses engueulades, certains des "membres" du canal ne s'adressaient pas la parole suffit à remettre les choses en place. Plus exactement, l'appartenance à la "sphère anticlique", au "groupe Pierrot" ou même au chan des patrouilleurs, puisqu'il semblerait pour certains que ce soit l'antre du démon, ne suffit pas à inclure dans un quelconque complot car, même au sein de ces ensembles, résident de très importantes divergences d'opinion.

Mais surtout : qu'aurions nous eu à cacher ? Tout le monde savait déjà que nous avions régulièrement des avis identiques dans bien des situations (notamment, assez vite, au sujet des abus du CAr, j'y reviendrai) : c'est justement parce que nous avions des avis similaires que nous nous étions mis à discuter, et pas le contraire : nous ne discutions pas pour avoir des avis identiques. En cela, si un canal pouvait être un moyen de réfléchir et de partager des idées, il ne fut jamais un réel canal d'action : il y avait bien trop de divergences (et parfois même d'hostilité ouverte) entre les membres pour des actions véritablement concertées, en eût-on réellement eu envie, et quiconque tentait de mobiliser pour une action recevait généralement des refus plus ou moins polis.

En avions nous besoin, d'ailleurs ? Certains abus d'administrateurs sautaient aux yeux, et la procédure de contestation a été adoptée rapidement (et, préparez vous au scoop, certains des plus imposants pilliers d'anticliques y étaient aussi fermement opposés et voyaient dans cette procédure la fin de l'activité d'administrateurs-patrouilleurs face à des vandales qui, désormais, pourraient contester facilement). La principale contestation qui aboutit (serait-ce d'ailleurs la seule ?), celle de Moez, ne nécessita d'ailleurs aucun appel au vote : les faits étaient là, et suffisants pour convaincre bon nombre de gens qui n'étaient affiliés à aucun "canal secret" ou autre.

Reste le cas de la fameuse élection "truquée" du CAr 16. Critique assez étonnante, d'ailleurs, replaçons nous donc dans son contexte. Je n'étais toujours pas Pierrot, à l'époque, mais pour tous, le souvenir de l'élection du 15e CAr était vif : une élection où nombre de votants, des deux côtés, étaient de façon évidente des "zombies" ; des contributeurs réveillés pour l'occasion du vote. Chaque fois qu'un vote "contre" apparaissait, chaque fois qu'un candidat proche de l'ancien comité était sur la ligne grise, quelques uns de ces comptes dormants étaient entrés en action, entraînant la réponse d'autres comptes dormants en face... Bref, l'élection avait été sale, sous tous points de vue.

La réponse à apporter était logique : puisque les comptes dormants n'intervenaient qu'en cas de danger (après tout, leur usage était également risqué pour la légitimité du CAr, ils n'étaient qu'un dernier recours), certains n'avaient qu'à attendre la fin pour voter, empêchant tout appel à des morts vivants en réponse. Il n'y a pas eu de consigne claire ou d'organisation précise : non. Certains ont juste supposé que voter à la fin serait le meilleur moyen d'éviter les comptes "opportunistes". En fait, il s'agissait de répondre à la mauvaise foi par la mauvaise foi, un peu comme lorsque les députés PS avaient répondu par un pied de nez à l’absentéisme de la majorité UMP en se cachant derrière un rideau pour ne surgir qu'au moment du vote. Il n'y avait rien de répréhensible en soi, ou plus exactement, il s'agissait d'une manipulation en réponse à une manipulation.

Un gede dégoûté d'avoir été victime de cette mystification s'est d'ailleurs emporté le lendemain en avouant sur le bistro que si nos votes étaient arrivés plus tôt, d'autres auraient pu voter "pour" en réponse, preuve que des "unités de cavalerie" étaient bien prêtes à intervenir en cas de danger. Preuve que des comptes dormants, inintéressés à la base par les élections (sans quoi ils auraient voté au premier abord) étaient mobilisables en cas de danger apparent. Dénoncer le vote tardif, c'est donc reconnaître que, si ce retard a joué sur le résultat, alors il restait des forces mobilisables, alors, des renforts auraient pu être appelés. Et '''nous''' sommes accusés de manipulation ? J'ai, depuis, eu accès par ailleurs à certaines sources prouvant que les appels à voter pour sauver le CAr durant les 15e élections avaient été totalement assumés en interne par leurs auteurs. Je ne donnerai pas de nom, pas de date. Tout arbitre en fonction en ce moment où à l'avenir sera libre de le vérifier s'il en a la curiosité.

Voici, pour les reproches de collusion. Comme je le disais plus haut, il est facile d'imaginer "l'ennemi" organisé, préparant ses plans d'action de façon malhonnête et concertée. Il est plus difficile de comprendre les mécanismes qui conduisent plusieurs personnes à avoir le même avis. En l'occurence, je le dis clairement, je pense par mon expérience que ceux qui ont répondu à nos réflexions par l'attaque ont été le principal trait qui nous a un tant soit peu unis.

Pierrot démasqué

À l'époque, le grand sujet de discussion sur Anticlique était en fait un sujet assez commun : qui pouvait bien être Pierrot. Bien entendu, à l'instar du coupable dans les Dix Petits nègres, SM s'était improvisé chef informel de l'enquête et s'amusait à nous envoyer vers de fausses pistes. Fabrice Ferrer, excuse moi, je t'ai fort longtemps soupçonné. Puis un soir, pour des raisons qui lui sont certainement propres, SM m'a révélé la vérité. Nous devions être au printemps 2012. J'étais scié, et pourtant, les pièces s'imbriquaient : SM avait toujours été un candidat potentiel, mais sa "date de naissance" Wikipédienne ne collait pas. L'ajout de plusieurs autres identités, en particulier Grimlock, résolvait le problème de la durée. Je restais néanmoins assez sidéré de l'identité du principal Pierrot jusque vers 2011 : Grimlock. Moi qui avais souvent trouvé le bonhomme trop brut de décoffrage et bien éloigné de ma façon de penser, j'étais sidéré de découvrir qu'il était aussi le sympathique Pierrot avec qui j'avais échangé... Et avec qui je tombais d'accord. Je compatis donc fortement envers tous les lecteurs assidus du présent blog qui ont adhéré aux propos de Pierrot sans pouvoir saquer ceux qui l'incarnaient : la découverte peut effectivement surprendre.

Passé cela, je compris le fonctionnement du blog : recherche du consensus avant la publication d'un billet (certes, tous les Pierrots sont difficilement mobilisables, ce ne furent donc que généralement les plus actifs qui donnaient leur aval : Serein [si l'on suppose effectivement comme le veut le mythe fondateur du blog qu'elle en ait fait partie dans les temps préhistoriques : sur ce point, j'ai du croire les anciens sur parole], Chaps the Idol et Meodudlye, par exemple, n'ont jamais dit un mot au sujet des billets que j'écrivais), quelques règles d'uniformité (jamais d'attaque ad hominem, critiquer les actes, jamais les personnes elles mêmes ; quelques conventions stylistiques), ainsi que d'autres d'usage ; notamment (pour des raisons éthiques évidentes) ne pas répondre sous son identité wikipédienne à des billets dont on est le principal auteur. C'est en tout cas une règle à laquelle je me suis personnellement conformé (d'où mes commentaires moins nombreux depuis 2012).

J'ajoute enfin une note à l'attention de ceux qui ont fouillé avec ardeur les entrailles du site pour retrouver diverses IP : dans la mesure où je faisais transiter mes billets par SM (déjà pour une uniformisation stylistique et relecture, mais surtout par peur de faire une fausse manip qui révèlerait le pot au rose... ah, et par flemme de faire la mise en page moi-même, aussi), tous ceux que j'ai écrits sont associés à son adresse IP... D'où une apparente SMisation des derniers temps du blog, qui ont été passés au crible, d'autant que je soupçonne certains autres auteurs d'avoir fait de même (je vais d'ailleurs tenter de publier moi-même ce billet : amis pirates, vous aurez ainsi mon IP. :D )

L'écriture se faisait donc de façon assez simple : si un de nous avait une idée, billet de fond ou d'actualité chroniquienne (ce qui était le moins intéressant à traiter), il lui suffisait de l'ébaucher, d'en parler aux autres, et le billet était soit amendé, soit envoyé tel quel. Beaucoup étaient donc le fruit d'une réflexion collective, ce qui fait que Pierrot est effectivement une personnalité propre, mélange de nos différents modes de pensée : moins tranché que SM sur les DRP, plus impliqué que moi vis-à-vis de WMFr, par exemple ; plus enthousiaste, bien plus, que SM concernant les labels... L'ensemble n'était pas malhonnête, comme j'ai pu le lire, ou ne cherchait pas à manipuler, puisqu'il y avait réelle discussion de ces points. Lorsque, par exemple, un billet critiquait SM pour une outrance, c'était à la suite d'une discussion où il lui avait été clairement affirmé qu'il était allé trop loin. Le fait qu'une partie des Pierrots ait été beaucoup plus modérée que lui (en particulier à mon époque) jouait, et, généralement, il acceptait la critique de bonne grâce.

Quels billets ai-je écrits ? Eh bien pour tout dire, je n'en ai foutrement plus la moindre idée : je les ai remontés à la recherche de quelques uns, et ai retrouvé ce récent billet sur les labels, sujet qui m'était cher (en l'occurrence, j'avais d'ailleurs dû enfreindre la règle du "ne réponds pas à ce que tu as écrit" pour pouvoir adresser à Théoliane une réponse s'appuyant sur un élément lié à mon vécu, que je ne pouvais attribuer à Pierrot, qui, d'ailleurs, n'a jamais été "incarné" par moi dans les commentaires, pour les raisons techniques citées plus haut). Parmi les plus anciens, difficile de retrouver ce que j'ai moi-même écrit, ou juste relu. N'en ayant pas gardé de traces dans mon PC, c'est un pan de recherche que je laisse à chacun, qui sait, l'étude des différents styles permettra peut-être des hypothèses !


Et les conflits d'intérêt, dans tout ça ?

On en arrive au point central, le fait que des Pierrots aient été admins, CU, arbitre, et les problèmes que cela pourrait impliquer. Je comprends tout à fait que certains puissent y voir une tromperie. Pour ce qui est des admins, cela implique en réalité assez peu de choses, en fait : après tout, Pierrot avait toujours dit l'être, il me semble, sans que cela choque réellement. Et le fait est qu'il l'était... en partie (le dur problème de la schizophrénie bloguesque). CU, Schlum ne l'a été que sur la fin d'activité du blog, à l'époque où celui-ci s'éteignait de lui-même. Quelles informations aurait-il effectivement pu communiquer ? Pas plus qu'il n'en aurait communiqué à des personnes hors Pierrot, je suppose ; en tout cas, je n'en ai eu aucun écho. Plus encore, comme cela a été répété sur le bistro récemment suite aux interrogations de Pic-Sou, tout mésusage des outils de CU est aussitôt visible par les collègues. Ceux-ci étant, pour certains, clairement sur une ligne différente de celle de Pierrot, ils n'auraient manqué de signaler tout mésusage ou toute pression.

Il en va de même du côté du CAr, où tous les échanges en interne se font sur une mailing list accessible à tous les arbitres en fonction, et futurs. Tous les mails échangés entre les arbitres durant mon mandat, mais aussi durant les précédents CAr sont donc consultables par tout nouvel élu qui serait désireux de vérifier qu'il n'y eut pas, alors, de débordement, ni même avant. Sur la période qui pourrait vous intéresser à mon sujet, cependant, et contrairement aux époques précédentes, tous pourront confirmer que nous avons fait en sorte d'échanger au maximum en public, la mailing list ne devenant plus qu'un lieu de rappels de deadline de type "bon, vous foutez quoi, faudrait qu'on avance". S'il y eut de lourds secrets concernant le fonctionnement du CAr, ce n'est donc pas à cette époque qu'il faut chercher. Je remercie au passage Cangadoba pour avoir confirmé publiquement ce fait.

Quand bien même, d'ailleurs, cela n'a vraisemblablement pas beaucoup servi Pierrot, qui n'a jamais disposé d'accès à toutes les informations croustillantes auxquelles j'aurais pu accéder. Pourtant, quel ajout cela aurait pu être pour la ligne éditoriale du blog ! Pensez : quel qu'ait pu être l'intérêt des échanges qui se seraient tenus durant les précédents comités comme durant ceux où j'étais impliqué, un rédacteur doué aurait pu les monter en sauce pour préparer un véritable scoop. Pourtant, je n'ai, à aucun moment, transmis aucune des informations confidentielles qui ont pu me parvenir par mon mandat d'arbitre. Par éthique, d'une part, mais aussi parce que de toute façon, au moins un des Pierrots, certes très peu actif (en tant que Pierrot) ne m'inspirait strictement aucune confiance.

De même, ma fonction d'arbitre ne fut pas influencée par mon rôle de plume pour une raison simple : les arbitrages dans lesquels j'ai été impliqués n'avaient rien de "politique", comme pouvait l'être celui impliquant Patrick Rogel. Sur les trois arbitrages que j'ai traités, l'un s'est conclu par un bannissement car l'arbitré avait littéralement pété un plomb ; et les deux autres mettaient en scène un schéma similaire : deux fortes personnalités se croisant régulièrement sur un projet où elles ont des compétences communes, l'une se sentant traquée et se mettant elle-même à traquer l'autre. Cela se produisit au sein de deux projets différents, avec deux contributeurs différents. À chaque fois, les torts étaient partagés (quoi qu'inégalement) et les sanctions le furent aussi. L'un des deux arbitrages ne posait logiquement pas de souci, aucun des contributeurs n'étant une "personnalité". L'autre, beaucoup plus.

Mes collègues arbitres le diront peut-être : notre but (car la décision fut collective et la réflexion intégralement publique) était d'aboutir à une décision ne privant le projet d'aucun des contributeurs compétents impliqués tant qu'ils mettraient de la bonne volonté. Il s'agissait donc de mettre des garde-fous, sans pour autant sanctionner bêtement. Et ainsi fut fait : Meodudlye ayant vraisemblablement pris des distances avec le projet, la décision n'a de toute façon pas eu de conséquences néfastes pour les "victimes" supposées, si ce n'est les priver d'une vengeance qu'elles semblent encore désirer, plusieurs mois plus tard. Ce n'était pas ma conception de la justice wikipédienne, et cela ne l'aurait été en aucune situation puisque je me suis toujours essayé à chercher les meilleures solutions pour éliminer une nuisance (et les attaques répétées de Meodudlye l'étaient) sans faire pour autant partir un bienfait (et les 71% de contributions de Meodudlye dans le "main" en sont certainement un en grande majorité). Cela me permet de rebondir sur mon dernier point.

Pourquoi, de toute façon, j'ai pris des vacances

Déjà, en 2012-2013, une crise de foi m'avait pris, en témoigne le massif creux dans mes contributions. Depuis cet été, il en va de même, après un début 2014 qui avait été ma période la plus productive en termes d'articles. Car pour des gens qui écrivent une encyclopédie, nous parlons bien peu du fond. Et c'était l'avantage de Pierrot : il posait aussi des questions de fond (même si, étrangement et à notre grand dam, ces billets faisaient bien moins d'audimat que les billets potentiellement trollesques). Lorsquej'ai été élu admin début 2011, on me connaissait globalement pour pondre à la chaîne des AdQ et BA alternant entre paquebots et Beatles, et la plupart des votes un peu justifiés mentionnent ce fait. Deux ans plus tard, lorsque je me présentai comme arbitre, ce n'était plus ce qui ressortait, seules mes opinions et amitiés comptaient désormais. Je n'étais plus LittleTony87, contributeur sur des sujets dont tout le monde se fout mais qui fait du bon boulot ;j'étais "l'homme d'un réseau". Guère plus.

Pourtant, mon activité n'avait pas cessé : même durant les plus grosses périodes de tension, je suis resté abonné aux Wikiconcours, désébauchant les articles par dizaines à chaque fois, essayant d'en labelliser régulièrement... Que l'on n'aime pas mes idées n'empêchera pas que j'ai apporté, durant toute ma carrière Wikipédienne, énormément de fond. La différence est que ce fond ne créait mon identité que tant que je fermais ma gueule. Une fois celle-ci ouverte, ne comptaient plus que mes opinions, les contributions passant à l'arrière plan.

Que l'on ne croie pas que je cherche à me victimiser : ce sentiment est une impression générale, transposable à bien d'autres contributeurs. Dans les discours des uns comme des autres, l'autre est vu à travers le prisme de ses prises de position, de sa façon de dialoguer, de ses défauts... mais que très rarement pour son activité dans l'espace principal, qu'il s'agisse de maintenance, d'écriture d'articles, de relecture... Et cela, plus que le reste, est véritablement déplorable. Car ce discours se retrouve dans la bouche de la plupart des gens plus ou moins unis dans des "groupes de pensée" (terme surement plus adapté que "clan", bien que moins vendeur), et il est souvent inconscient.

Mes contributions ont-elles perdu tout intérêt lorsque je me suis engagé contre les abus du CAr avant sa réforme ? Les purges d'historique anti-copyvio de Lomita ont-elles totalement perdu leur légitimité parce que celle-ci est trop suppressionniste au goût de certains ? Devrais-je, parce que j'ai été en désaccord par le passé avec Akeron, lui nier tout droit à être CU alors qu'il est probablement un des utilisateurs de Wikipédia les plus compétents pour cette fonction ? Les exemples de ce type de réflexion bushienne ("either you're with us, or you're with the terrorists"), répandus, je le répète, de tous les côtés et, à divers degrés, dans chacun d'entre nous, sont la cause principale de la mauvaise ambiance de Wikipédia. Comprendre et annuler ce schéma mental est un travail que nous devrions tous faire, pour apprendre à nous forcer (car il s'agit bien, au départ du moins, de se forcer) à retrouver les qualités de ceux que nous ne pouvons basiquement pas blairer pour ses idées. Bien entendu, c'est plus compliqué que de demander son bannissement. Plus gratifiant, malgré tout. Mais si je me tire, c'est, outre bien des raisons personnelles, parce que peu semblent vouloir se décider à faire ce putain de travail.


Les leçons du blog

Avec mon couplet du "on est tous des gros cons incapables de voir le bon dans nos ennemis, aimons nous les uns les autres" et ainsi de suite, je vais donc passer pour le neuneu idéaliste de service. Soit, après tout, Desproges disait que "l'ennemi est bête, il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui", et cela résume finalement les rapports entre "cliqueux" et "anticliqueux". Car que ces groupes soient formels ou non (et c'est généralement le "non" qui domine), ils se forment, autour de questions comme le CAr, comme la contestation de certains admins, et leur existence saute malgré tout aux yeux. Plus qu'aux partis politiques monolithiques de la Ve République, ces "clans" s'apparentent aux courants du XIXe siècle, époque où il était facile de changer régulièrement de mode de pensée, d'obédience et où appartenir à un "parti" n'était pas affaire d'encartage, mais juste de façon de penser.

Vous me trouvez peut-être idéaliste, avec ce côté "cherchez le bon dans votre ennemi, arrêtez de ne voir que ce que vous n'aimez pas"... Mais l'expérience Pierrot fut exactement ça, même si, j'en suis convaincu, ce n'était pas l'intention de ses principaux artisans (je peine à imaginer, en effet, Grimlock, SM ou Meodudlye adhérant à cette pensée). Car Pierrot est l'exemple clair et simple que vous, ami lecteur, pouvez voir celui qui vous parle d'une façon tout à fait différente si vous ne connaissez pas son nom.

Qui était Pierrot ? Vous avez été nombreux à vous prendre au jeu, à faire vos suppositions, et en un sens, nombreux aussi à préférer ne pas le savoir. Car au fond, il y avait de ça aussi : votre principale crainte était là. Et si Pierrot avait été un de ces sales cons que vous conchiez. Et si celui que vous venez de féliciter pour sa brillante analyse sur son blog était le même dont vous venez de demander le bannissement sur Wikipédia ? Qui, de tous, se sentirait le plus con ?

Eh bien voila la vérité : que vous ayez apprécié ou détesté Pierrot, vous l'avez apprécié ou détesté pour ses écrits, ses avis argumentés, et vous l'avez suivi dans ce but. Pierrot, contrairement à ce que j'ai lu par ci ou par là, n'a jamais injurié ou diffamé. Il a critiqué, parfois avec un peu d'ironie, des comportements qui nous amusaient, nous énervaient, nous attristaient. Bref, il a donné des opinions, mais ne s'en est jamais pris, à ma connaissance, aux personnes elles-mêmes. Pierrot n'était pas Alithia, qui prenait un malin plaisir à humilier et insulter (un de ces billets où "elle" se plaisait ainsi à dénigrer l'apparence physique de Wikipédiennes, l'air de dire "c'est pas le dessus du panier", notamment, m'avait particulièrement ulcéré) ; il n'était pas non plus Wikibuster et, surtout, il n'était pas de ces blogs orduriers qui battent le décompte du point Godwin en qualifiant ceux qu'ils n'aiment pas de nazis à tout bout de champ, photos et légendes pseudo-humoristiques à l'appui.

Pour bien des raisons, cet anonymat collectif fut sûrement une erreur : d'une certaine manière, Pierrot n'était bon que lorsque nul ne savait qui il était et je comprends parfaitement les réactions de suspicion que la révélation peut engendrer. Reste que, malgré tout, l'expérience fut globalement positive, ne serait-ce que parce qu'elle me permit de faire passer quelques idées sans me faire traiter de connard en retour. Chose qu'il est toujours bon de prendre, non ?


Et pour vous troller une dernière fois

Si vous avez tenu jusqu'au bout, félicitations. C'est bientôt fini, désormais. La clé de voute de ma pensée vis-à-vis de Wikipédia a toujours été de faire passer la qualité avant tout et c'est, en un sens, parce que je crains que ce combat pour la qualité ne soit peine perdue (face à l'usure du temps, le vandalisme etc.) que je m'en vais, bien plus que pour les combats de coqs.

Il est vrai que je pourrais parler plus longtemps de toutes les questions qui font que, d'un point de vue purement éditorial, je m'éloigne depuis six mois de Wikipédia et que je crains que l'encyclopédie, si elle a atteint un stade de profonde maturité sur la diversité du contenu, n'arrivera probablement jamais en revanche à atteindre un niveau de profondeur aussi mature. Le problème, c'est qu'en réalité, vous n'en auriez rien à foutre.

Car il faut être lucide : j'ai beau entendre ceux qui clament chaque fois que les choses dégénèrent qu'il faut "retourner à l'encyclopédie" et que "mais tout le monde s'en fout, de ces histoires de clans/qui est Pierrot" etc., il n'empêche que le BA de cette semaine révélant notre multiple identité va probablement exploser tous les compteurs de consultation, sinon d'édition. Que les deux billets sur les clans, tant honnis, sont ceux qui ont été de toute l'histoire du blog les plus consultés tandis que chaque billet traitant du fond ne recevait qu'une attention très polie (comprendre "était lu par quelqu'un à l'occasion"). Enfin, il n'empêche que, même si tout le monde se fout de savoir qui est Pierrot, le nombre de visites sur ce blog a été multiplié par huit depuis la révélation d'Akeron.

Au final, nous autres, Wikipédiens, sommes comme le téléspectateur moyen : si on nous écoute, nous passons notre vie devant Arte... Si on vérifie les statistiques... nous sommes en réalité tous scotchés, de longue date, devant TF1. Et là dessus, on pourra toujours regarder la paille dans l’œil du voisin, c'est toute une charpente que chacun de nous devrait commencer à entretenir dans ses globes oculaires.

Je finis malgré tout sur une note positive en rappelant que, en tant que Pierrot mais surtout sous mon identité de LittleTony87, j'ai fait grâce à Wikipédia de nombreuses rencontres enrichissantes, eu plaisir à côtoyer des contributeurs motivés et capables de très bonnes choses (ce qui rend d'autant plus douloureux de les voir ensuite s'entredéchirer joyeusement), et qu'à eux tous, camarades de rédaction, de labels, de maintenance et du comité d'arbitrage, je souhaite une très bonne continuation, en évitant de faire une liste pour n'oublier personne !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pierrotlechroniqueur 187 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte