Magazine

La diva maquillée comme un camion

Publié le 12 février 2015 par Desfraises

La diva maquillée comme un camion
C'était mon premier concert de "musique classique contemporaine"  le terme est absurde : comme si on voulait coller la même étiquette, pour faire une analogie aussi approximative avec la "chanson française", sur Carla Bruni, M, Michel Sardou, Jenifer, Christine and the Queens ou Cindy Sander. Bref. C'était au Studio 104 de la Maison de la Radio, le festival Présence "Les Deux Amériques".
C'était... captivant, intéressant. Les deux premiers morceaux, surtout. Michael Gordon et son Cold. Benjamin de La Fuente et son On Fire, foisonnante, énergique et hirsute partition sur le texte (en français) de Malcom X. Le reste, était à mon sens, anecdotique. J'ai surtout apprécié d'écouter de près l'Orchestre Philharmonique de Radio France, dirigé par Joshua Dos Santos. Orchestre, organisme vivant respirant et rugissant sous mes yeux ébaubis.
L'enfant de 4 ans que je suis parfois s'est attardé à observer trois ou quatre détails :
Le bas filé de la violoniste tirant une tronche de quatre kilomètres avant pendant et après le concert
Les souliers vernis de l'altiste qui gigotent sous sa chaise
Les percussionnistes faisant le grand écart entre le triangle, le gong et les cloches de vaches
Les grosses traces de doigts sur le piano Steinway
Le pianiste altruiste qui fait des signes à sa tourneuse de pages dépassée par la modernité de la partition
La violoniste citée plus haut qui éternue à plusieurs reprises, qui toussote aussi  une voix enregistrée interdisait pourtant de tousser pendant le concert La raie des fesses dépassant généreusement du pantalon du technicien pendant le changement de plateauLa diva américaine maquillée comme un camion qui, plus tard au restaurant, mange son burger et ses frites avec les doigts sous l'œil placide du directeur de la programmation
Et pendant que mon ami pianiste s'absente de table, la soprano-au-burger m'adresse la parole :
 Vous êtes un ami de Wilhem ?
Je me mords les lèvres pour ne pas lui répondre :
 Non. J'avais faim, je passais dans le quartier, j'ai vu qu'il restait une place à votre table et je me suis installé.
---
Vous pourrez écouter ce concert (et entendre éternuer la violoniste bougonne) lundi 23 février 2015 sur France Musique à 20h dans les Lundis de la Contemporaine

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Desfraises 1925 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte