Magazine Finances

Transmission de la décision de préemption au Préfet

Publié le 16 février 2015 par Christophe Buffet

Cet arrêt juge que la transmission de la décision de préemption au Préfet doit être faite dans le délai de deux mois à compter de la Déclaration d'intention d'aliéner .

(Pour en savoir plus sur le droit de préemption urbain et les moyens de le contester, voyez cette page : Le droit de préemption urbain, comment le contester.)

"Vu l'article L. 2122-22 du code général des collectivités territoriales, ensemble l'article L. 213-3 du code de l'urbanisme ;

Attendu que le maire peut, par délégation du conseil municipal, être chargé en tout ou partie et pour la durée de son mandat d'exercer, au nom de la commune, les droits de préemption définis par le code de l'urbanisme ;

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Caen, 1er juin 2004) que par courrier du 29 mars 2000, non transmis au préfet, le maire de la commune d'Hermanville-sur-Mer a notifié au notaire des consorts X..., vendeurs d'un immeuble au profit de M. Y..., l'intention de la commune d'user de son droit de préemption ; que par délibération du 30 mars 2000, transmise au préfet le 4 avril 2000, le conseil municipal de la commune a décidé de préempter ;

Attendu que pour dire régulier l'exercice par la commune du droit de préemption, l'arrêt retient que si la notification aux intéressés et la transmission à l'autorité chargée du contrôle de légalité se sont effectuées suivant deux formalités, elles n'en ont pas moins porté sur la même décision de préemption, nécessairement contenue à la fois dans le courrier du maire daté du 29 mars 2000 et dans la délibération conseil municipal du 30 mars 2000, prise dans les formes et délais prescrits par la loi, de sorte que M. Y... est mal fondé à prétendre qu'il y a eu renonciation au droit de préemption ou non exercice de ce droit emportant nullité des actes de vente subséquents ;

Qu'en statuant ainsi, alors que seul le maire bénéficiaire d'une délégation du conseil municipal pouvait prendre la décision de préemption notifiée au vendeur et que seule cette décision devait être transmise au préfet dans le délai de deux mois , la cour d'appel a violé le texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS :

RAPPORTE l'arrêt de la troisième chambre civile n° 140 FS du 1er février 2006 ;

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l'arrêt rendu le 1er juin 2004, entre les parties, par la cour d'appel de Caen ;

remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Caen, autrement composée ;

Condamne, ensemble, la commune d'Hermanville-sur-Mer et l'Etablissement public foncier de Normandie aux dépens ;

Vu l'article 700 du nouveau code de procédure civile, rejette la demande de la commune d'Hermanville-sur-Mer et de l'Etablissement public foncier de Normandie ;

Dit qu'à la diligence du greffier en chef de la Cour de cassation, le présent arrêt sera transcrit en marge ou à la suite de l'arrêt rapporté n° 140 FD du 1er février 2006 ;

Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera transmis pour être transcrit en marge ou à la suite de l'arrêt cassé ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, troisième chambre civile, et prononcé par le président en son audience publique du huit juin deux mille six."


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christophe Buffet 7478 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte