Magazine Santé

E-CIGARETTE: Une grande opportunité pour la Santé publique? – AAAS

Publié le 16 février 2015 par Santelog @santelog

E-CIGARETTE: Une grande opportunité pour la Santé publique? – AAAS » Plus d’un millier de personnes mourront du tabac dans le monde au cours de cette présentation « , expliquent les experts du tabagisme, à la Réunion de l’AAAS,  » les cigarettes électroniques ont le potentiel de réduire considérablement ce bilan  » : Les cigarettes électroniques pourraient être l’une des opportunités les plus prometteuses de notre temps en matière de santé publique, mais tout dépend pour qui. Le débat bat son plein, actuellement au cours de la Réunion annuelle de l’Association américaine pour l’avancement des Sciences (AAAS) où un groupe d’experts du monde entier échange, preuves scientifique à l’appui. Entre l’efficacité de l’aide au sevrage tabagique, sécurité relative par rapport à la cigarette classique, et toxicité à long terme encore inconnue, comment faire en sorte que la e-cigarette puisse jouer, avec le moins d’effets néfastes possible ce rôle important pour aider les fumeurs à réduire ou à cesser de fumer ?

Ces experts prennent compte à la fois les effets certains du tabagisme, peut-être plus sévères d’ailleurs que ceux estimés jusqu’ici*. Ils prennent en compte les nouvelles données de l’étude « e-ciagrettes : killing me softly…  » présentées à la même conférence de l’AAAS et montrant que, dans la réalité, l’usage de la e-cigarette dépasse chez les jeunes, la consommation de cigarettes classiques.

Car, la réalité ou le marché a devancé la recherche, et

·   des dizaines de millions de fumeurs dans le monde utilisent déjà la e-cigarette,

·   l’offre est totalement libre, puisque des centaines de versions sont disponibles en ligne ou dans les magasins spécialisés,

·   ces dispositifs fournissent aussi de la nicotine,

·   enfin, ils exposent à des composés toxiques à des concentrations très inférieures (de l’ordre du centième ou du millième) de celles de la vraie cigarette.

Du côté tabac, les chiffres aussi sont là, au-delà des effets sur la mortalité déjà sous-estimés* :

·   un milliard de personnes fument des cigarettes et le nombre est en augmentation,

·   la moitié des fumeurs va mourir prématurément,

·   c’est 6 millions de décès (ou plus) chaque année,

·   dont 600.000 non-fumeurs exposés au tabagisme passif.

·   sans action, en 2030, plus de 8 millions de personnes mourront du tabac

·   100 millions de personnes auront été tuées par le tabac dans notre siècle, si nous ne faisons rien, ce sera 1 milliard pour le siècle prochain.

Une étude  » référence  » sur l’effet sevrage: L’étude de la Cochrane Collaboration publiée en Décembre 2014 suggère ce rôle important des cigarettes électroniques, de réduction du tabagisme ou de sevrage. Cette analyse de 2 essais randomisés menés sur 662 fumeurs actuels montre qu’environ 10% des fumeurs qui ont eu recours à la cigarette électronique avec nicotine et 4% sans nicotine ont pu cesser de fumer au moins durant un an. De plus, 36% des utilisateurs de cigarettes électroniques ont réduit leur consommation de cigarettes de moitié, sur 1 an vs 28% des utilisateurs de cigarettes électroniques  » placebo « .

L’analyse Cochrane est donc en faveur de ce potentiel d’aide au sevrage.

L’absence de preuves sur l’effet pervers : Les preuves manquent, d’un effet délétère d’augmentation du tabagisme, via la e-cigarette en particulier chez les jeunes, chez qui, si les taux d’usage de la e-cigarette augmentent, les taux de tabagisme diminuent. Certes, la surveillance reste nécessaire, mais, expliquent les experts, les préjugés ne doivent pas prendre le pas sur les preuves.

Les dangers du principe de précaution et de l’interdiction d’accès à des produits qui peuvent sauver leur vie sont à prendre en considération.  » Plus d’un millier de personnes mourront du tabac dans le monde au cours de cette présentation « , expliquent les experts à la Réunion de l’AAAS,  » les cigarettes électroniques ont le potentiel de réduire considérablement ce bilan« .

Le Président et directeur adjoint du NIDA (US National Institute on Drug Abuse), le Dr Wilson Compton (Cliquer sur visuel pour découvrir sa présentation)préconisé un juste milieu:  » Les dispositifs électroniques de livraison de nicotine sont à la fois une promesse et une préoccupation « . Il rappelle en particulier les progrès dans la compréhension du cerveau et sa génétique qui suggère que l’adolescence est une fenêtre d’exposition critique avec un risque élevé de dépendance et de passage à la toxicomanie. Son message, dissiper toute perception chez les jeunes, que les e-cigarettes ne causent aucun dommage.

Un consensus sur le besoin de preuves supplémentaires : Tous les experts s’accordent sur l’urgence à réunir des preuves pour élaborer des politiques et une réglementation homogène.

En particulier, la production de e-cigarettes devrait être réglementée pour garantir des normes de qualité et de sécurité. Ainsi, certains experts rappellent l’inutile toxicité de certains arômes. D’autres la nécessité d’adapter les méthodes d’analyse toxicologiques aux substances inhalées. L’objectif reste, concluent les représentants au débat du Parlement européen, de pouvoir apporter aux quelques milliards d’usagers de santé la possibilité de prendre des décisions éclairées.

Source: AAAS Electronic Cigarettes Help Adult Smokers Quit, but the Ban Reflex Among Policy-Makers & No Harm Perception Among Teens Must be Challenged, Warn Experts

E-CIGARETTE: Une grande opportunité pour la Santé publique? – AAAS
Lire aussi :TABAC: Il tue plus que prévu et là où on ne l’attendait pas


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine