Magazine Santé

Cleptomanie et enfant

Publié le 16 février 2015 par Darouich
Qu'est-ce qui peut pousser un enfant à voler ?Au départ des choses de la vie, l'enfant ne sait pas distinguer entre les biens en partage comme les «parties communes», les biens de l'autre, les biens à soi, l'usage temporaire d'un bien, comme c'est le cas dans un prêt. Cela ne vient que progressivement. L'enfant n'a pas conscience que prendre un objet qui le fascine soit un vol, pour lui c'est prendre avec lui la chose, vouloir la garder précieusement, prolonger le contact en somme. S'emparer d'une chose, c'est comme s'approprier une force, avoir un pouvoir nouveau, être puissant, être celui qui détient cet objet. L'objet fascinant est comme un objet magique, l'enfant peut le ressentir comme ça. Le cleptomane en restera à ce stade où l'objet dérobé par impulsion n'a qu'une valeur symbolique, et il pourra s'en défaire aisément lorsqu'il sera sorti de l'imaginaire qui accompagne cette expérience trouble. Quelques petits vols «symboliques» ne font pas de l'enfant un cleptomane. Ce qualificatif ne peut être appliqué que si l'on constate la récurrence du comportement sur une période assez longue. Enfin, le cleptomane reste un individu solitaire.
À quel âge cela peut-il être inquiétant ?À la puberté, l'impulsion au vol ou cleptomanie peut s'accompagner d'une aggravation dans une tendance à la délinquance qui, elle, implique le mépris du bien d'autrui, l'acceptation du vol en tant qu'acte prémédité et intéressé avec de surcroît un phénomène de bande plus ou moins organisée. L'objet volé perd de sa valeur symbolique comme dans le cas de la cleptomanie et se mute en sa valeur marchande. Le «délinquant accompli» vole – souvent au sein d'une bande – pour se faire valoir, pour triompher de la peur, être grisé par le risque et, dans les rares cas graves, pour revendre, et donc pour s'enrichir personnellement ou en partageant le butin. Il y a lieu de surveiller les agissements de compulsion au vol simple, s'il y a lien avec d'autres jeunes pratiquant le vol caractérisé afin qu'elle ne s'aggrave pas d'une délinquance. Toutefois, il est banal que de jeunes adolescents connaissent en bande une période de petits vols. La délinquance, elle, ferait du cleptomane un voleur, c'est-à-dire qu'elle utiliserait cette compulsion en en détournant le but de satisfaction symbolique vers une dureté du caractère et le plaisir permanent d'une partie de la personne de se sentir hors la loi et d'être en rupture émotionnelle plus ou moins définitive avec les parents et la famille. Mais tous les vols commis en groupe ne sont pas pour autant des formes de délinquance, il faut bien observer, comprendre, mesurer le problème avant de porter un jugement.
Comment doit être la réaction des parents qui surprennent leur enfant en train de voler ?Le vol répétitif sur une longue période est une cleptomanie, c'est-à-dire un vol qui se commet de façon automatique, compulsive : il est impossible de ne pas le faire. L'objet convoité fascine, il est impossible de se soustraire à cette fascination. Le danger à s'emparer de l'objet est toutefois perçu et le petit voleur éprouve une tension contradictoire entre sa peur et sa fascination, tension qui va s'abaisser brutalement au moment où il s'empare de l'objet et se convertir en bonheur d'un instant. Puis cette possession incongrue devient gênante et l'objet sera offert à un ami ou jeté. Le petit voleur à répétition est un jeune addict et il conviendra donc de le traiter comme tel : un jeune individu qui souffre de compulsion et d'addiction. Le cleptomane ressent de la honte à être ce qu'il est et cache sa nature de voleur. Le vol du cleptomane n'est pas vraiment prémédité, mais le besoin de commettre un vol s'active et le vol est déclenché par une opportunité qui commence par la vue d'un objet fascinant sur le moment. Il est évident que le cleptomane va entrer en crise dans un centre commercial ! Des adolescentes dans un centre commercial peuvent être fortement provoquées et impulsées au vol de produits de maquillage par exemple. Ne pas généraliser, ne pas dramatiser, il s'agit d'une faute et non de cleptomanie ou de délinquance.
Un enfant qui commence dès son plus jeune âge à voler sera -t-il forcément un adulte cleptomane ou voleur ?Il est banal qu'un enfant jeune, en général entre 3 et 5 ans, commette, à un moment donné, quelques petits vols qui sont comme le seraient des sorties de piste à un apprenant pilote. L'enfant est un apprenant sur toute la période de l'enfance jusqu'à l'âge de jeune adulte. La propension à commettre des petits vols va se réactiver pendant l'adolescence. La réaction intelligente de l'entourage sera déterminante, car, à l'opposé, des réactions violentes pourraient entraîner une perte de contact supplémentaire, une augmentation du sentiment de dépression et donc faire le lit d'une aggravation possible des petits vols vers une cleptomanie. En conséquence, il y a lieu de s'assurer que le vol ne devienne pas un trait de comportement, mais que sa survenue soit compensée par une réaction saine de l'entourage. Si cela persiste, il faut consulter un spécialiste pédiatre, pédopsychiatre ou psychologue pour traiter le fond du problème.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Darouich 60 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine