Magazine Société

HSBC, révolution socialiste et optimisation fiscale

Publié le 17 février 2015 par H16

Aujourd’hui, je vous propose des petites histoires socialistes, c’est-à-dire dont les protagonistes sont socialistes. Par définition, cela signifie évidemment qu’ils sont ouverts aux autres, généreux, le cœur sur la main et font toujours passer la personne et la relation avant les sordides histoires d’argent. Parce que le socialisme, c’est l’humain avant tout, bien sûr.

Et l’Humain, Jack Lang, il connaît. Président de l’Institut du monde arabe à Paris, il s’occupe de très près de son institution, et sait s’impliquer dans les moindres aspects de sa gestion. Aimant la relation humaine, on comprend son besoin fondamental de tout savoir, tout comprendre et surtout tout négocier, y compris les contrats de restauration qui lient l’Institut avec un traiteur chargé de lui fournir les repas de son restaurant, un certain groupe Noura.

Comme tout socialiste qui se respecte, Jack ne peut pas s’imaginer payant ses repas sur place. C’est probablement cet humanisme qui l’a donc poussé à réclamer de larges ristournes au groupe Noura pour de nombreux repas pris au Zyriab, le restaurant gastronomique de l’Institut. C’est peut-être cette difficulté à manipuler de l’argent, parfaitement logique chez nos socialistes humanistes, qui a poussé le président à faire passer un nouvel appel d’offre dans lequel il est demandé que « Le président de l’IMA [bénéficie] gracieusement et dans la limite de 1000 couverts par an d’une table ouverte au Zyriab à longueur d’année » ou que « le délégataire [assure] également gracieusement un service café, thé, soft dans le bureau du président lorsque celui-ci reçoit des personnalités. »

socialism for the rich capitalism for the rest

Que voulez-vous, pour avoir de l’argent, il convient d’en dépenser le moins possible. Et très manifestement, le socialisme, s’il entend libérer l’Homme des contraintes du réel en lui proposant une égalité taillée au cordeau (ou à la serpe, au besoin), ne peut pas s’embarrasser de contingences grasses que la gestion financière, la fiscalité ou les comptes dans des paradis fiscaux entraînent inévitablement.

C’est aussi pour cela qu’on peut très bien être radical socialiste et empêtré dans un scandale fiscal. Ce n’est pas contradictoire : lorsqu’on est socialiste, on ne veut pas traiter les histoires de gros sous, et on dérape parfois. C’est peut-être à la suite d’un tel dérapage qu’en Espagne, Juan Carlos Monedero, le numéro trois du parti Podemos (dont l’audience électorale croît d’autant plus qu’il critique vertement la corruption des dirigeants espagnols), a semble-t-il oublié de déclarer une rétribution de 425.000 euros qui aurait dû rentrer dans son calcul d’impôt sur le revenu. D’autant que l’origine de l’argent serait quelque peu sulfureuse, l’universitaire affirmant avoir été payé pour un rapport sur la mise en place d’une monnaie commune au Venezuela, en Bolivie, au Nicaragua et en Équateur, ce qui donne du grain à moudre à ses principaux concurrents politiques… eux-mêmes englués dans des scandales fiscaux ou financiers tout à fait comparables.

Et puis, tant qu’on parle socialisme et institutions bancaires, difficile de passer à côté de l’onde de choc provoquée par les révélations sur les fichiers bancaires de HSBC.

Chavez, dictateur adulé des socialistes
Comment expliquer qu’on retrouve, dans le top trois des pays dans l’importance des montants placés au sein de la banque, un pays comme le Venezuela où l’humanisme prolétarien et le bon sens socialiste se sont pourtant développés sans l’entrave capitaliste et sous la régulation vigoureuse du célèbre Hugo Chavez d’abord, du magnifique Nicolas Maduro ensuite ? Assurément, seule cette aversion pour l’argent, ce besoin compulsif de libérer l’Homme des contingences matérielles a poussé Alejandro Andrade à déposer religieusement, chez HSBC en Suisse, 11,9 milliards de dollars dont la provenance est pour le moins opaque.

Pour rappel, Alejandro Andrade, c’est cet ancien garde du corps de Hugo Chavez, et qui fut reconverti en tant qu’avocat du Trésor avant d’en prendre la direction de 2007 à 2010, et qui fut président de la Banque de développement économique et social du Venezuela. Nul doute non plus qu’Alejandro, ayant jugé sans doute suffisant les sacrifices réalisés pour son pays, s’est installé à Palm Beach County, en Floride, pour profiter de sa modeste retraite investie dans des chevaux de concours. Décidément, le socialisme permet vraiment de donner à certains une solide chance dans la vie.

Winston Churchill Socialism
Cependant, si l’on comprend trouver le Venezuela chaviste dans la liste des comptes HSBC, et si l’on se souvient que les fichiers bancaires fuités par Falciani contiennent un gros paquet de Français, on ne peut qu’être surpris de ne pas trouver plus de nos hommes politiques qui sont, eux aussi, très socialistes et donc, tous comme les autres, particulièrement prompts à soustraire de leurs comptes et du fisc français cet odieux argent qui encombre leurs pensées et empêche l’honnête homme de dormir apaisé. Cette interrogation est d’ailleurs partagée par Éric de Montgolfier qui s’étonne de la divulgation de certains noms … « mais pas de tous. Pourquoi ce tri ? Bien des questions appellent encore des réponses. » En effet, SwissLeaks n’a livré aucun nom d’hommes politiques français, ce qui, pour des listings datant de 2006 et 2007, paraît surprenant pour une banque qui a absorbé en 2005 le Crédit commercial de France (CCF), réputée pour démarcher les politiciens, notamment dans le Sud.

En attendant que des réponses soient rapidement apportées à ces questions lancinantes et légitimes, on peut tout de même conclure de ces histoires socialistes que nos généreux humanistes ont toujours su conserver les pieds sur terre. S’ils font tous preuve d’une capacité de gestion très particulière en ce qui concerne les finances publiques dont ils ont la charge, et s’ils jouent toujours de malchance lorsqu’il s’agit d’équilibrer un budget municipal ou national, ou même de faire repartir la croissance et l’emploi, ils ont en revanche toujours su déployer une finesse et un entregent décisifs lorsqu’il s’agit de leur propre richesse, de leurs propres comptes (pluriel de rigueur) et de leurs optimisations fiscales.

À vrai dire, cette doctrine politique qu’on applique consciencieusement aux autres mais surtout jamais à soi, cela a quelque chose d’étonnant : le socialisme, vraiment, c’est magique™ !

socialisme magique

HSBC, révolution socialiste et optimisation fiscale

J'accepte les Bitcoins !

12uM4s5x3SomGdC8ZCdg4fpKcQNA2Dg3z1

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Powered by Bitcoin Tips

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


H16 229672 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine