Magazine Culture

Critiques Séries : The Walking Dead. Saison 5. Episode 10.

Publié le 17 février 2015 par Delromainzika @cabreakingnews

The Walking Dead // Saison 5. Episode 10. Them.


Et voilà comment The Walking Dead pourrait bien combler une partie de ce dont elle manque. C’est en tout cas ce que laisse présager la fin de cet épisode, une lueur d’espoir parmi tant d’autres et pourtant une belle lueur à mon humble avis. Mais cet épisode est aussi un symbole de tout ce qu’incarne cette série. Et c’est même fait avec brio. Je sais que beaucoup ont du mal avec cette saison 5 de The Walking Dead mais ce n’est pas du tout mon cas. Il y a une scène presque biblique dans cet épisode où tous les personnages se retrouvent dans une grange à tenir la porte de la grange afin de protéger le bébé qu’ils ont délicatement déposés dans le foin. Cette scène est l’une des plus belles scènes de tout l’histoire de The Walking Dead. Elle est tellement touchante et pleine de symboles qu’elle apporte à la série et surtout à cette saison un vrai sens. Dans cet épisode, nous arrivons à un moment où nos personnages préférés sont épuisés par leur voyage. On les voit à un moment de cet épisode réellement en train de perdre de la vitesse, épuisés et transpirants alors qu’une horde de zombies est en train de les suivre. C’est normal d’arriver à un stade où l’on en a marre, où la difficulté de la vie prend le dessus sur le reste et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est terriblement touchant.

Cet épisode est là aussi pour montre que ces héros que l’on suit sont des humains avant tout, qu’à un moment sur un tel chemin, on est épuisés, d’autant plus qu’ils vont devoir encore et toujours tuer des zombies. Car les zombies il y en et en aura maintenant toujours. Il y a une scène encore très touchante c’est ce moment où dans le coffre d’une voiture il y a un zombie qui représente le corps d’une femme qui était attachée et bâillonnée. On suppose donc qu’elle avait été kidnappée. C’est face à la cruauté humaine qu’ils sont là aussi confronter et c’est ce sur quoi The Walking Dead cherche à mettre l’accent. La première partie de l’épisode parvient donc à réellement montrer à l’écran l’épuisement général, la chaleur qui frappe à longueur de temps et le fait que les personnages sont complètement perdus. Il n’y a pas besoin de dialogues, c’est d’ailleurs pour cela qu’ils ne sont pas très travaillés et qu’ils ne racontent presque rien. Ce n’est pas le but de cet épisode, tout simplement. Il n’y a plus rien de nouveau chez ces personnages, l’épisode montre à quel point ils sont arrivés à se construire une sale routine qui n’a vraiment rien de bon pour chacun. Tout cela c’est jusqu’à ce qu’un orage arrive et s’abatte sur l’endroit où ils sont.

L’orage va être d’une telle violence qu’ils vont devoir se cacher dans une grange afin de protéger le bébé. La scène est encore une fois pleine de symboles et cela fonctionne très bien dans ce sens là. Je ne m’attendais pas du tout à ce que cet épisode soit aussi nouveau pour The Walking Dead, aussi efficace d’un point de vue structurel mais également par rapport à ce qu’il cherche à nous raconter car The Walking Dead veut nous raconter quelque chose dans cet épisode, tout simplement. Le cauchemar biblique (car le symbole est clairement là, planant au dessus de l’épisode dès son début) s’arrête au moment où un homme arrive, comme une lueur d’espoir, leur disant qu’il peut venir les aider. C’est en tout cas ce que suggère ce qu’il dit mais aussi sa façon d’apporter le message, le sourire jusqu’aux lèvres. Finalement, cet épisode de The Walking Dead est l’un des plus beaux épisodes de toute l’histoire de The Walking Dead. Il y a tout un tas de symboles différents, tous les magnifiques les uns que les autres et le plus intéressant c’est que cela fonctionne à merveille bien évidemment. Dans l’attente du prochain épisode, je garde avant tout un excellent souvenir de celui-ci….

Note : 10/10. En bref, biblique.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte