Magazine Politique

Une thérapie de choc contre le système

Publié le 21 février 2015 par Plusnet
Une thérapie de choc contre le système Quelques jours après le départ du président Viktor Ianoukovitch, en février dernier, Pavlo Sheremeta fut appelé au Saint des Saints pour servir en tant que ministre de l’Économie. Son mandat principal : attirer du financement étranger pour aider l’Ukraine, en grande difficulté. En août, ayant constaté la résistance au changement incrustée dans à peu près toutes les structures de l’État, il donna sa démission. « Je ne pouvais tout simplement rien faire », confie-t-il.
  Depuis, le pays va de difficulté en difficulté. Comme si mener simultanément des réformes tous azimuts et une guerre depuis 10 mois dans l’est du pays n’était pas suffisant — une guerre qui grève de 10 millions de dollars par jour, au bas mot, l’économie ukrainienne —, Kiev doit également gérer une crise économique et budgétaire.
  Des chiffres désastreux
  Les chiffres sont désastreux. Le produit intérieur brut s’est ratatiné d’environ 10 % en 2014, l’inflation a grimpé à 30 % et la hryvnia, la devise nationale, a été dévaluée de moitié par rapport au dollar au cours de cette période. Et la dégringolade se poursuit allègrement depuis le début de l’année. La dette, elle, plombe les finances de l’État, dont la survie dépend à présent de l’aide financière internationale.
  Pris d’assaut de tous côtés, le gouvernement ne pourrait-il pas mettre certaines réformes en jachère, le temps de régler les dossiers les plus urgents ? « C’est le meilleur temps pour faire des réformes », répond sans hésiter Pavlo Sheremeta, aujourd’hui revenu à ses premières amours, à la Kyiv School of Economics. « Je ne sais pas pour vous mais, quand la vie est bonne, je bois de la bière. Je me détends. Je ne fais pas de réformes. Prétendre que c’est impossible parce que les temps sont durs, c’est l’excuse qu’on sert quand on ne veut tout simplement pas en mener. »
  Un système pléthorique
  Installé à Kiev depuis une vingtaine d’années, l’avocat torontois Daniel Bilak, qui a fait ses études en droit à l’Université McGill, a tenté à plusieurs reprises de pousser des réformes au sein de l’État ukrainien. Il a notamment été chef de cabinet de deux ministres de la Justice dans les années 1990, puis conseiller de la première ministre Ioulia Timoshenko en matière de réforme administrative, et du président issu de la Révolution orange de 2004, Viktor Iouchtchenko, pour la réforme de la gouvernance. Aujourd’hui, il conseille pro bono divers membres du gouvernement.
  Après deux décennies de tentatives, le bilan est pour le moins mitigé. « Impossible de décider quoi que ce soit au sein de la bureaucratie, tranche-t-il. C’est comme un millefeuille : ce n’est que couche après couche d’échelons décisionnels. Tout le système, ultracentralisé, est fondé sur le processus, pas sur les résultats. » Un héritage de l’ère soviétique, selon lui.
  Et pour compliquer les choses, « il y a au sein de la bureaucratie un sabotage complet des initiatives visant à réformer l’administration publique. Les gens ne veulent pas perdre leur emploi ! », explique-t-il.
  Le secteur public a besoin d’une thérapie de choc, estime Pavlo Sheremeta, afin de ramener les dépenses de l’État — qui dépassent actuellement 50 % du PIB — à un taux « normal » de 30 %. Les mesures qu’il préconise : déréglementation de l’économie, réduction des taxes, budget équilibré et, surtout, un holà aux subventions titanesques sur le gaz naturel. Les ménages ne paient en effet que le quart du coût réel du gaz — dont plus de la moitié provient de la compagnie russe Gazprom. L’État finance le reste, ce qui représente une facture équivalant à 5 % du PIB. « Quand on paie si peu pour chauffer sa maison, pas étonnant qu’on gaspille autant ! », tonne M. Sheremeta en montrant du doigt la fenêtre ouverte derrière lui, en plein hiver. L’Ukraine est en effet l’un des pays les moins efficaces au monde sur le plan énergétique.
  Une partie des voeux de l’ancien ministre devrait être exaucée. Le Fonds monétaire international a annoncé il y a une semaine qu’il offrirait une aide supplémentaire de plusieurs milliards (voir encadré). En retour, l’institution financière exige que Kiev accélère ses réformes, dont celle dans le secteur de l’énergie. Cette fois-ci, le premier ministre a annoncé que le coût du gaz sera presque multiplié par trois. « Un bon pas en avant, mais il faut continuer », répond M. Sheremeta.
  Plusieurs partisans des réformes, insatisfaits du bilan du gouvernement, misent sur les prêteurs étrangers pour forcer Kiev à aller de l’avant plus rapidement. Or il y a un risque, prévient M. Sheremeta. « Il est extrêmement important qu’aux mesures d’austérité s’ajoutent des investissements qui permettront le retour de la croissance. Autrement, nous pourrions rapidement aboutir à un dénouement “à la grecque” : une austérité sans réformes structurelles et sans croissance. »
Source : LeDevoir

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Plusnet 12554 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines