Magazine Société

Il serait temps d’ouvrir les yeux à défaut du cœur pour voir et comprendre ceux de la rue

Publié le 01 décembre 2014 par Asse @ass69014555

Il serait temps d’ouvrir les yeux à défaut du cœur pour voir et comprendre ceux de la rueJe suis effarée par certains posts semés ici ou là. Je me fâche, je me lâche et je ne mâche plus mes mots...

Il y en a certains sur la toile - que j'imagine bien au chaud, les fesses calées dans leur fauteuil - qui sont bien plus prompts à porter des jugements de valeur taillés à l'emporte pièce d'idées aussi petites que préconçues sur des personnes qui n'ont d'autre choix que la rue, le squat, voire le carré des indigents... que de faire appel à leur mémoire ou à défaut notre histoire.

Il serait grand temps d'ouvrir les yeux - je n'ose imaginer le cœur - pour VOIR et COMPRENDRE ce qu'est la rue aujourd'hui...

    Oui, il y a peut-être quelques personnes qui choisissent d'être à la rue. Je n'en ai néanmoins jamais rencontré qui m'aient démontré qu'il s'agissait d'un VRAI choix. Donc à minima entre deux solutions. Par exemple, " profiter de la charité " ou possibilité de travailler, de payer un loyer et des impôts et de posséder à minima un lit et un frigo sous un toit...
    Si vraiment ceux qui prétendent qu'on peut vivre à la rue au frais de la mairie, du département, de la région ou de l'Etat, qu'ils m'envoient rapidement le mode d'emploi ! A défaut, je les invite à réaliser une petite expérience tout à fait réalisable au vu du temps dont ils semblent disposer à outrance (vu celui qu'ils perdent à déblatérer)...
    - Qu'il fassent une fois la queue aux bains-douches municipaux (après avoir fait la queue dans une asso pour obtenir un kit d'hygiène) et parviennent à se laver en 10' chrono.
    - Qu'ils sortent sans chaussures et tentent d'en obtenir une paire dans un vestiaire après être passés par la case assistante sociale en moins de 3 jours.
    - Qu'ils essaient de contacter le 115 - depuis une cabine téléphonique, pas de triche - et dénichent un hébergement d'urgence.
    - Qu'ils essayent enfin, au milieu de tout cela, de dénicher deux repas par jours sur les lieux de distribution ad-hoc.
    Non, (sur)vivre dans la rue n'est pas un choix confortable. Pour ceux qui douteraient, l'âge moyen d'une personne à la rue est inférieur à 50 ans !
    Oui, il y a en France environ 17 000 roms d'origine majoritairement roumaine qui ne rêvent que de s'intégrer, c'est à dire de trouver un boulot, un toit et de mettre leurs enfants à l'école... Il y a effectivement au rang de ces personnes quelques roublards, quelques voleurs qui profitent dans leur pauvreté de celle des autres. C'est une triste constante humaine...
    Pour les autres, le rêve est tout à fait légitime quand on connaît le sort qui leur est réservé dans leur pays d'origine. Même s'il s'agit ici de résider dans un bidonville. De toute façon la plupart n'ont rien connu d'autre depuis qu'ils sont nés...Bref... Ce rêve est tout à fait réaliste - à défaut d'être jugé souhaitable par nos politiques - au regard des populations que la France a su intégrer en moins d'un siècle pour des raisons du même ordre : 80.000 chinois ; 500 000 espagnols ; 4 millions de portugais ; 5 millions de maghrébins et je ne parle ni des italiens, des africains ou des polonais...
    Avec un taux d'immigrés de 11% de la population, c'est quoi déjà un français " de souche " ? Je rappelle aussi que les bidonvilles de 80 à 400 personnes qui font si peur à certains ne sont rien au regard de ceux qu'ont connus d'autres immigrés quand il a fallu reconstruire la Frane... Et que si on y trouve des rats c'est qu'on oublie trop souvent de venir vider les bennes à ordure qu'on y installe... parfois... pas toujours...
    Oui il y a des salariés qui sont sans-abri ou sdf. Garder un appartement après des déboires financiers qui n'ont rien de honteux (hospitalisation sans mutuelle, séparation d'un couple, dépression...) est de plus en plus fréquent. La chute intervient rapidement. Car garder un emploi au vu des conditions de (sur)vie décrites plus haut est quasi impossible. Sachez cependant qu'au nombre des personnes que nous rencontrons chaque samedi, il y a des ouvriers, des employés, mais aussi un ingénieur aéronautique qui parle 4 langues ; un prof d'université ; un compagnon du devoir ; un agent de police en poste ; des retraités...

Aux auteurs de ces posts qui me donnent la nausée j'adresse, à défaut d'une vaine quête d'humanité, un appel à l'objectivité. Historiquement, aucun pays d'Europe n'est JAMAIS sorti d'une crise sans épidémie mortelle ou sans guerre assassine. Vous pouvez toujours tenter le repli sur soi : ce leurre qui semble préserver du mauvais sort en s'en tenant le plus à distance possible mais qui se retourne toujours contre ses acteurs.

Ou inventer de toute pièce un modèle qui ne saurait plus avoir d'autre nom que PARTAGE et SOLIDARITÉ


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Asse 15027 partages Voir son profil
Voir son blog