Magazine Culture

Critiques Séries : House of Cards. Saison 3. Episode 1.

Publié le 28 février 2015 par Delromainzika @cabreakingnews

House of Cards // Saison 3. Episode 1. Chapter 27.


Après deux saisons prévues, la saison 3 de House of Cards est une véritable inconnue. En effet, quand Netflix a commandé House of Cards, elle avait directement commandé 2 saisons de 13 épisodes. Cette saison 3 est donc un bonus. Le but est de nous raconter ce qui se passe après que Francis ait enfin accédé au pouvoir ultime : la Présidence. L’ouverture de la saison se fait sur la petite visite qu’il rend à la tombe de son père avant de littéralement pisser dessus. J’ai adoré ce moment qui permet de rappeler aussi que House of Cards n’est pas qu’une série intelligente c’est aussi une série qui sait s’amuser de choses puériles en tout genre. Car Francis est quelqu’un de puéril. En tout cas c’est comme ça que je le ressens. Mais la série tente de faire des choses de ses personnages que je trouve plutôt intéressantes. Après avoir passé deux saisons avec Francis, j’ai l’impression que l’on a déjà vu toutes les facettes du personnage. Mais cette saison veut nous démontrer le contraire. La série a toujours été sur la motivation de Francis à accéder au pouvoir et sur la façon dont il tentait d’y accéder. Maintenant qu’il a eu ce qu’il voulait, la série doit évoluer et cette saison est alors assez dangereuse car elle doit complètement renouveler la série.

Elle doit nous proposer des choses différentes. La saison 3 dont donc être sur Francis et sa femme tentant de garder ce pouvoir. Car le pouvoir n’est pas quelque chose de stable comme on a pu le voir dans House of Cards au fil des saisons. Je suis content de voir que la série prend pas la place de Francis comme un acquis. Car il a des ennemis et forcément, ces ennemis ont une place encore importante. Francis doit montrer qu’il est le patron, qu’il peut faire des choix et faire bouger son pays comme il l’entend. Ce n’est pas facile là non plus. Cet épisode sert donc énormément d’introduction parfois un peu maladroite. Ils tentent de montrer le côté féroce de Francis sans que cela soit intéressant car j’ai l’impression que la série en fait un peu trop. Comme si elle avait déjà fait une grande partie de tout ce qu’elle peut faire et qu’elle tentait de nous donner une nouvelle variation du personnage (sans grand succès d’ailleurs). Mais le fait que la série ne se concentre pas que sur les Underwood, six mois après la fin de la saison précédente, est quelque chose que j’apprécie. C’est d’ailleurs ce qu’il y a de plus intéressant dans cet épisode. Les Underwood, on en a presque fait une overdose l’an dernier dans une série qui manquait souvent de surprises.

Ou alors qui fonçait droit dans le mur entre l’ennui et le ridicule des scénarios proposés. La série doit préparer le terrain sur ce que Francis doit faire pour être réélu en 2016 (enfin, élu puisqu’il n’a jamais été élu par le peuple, il s’est simplement retrouvé à la tête du pays à cause d’un concours de circonstances qu’il a bien maîtrisé à sa sauce). Du coup, l’épisode se concentre sur d’autres personnages et Doug est le personnage dont House of Cards avait besoin pour souffler un peu. La série l’exploite de façon judicieuse et sort un peu de sa mécanique bien huilée. Elle nous fait une proposition où l’on doit Doug à l’hôpital, qui se remet doucement de ce qui s’est passé et qui va dans la seconde partie de l’épisode reprendre pied et retrouver la stature de son personnage. C’est par lui que les choses passent et surtout que l’on voit comment l’histoire a évolué depuis la fin de la saison précédente. La plupart des personnages qu’on a appris à connaître l’an dernier ne font que des apparitions brèves dans cet épisode. Mais l’on sent que chacun peut avoir son rôle à jouer dans les prochains épisodes. Cette introduction n’est pas avare en idées mais elle est aussi très fouillis. Disons que l’épisode raconte tellement de choses que forcément, on ne peut qu’être un peu déçu de voir ce début de saison aller dans tous les sens sans trouver de vraie ligne directrice sauf celle du pouvoir que les Underwood doivent tenter de tout faire pour conserver.

Note : 6/10. En bref, une introduction sympathique pour le fait qu’elle ne se concentre pas sur les Underwood mais sur les autres personnages et l’histoire globale. Mais il manque un petit quelque chose.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delromainzika 16081 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog