Magazine High tech

Avec des yeux d’enfants

Publié le 03 mars 2015 par Pierre Martin @cyborgjeff

Alice & Juliette jouent à la WiiUPapa de trois enfants entre 3 et 5 ans, je dois bien avouer qu’il n’est pas si facile de trouver le juste jeu vidéo à proposer à mes enfants ! Certains parents ont choisi d’investir dans des consoles de type « V-Tech » proposant exclusivement des jeux adaptés à l’âge des petits, d’autres recyclent une veille Megadrive de quand ils étaient enfants, ou la Nintendo DS du grand frère. Certains laissent à leur progéniture l’iPad de papa ou enfin profitent de l’occasion pour faire entrer à la maison la console dernière génération : Wii U, Xbox One ou Nintendo 3DS.

Car au fond, à cet âge, qu’importe vraiment la puissance de la bécane et l’éblouissement des graphismes, non ? Ce qui compte, c’est de pouvoir jouer comme les grands, de s’amuser et de se sentir emporté dans un autre monde, celui du jeu. Mais aussi d’apprendre, de persévérer, de progresser, de réfléchir… d’être fier d’y arriver !

J’ai pour ma part fait l’impasse des V-Smile et autres Froggy, à mes yeux trop restrictives et commerciales, et j’ai tenté les diverses autres options, m’arrêtant régulièrement sur des titres liés aux dessins animés tels que Mickey (Megadrive), Cars (GBA), Les Schtroumpfs (GBA), Kirby (Wii), Swampy le crocodile (iPad).

Il est vrai que l’univers de Disney est clairement le mieux adapté pour mettre en scène des jeux vidéo dédiés aux enfants. Tout simplement parce qu’un film Disney, c’est un peu comme un contrat de confiance pour nous, parents ! D’autant qu’il faut bien avouer que des tests de jeux pour enfants – des vrais tests et pas trois lignes dans le journal de La Ligue des Familles – on en trouve très rarement ces dernières années. C’est bien simple, ce nouveau Planes 2 dont je vais vous parler, personne n’en parle, tout juste existe-t-il une petite page sur le site de Nintendo et une flopée d’images de la jaquette. Alors pour l’équipe Press Start, CJ et fils en ont fait le tour ! (Article dispo : http://www.press-start.be/2015/02/planes-2-avec-des-yeux-denfants/)

Planes 2 - 3DS
C’est très simple, Rusty, notre champion du monde du ciel, s’est décidé à être pompier et a pris la direction des grandes forêts du nord pour rejoindre l’équipe de Rescue Rangers du Parc national de Piston Peaks ! Si mon petit bonhomme ne s’est absolument pas posé la question de savoir le pourquoi de tout ceci avant de décoller, je vous avouerais que pour ma part, je nous ai programmé une petite séance en VOD afin de regarder le film Planes 2, très chouette qui plus est, afin de mieux m’immerger dans l’aventure !

Après avoir laissé virevolter mon petit gars dans les airs, j’ai à mon tour pris mon envol pour les missions de sauvetage. Si l’on peut se permettre de ne pas savoir lire la mise en situation de l’histoire, il faut au moins lire les ordres pour comprendre ce qu’il faut faire ! Remplir d’eau ses réserves, repérer les arbres en flamme, larguer l’eau au bon endroit, partir aider des promeneurs perdus, changer de véhicules, soulever des arbres… On ne peut pas dire que les actions ne soient pas variées, mais elles se montrent tout de même plus que répétitives pour moi au fil des missions. Ceci dit, papa peut les comprendre en lisant les instructions à l’écran. La petite voix digitale « Je peux le faire » de Rusty accompagnée de flèches de couleur est-elle suffisante pour un enfant ?

Ne tournons plus autour du pot ! Mettre Planes 2 – 3DS entre les mains d’un joueur averti comme moi le rendra rapidement irritable inutilement ! Dans un premier temps, j’ai trouvé les temps de chargement beaucoup trop longs pour un jeu de ce genre et au bout de quelques secondes, j’ai de suite désactivé la 3D totalement inutile et trop marquée. Si le concept est extrêmement simple dans le premier niveau : aller faire le plein d’eau dans le lac et lâcher cette dernière sur les arbres en feu pour éteindre l’incendie, la prise en main se montre extrêmement frustrante. Tout d’abord piloter Rusty est assez perturbant pour un habitué de ce genre de vue, mais surtout la précision des zones d’interactions est assez obscure… Vous passerez donc de longs moments à larguer de l’eau à coté du feu. Rien que cela aurait découragé les meilleurs d’entre vous. Mais tâchons de persévérer, tel Rusty dans le film… Au bout de plusieurs minutes, je finis par enfin arrêter l’incendie. Malgré cette prise en main si peu intuitive, j’ai senti par moments que je contrôlais mon zingue, alors pourquoi ne pas tenter de réussir la mission dans le temps imparti ? En effet, les développeurs vous proposent à chaque mission de réussir cette dernière sous un certain chrono afin de débloquer des coupes, un concept à la mode ces dernières années ! Mais mettre 2 minutes 30 pour éteindre un feu quand il vous faut 12 minutes avec de l’entraînement… Franchement, je ne vois pas vraiment comment je pourrais y arriver et encore moins comment je pourrais être motivé à recommencer la mission pour aller plus vite ! Et d’abord on gagnerait quoi de plus ?

Planes 2 - 3DS
Au fil des niveaux, vous allez pouvoir alterner avec d’autres personnages pour arriver au bout des missions. De quoi apporter temporairement un peu d’intérêt supplémentaire, comme avec Windlifter, un hélicoptère pouvant soulever des arbres abattus sur le chemin. La conduite d’un hélicoptère est d’ailleurs tout de suite plus naturelle, mais à nouveau la précision d’action est mise à mal pour atteindre des objectifs.

Alors, si papa a du mal, imaginez votre bonhomme ! Lui qui a déjà si facile à zapper d’un truc à l’autre, lui qui va dans ce monde où l’on zappe tout et tout le temps ! Ma foi, quand on bute sur un niveau de Super Mario ! On a cette envie de savoir comment sera le niveau suivant ? Parce qu’aucun niveau de Mario n’est le même… Alors qu’ici, quoi qu’il arrive, on n’arrivera jamais à réussir la mission dans un temps « record »… et la 5° mission ressemble comme deux gouttes d’eaux à la 4° ! On décolle avec Rusty, on repère les flammes, on remplit d’eau son réservoir, on essaie d’éteindre les flammes pendant 5 bonnes minutes, on repart en repérage, on découvre un incendie plus important, on fait intervenir un autre personnage, on éteint l’incendie, on repart en repérage, on découvre un personnage bloqué par un arbre, on fait intervenir Windlifter, on soulève l’arbre, on le dépose dans l’eau, on repart en repérage… Et au bout de vingt minutes on se dit : mais sarcrebleu, elle est bientôt finie cette mission… Pas le choix, il faut la finir si l’on veut au moins sauvegarder tout le temps passé sur cette mission !

Mais au fond, mon Charly, il en pense quoi ? Parce que ce jeu, il est tout de même conçu pour des enfants !

Charly joue à Planes 2 sur 3DS

Vous l’aurez constaté dans cette vidéo, Charly ne se tracasse pas de la qualité vidéo, du son et des rendus 3D. Ce qui l’intéresse tout d’abord, c’est de retrouver des personnages qu’il connaît. Ce qui lui plaît dans le jeu ? Voler, conduire l’avion, le voir réagir à ces actions sur la console, qu’importe si les commandes n’ont pas la précision que moi, adulte expert, j’aurais aimé. Lui, enfant, apprend à maîtriser son personnage. Il a assez vite compris qu’il fallait suivre les flèches, recharger de l’eau et idéalement la vider sur les incendies… mais cela l’amuse autant de simplement voler et visiter la « zone de jeu ». Enfin, élément qu’il trouve particulièrement amusant, pouvoir changer de personnage !

Bref, Disney remplit sa mission, il offre un jeu auquel mon fils prend plaisir à jouer et me demande régulièrement de pouvoir y rejouer !

D’ailleurs, je ne sais pas vous, mais quand j’étais gamin, je n’avais pas vraiment besoin d’avoir de la variété dans mes jeux. Mon Game & Watch Donkey Kong Jr, j’y jouais des heures, il n’y avait qu’un seul niveau… et c’était la course aux points ! Il y avait aussi des jeux auxquels je jouais avec persistance afin d’atteindre le niveau suivant, rien que pour en découvrir la musique ! Bon malheureusement, dans Planes 2, il y a de quoi être déçu coté bande son. Tant dans le générique, le menu ou le jeu, nous avons droit à une boucle orchestrale du thème principal du film ! Ah on aurait pu au moins nous glisser AC/DC, parce que dans le film quand même, ça mettait une sacrée ambiance… Mais on nous l’a peut-être gardé pour le 10° niveau ? Vous y croyez ?

Alors, tout en m’acharnant à éteindre les incendies, je me suis souvenu de ce temps où je découvrais moi aussi le monde du jeu vidéo avec de grands yeux d’enfants. Nous sommes alors dans la deuxième partie des années 80 et le Commodore 64 familiale avait commencé à avoir une place privilégiée devant la télévision chaque fois que les vacances arrivaient. Notre oncle nous apportait à l’occasion de nouvelles disquettes et nous pouvions « zapper » d’un jeu à l’autre jusqu’à trouver celui qui nous inspirait ! Oh, zapper était un bien grand mot, puisqu’il ne fallait pas ici attendre 10 secondes de trop pendant que la console décompressait en mémoire son niveau, mais plutôt de longues minutes durant le chargement des données sur la disquette voire la K7 pour les moins bien lotis !

C’était mieux avant ?

Choplifter Animation C64 Wiki
Ce jour-là, je m’étais arrêté sur Choplifter, un jeu de Broderbund Software sorti en 1982. Graphiquement, on avait déjà vu mieux ! Un hélicoptère blanc sur fond noir se promenant dans une zone de combat de 3 ou 4 écrans. Pas la moindre musique, juste quelques piouw piouw bawawawawww, il est certain que Choplifter ne mettait pas vraiment en avant les performances du Commodore.

Alors, c’est très simple, vous voici dans l’US Army en plein conflit. À bord de votre hélicoptère, vous allez devoir porter secours à quelques civils perdus sur le champ de bataille. En général, ceux-ci se cachent dans des bâtiments et devraient vous faire signe afin que vous puissiez les localiser. Une fois posé l’hélico à proximité, vous pourrez les faire embarquer à bord afin de les ramener en zone alliée. Mais soyez vigilant, les chars ennemis pourraient venir troubler votre mission !

Voilà un concept assez sympa et même novateur pour mon expérience de petit joueur de l’époque. Mais le challenge était surtout d’arriver à piloter ce foutu hélicoptère. En effet, les tirs portés à l’ennemi se font en fonction de la direction de votre appareil, vers la gauche ou vers la droite ou encore vers le bas si vous êtes en vol stationnaire. Cependant, il ne suffit pas de changer de direction pour inverser le sens de votre hélicoptère, il faut appuyer sur le bouton de tir de manière bien synchro pour passer en stationnaire ou dans le sens inverse… Voilà qui deviendra vite très délicat, d’autant qu’il n’est pas rare, durant ces phases d’errance, qu’une balle perdue vienne à tuer un civil. Si les sprites à l’écran (votre hélico et les chars ennemis) sont assez grands, cela reste malgré tout difficile d’éliminer un char en vol stationnaire sans se faire soi-même descendre. Et bien évidemment, une fois posé, vous n’aurez le temps que d’embarquer 2 ou 3 petits bonhommes avant l’arrivée de l’ennemi.

Vous l’aurez compris, le gameplay de Choplifter est ardu et d’autant plus difficile pour le petit gars que j’étais à l’époque. Les performances ou les musiques du jeu n’apportaient pas de motivation à mon aventure… Et pourtant, je m’amusais à ce jeu. À m’imaginer sauveteur en hélicoptère, à essayer d’emporter le plus de petits personnages dans ma base et voir ce qu’il y avait après le premier niveau, puis le deuxième.

La GBA c'est tout aussi bien non ?
Charly a-t-il vraiment besoin que Planes 2 soit irréprochable ? Il est heureux à prendre les commandes de Rusty et tomber à l’occasion sur un incendie, à apprendre par lui-même qu’il peut remplir sa jauge d’eau et qu’il a plutôt intérêt à la vider ensuite sur le feu plutôt que n’importe où. Qu’imagine-t-il dans sa tête quand il joue à ce titre ? Oui graphiquement, le jeu aurait pu tourner sur DS voire sur GBA d’ailleurs, mais mon fils n’est-il pas déjà content de pouvoir jouer sur la console à laquelle il n’avait pas droit jusqu’ici ?

Non, Planes 2 n’est pas un mauvais jeu, mais aux yeux d’un connaisseur, il n’a clairement pas le niveau. Il sera peut-être difficile de justifier son prix de 39 euros auprès d’un parent face à de nombreux titres souvent gratuits disponibles sur l’AppleStore, mais ce prix comprend ce contrat de confiance Disney quant au contenu adapté à un enfant et Nintendo quant à une console adaptée à nos fripouilles !


Tags:3DS, années 80, C64, Charly, Choplifter, Commodore 64, Dessins animés, Disney, Donkey Kong, enfants, Game & Watch, gameplay, génération, hélicoptère, Jeux vidéo, Swampy

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierre Martin 1181 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines