Magazine

Dîner-test Restaurant Iperiber Paris

Publié le 04 mars 2015 par Esther Baruchel

Caché dans la rue de Montmorency, non loin du métro Etienne Marcel et du Centre Pompidou, se trouve un restaurant espagnol très tendance : Iperiber.

Exit le rouge carmin et la musique « Flamenco », on est accueilli avec sobriété et professionnalisme par Hugues Chapal, le maître des lieux. Issu de l’aéronautique, le restaurateur franco-espagnol a parfaitement réussi sa reconversion en ouvrant Iperiber il y a maintenant deux ans. Il faut dire qu’il a su dénicher une jeune chef très talentueuse, Gloria Fernadez Lago : elle a fait ses classes dans de prestigieuses écoles de cuisine espagnoles, d’où sortent de nombreux chefs étoilés.

Dans une ambiance design mais tout de même chaleureuse, grâce aux tons marrons et jaunes qui réchauffent l’atmosphère, un superbe dîner nous est servi, loin des clichés des bars à tapas conviviaux mais sans grand raffinement.

Le repas débute sur une entrée typique de salaisons ibériques : jambon et lomo Serrano, saucisson et chorizo de Bellota, pain à la tomate. Ni gras, ni trop salé, tout simplement parfait. Nous dégustons aussi la Txistorra, une saucisse chaude au goût extrêmement fin, médaillée d’or en Espagne. Et on comprend pourquoi : on est proche du plaisir que procure la cuisine de restaurants étoilés. Enfin, on nous sert le fameux jambon de Bellota, appellation Guijuelo, 58 mois d’affinage. Le patron en est très fier, et à juste titre, le fondant de ce jambon rarissime est incomparable. Ces entrées sont accompagnées d’un vin blanc Chardonnay, domaine Coto de Hayas, et d’un vin rouge Bozeto 2013 – cépages grenache, tempranillo, graciano, domaine Exopto.

Saucisse Txistorra

Saucisse Txistorra

jambon et lomo Serrano, saucisson et chorizo de Bellota, pain à la tomate

jambon et lomo Serrano, saucisson et chorizo de Bellota, pain à la tomate

Ensuite, vient une très moelleuse lotte à la plancha, sauce à la tomate rotie, fricassée de légumes. Cuisson sans reproche, on sent le vrai goût de chaque ingrédient, naturel et frais. Mais aussi la Presa de porc pata negra, pimientos del padron, pommes de terre. Rosée, la viande est extrêmement tendre et on ne devinerait pas qu’il s’agit de porc. Servie avec un vin rouge Fontal crianza 2011, cépage Tempranillo, cabernet.

Presa de porc pata negra, pimientos del padron, pommes de terre

Presa de porc pata negra, pimientos del padron, pommes de terre

La soirée se poursuit et on se laisse porter par les mets raffinés, le calme du lieu, la gentillesse du patron qui raconte l’histoire de chaque plat avec passion. Vient l’heure du dessert, et quel dessert ! Si les Tostas de chocolate, huile d’olive, sel sont surprenants pour un palais français, la Torrija briochée, glace au lait d’amande est à se damner, avec son subtil parfum d’orange caramélisée ! J’ai presque regretté d’avoir pris deux demi-desserts, tant j’aurais aimé que le deuxième soit plus copieux. Et ce, malgré un dîner très généreux.

La chef vient nous saluer, presque timide, avec modestie. C’est l’occasion de la féliciter avec sincérité sur cette merveilleuse expérience culinaire.

Menu déjeuner à tarif très étudié (entre 16,5 et 20 euros), menu du soir à 33 euros en semaine. Et à la carte, compter 40 euros en moyenne pour une entrée, un plat et un dessert, hors boissons.    

Pour réserver :
IPERIBER
46 Rue de Montmorency
75003 Paris
01 42 72 18 10


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Esther Baruchel 846 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte