Magazine Environnement

Les Kangourous mal aimés

Publié le 29 mai 2008 par Nathalie Jouat

kangourou

400 kangourous en moins et hop ! L’Australie en a marre de la surpopulation marsupiale et décide de trancher : la capitale Camberra sera allégée de 400 sauteurs/boxeurs d’ici le début de l’été.

C’est une honte me direz-vous ? Et pourtant c’est une association de défense des animaux qui a approuvé cette décision devant l’ampleur de la prolifération des kangourous.

Comme toujours l’homme a sa part de responsabilité dans cette situation.

Les kangourous sont une espèce endémique australienne, ils sont donc parfaitement accoutumés au climat parfois rude de l’île-continent et se reproduisent de façon très rapide. Lorsque les premiers colons sont arrivés en Australie, (les convicts : prisonniers britanniques) ils ont apporté avec eux l’agriculture et l’élevage, pour se développer et se nourrir. Les dingos, une autre espèce endémique de chiens sauvages, tuaient les moutons par centaines, trop contents de voir arriver de la nourriture facile et regroupée à portée de crocs. Les colons très irrités ont décimé une grande partie de la population canine locale, pour protéger les troupeaux. C’est ainsi que le principal prédateur du kangourou fut chassé, laissant libre court à l’espèce de proliférer de façon ravageuse.

Un autre phénomène est à l’origine de la surpopulation des kangourous : la réduction de leur niche écologique. Les kangourous sont résistants, mais ce n’est pas pour autant qu’ils supportent sans broncher les 45 degrés estivaux du « bush » australien (le désert). Ils se concentrent donc naturellement vers les côtes et le sud et comme par hasard c’est là que les hommes ont installé leurs villes et leurs champs (des champs de la taille de la Belgique parfois !!). On assiste donc en Australie a un problème de répartition des kangourous sur le territoire. Quand j’habitais à Sydney, je me souviens des vociférations des gens aux alentours qui râlaient de voir trop de kangourous. Pourtant, lorsque je me suis rendue à Alice Spring, en plein centre rouge du pays, les kangourous rares sur cette prairie lunaire de terre rouge étaient protégés et recueillis dans des centres de survie en ville. Quel paradoxe !

kangourou2

Qu’est ce qui fait aujourd’hui que les associations de protection des animaux hurlent au scandale ? Je vais peut-être me faire lyncher avec ces quelques lignes, bien que vous sachiez combien j’aime les animaux, mais les kangourous ne sont pas abattus comme de pauvres bêtes sans défenses ! C’est un problème de communication, les australiens auraient peut-être mieux fait de déclarer la chasse ouverte avec des quotas ?

En France des milliers d’animaux sont tués chaque année pendant la période de la chasse, des animaux parfois plus rares que les kangourous en Australie !

On estime à 30 millions la population des kangourous, comparés aux 400 qui vont-être abattus. Certains disent même que cette décision prise à contre cœur est faite pour les empêcher de mourir de faim car il n’y a plus assez de nourriture dans la nature pour tout le monde.

Une chose est sûre, la viande de kangourou étant comestible, commercialisée et plutôt bonne, espérons que ces animaux abattus repartiront dans la chaîne alimentaire …


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nathalie Jouat 21 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte