Magazine Maladies

Substituts nicotiniques

Publié le 13 mars 2015 par Anne-Sophie Delepoulle @sosphamanet

interdit-de-fumer

Les substituts nicotiniques réduisent l’envie compulsive de fumer en épargnant une sensation de manque trop importante

Ils sont indiqués dès que les résultats du Test de Fagerström dépassent le score de 4,  mais attention, la réussite du sevrage dépend du dosage et de la bonne utilisation du substitut nicotinique

Voici quelques conseils pour en faire une bonne utilisation

Conseils sur les substituts nicotiniques

Les substituts nicotiniques sont-ils dangereux? SelectAfficher

Les substituts nicotiniques permettent d’apporter de la nicotine sous une forme moins dangereuse que le tabac car contrairement à la nicotine de la cigarette qui est absorbée très rapidement via les poumons, la nicotine des substituts nicotiniques passe lentement dans la circulation sanguine. De plus elle est administrée sans aucun produit toxique.

Le pouvoir carcinogène de la cigarette n’est pas lié à la nicotine, mais aux 4000 autres composés chimiques présents dans la fumée. La toxicité cardiovasculaire du tabac est essentiellement liée au pouvoir vasoconstricteur de la nicotine inhalée et au monoxyde de carbone.

Les dégâts respiratoires résultent de l’action de la fumée, irritante pour tout le tractus respiratoire, et de la nicotine inhalée qui entraîne des spasmes des petites bronches.

Les substituts nicotiniques permettent donc de diminuer les symptômes provoqués par le manque de nicotine que le fumeur peut ressentir au début de l’arrêt.

Comment agissent les substituts nicotiniques ? SelectAfficher

  • En fumant régulièrement, le nombre de récepteurs nicotiniques du cerveau augmente

  • Quand le fumeur quitte la cigarette, la privation de nicotine au niveau des récepteurs entraîne inévitablement des symptômes de manque.

  • La nicotine thérapeutique comble ce manque en se fixant sur les récepteurs nicotiniques.

Indications des substituts nicotiniques SelectAfficher

  • Indispensables si votre score au Test de Fagerström > ou égal à 5. Indiqués si test >4

  • A partir de 15 ans (sur prescription médicale)

  • A partir de 18 ans sans prescription médicale

  • Tous les substituts nicotiniques sauf les patchs, peuvent être utilisés pour les patients désirant dans un premier temps réduire leur consommation tabagique

  • Le traitement doit être poursuivi au long cours, jusqu’à 6 à 12 mois, avec diminution par paliers progressifs (réduire les formes orales et utiliser les patchs dosés à 7mg et 5mg).

Contre-indication des substituts nicotiniques SelectAfficher

coeur-tensio

Contre-indication des substituts nicotiniques: Infarctus du myocarde en phase d’instabilité

Trouver le bon dosage SelectAfficher


Les tabacologues recommandent en général 1 mg par cigarette. Ainsi, un fumeur qui fume un paquet par jour, aura besoin de patch à 21 mg/24h. Il est possible d’associer deux substituts nicotiniques (patchs et comprimés à sucer par exemple. Il est parfois nécessaire d’adapter les posologie et les dosages de substituts nicotiniques en fonction des troubles ressentis sous traitement

Signes de sous dosage

  • Pulsion de fumer
  • Compensation par de la nourriture
  • Nervosité irritabilité
  • Difficulté de concentration

Signes de surdosage

(beaucoup plus rare)

  • Insomnies, cauchemars, anxiété, comportements violents
  • Palpitations, fibrillations auriculaires, modifications de la pression artérielle
  • Bouche pâteuse
  • Diarrhées, nausées, vomissements
  • Céphalées, vertiges, étourdissements, somnolence
  • Syndromes pseudogrippaux, myalgies

Substituts nicotiniques et grossesse SelectAfficher

grossesse

Pendant la grossesse, le respect des règles hygiéno-diététiques est indiqué en première intention, avant tout traitement. En cas d’échec, il faut préférer les médecines douces ou comportementales.
En dernier recours, on peut prendre des substituts nicotiniques pendant la grossesse:

  • Préférer les formes orales aux patchs.
  • Si vous utilisez des patchs (en cas de nausées ou de vomissements liés à la grossesse par exemple), prendre des formules 16 heures

La nicotine n’est ni dangereuse pour la future maman, ni pour le bébé. C’est la fumée de cigarette qui est toxique.

Substituts nicotiniques et allaitement SelectAfficher

allaitement3
En cas d’échec des médecines douces ou comportementales, on peut prendre des substituts nicotiniques pendant l’allaitement

  • Les patchs sont déconseillés du fait de la constante délivrance de nicotine libérée
  • Prendre une forme orale juste après la tétée et au moins 2 heures avant la tétée suivante pour limiter l’ingestion par l’enfant

Remboursement des substituts nicotiniques SelectAfficher

L’Assurance Maladie rembourse, sur prescription médicale établie par un médecin ou une sage-femme, les traitements par substituts nicotiniques à hauteur de 50 € par année civile et par bénéficiaire.
Pour les femmes enceintes, ce montant est de 150 €.
Depuis le 5 septembre 2014, les jeunes de 20 à 25 ans peuvent également bénéficier d’un forfait de remboursement de 150 €.

Retrouvez plus de renseignements sur www.ameli.fr

Les différents substituts nicotiniques

Patchs nicotiniques SelectAfficher

Indications des dispositifs transdermiques

14mg/24h pour les Fagerström <5
21mg/24h pour les Fagerström>ou = 5
25mg/24h pour les fumeurs fortement dépendants
Niquitin® patchs, Nicoretteskin®, Nicoretteskin® 25 mg/16h…

Les formes 16 heures sont utilisées en première intention en cas de grossesse ou en cas d’insomnie
Nicoretteskin®

Équivalence des dispositifs transdermiques

21mg/24h = 15mg/16h
14mg/24h = 10mg/16h
7mg/24h = 5mg/16h

Conseils sur les patchs

Les patchs sont à appliquer le matin sur une peau saine, sèche et glabre (sans poils); par exemple tronc, partie supérieure du bras… Une transpiration importante peut décoller le patch. Préférer alors un substitut oral. En cas de réaction allergique locale, mettre les patchs de préférence sur le ventre.

  • Les patchs 16 heures doivent être retirés au coucher, les patchs 24 heures doivent être retirés et remplacés au matin. Le patch commence à agir environ 30 minutes après sa pose: Astuce! prendre une forme orale en attendant que le patch fasse son effet!
  • Il faut rester minimum 3 semaines par palier et rester encore 3 semaines sur ce palier à partir du moment où l’on ne ressent plus l’envie de fumer avant de baisser de palier. Durée du traitement minimale 3 mois, maximale 6 mois. Ne pas brûler les étapes au risque de rechuter!
  • Les dispositifs transdermiques transparents laissent davantage passer la lumière. En cas de sensation de brûlures, de picotements lors d’une exposition solaire, arrêter momentanément le traitement ou mettre le patch sous le tee-shirt ou le maillot.
  • En cas d’insomnies, cauchemars, ou de troubles du sommeil: retirer le patch 2h avant le coucher
  • En cas de palpitations, céphalées, nausées, vomissements: possibilité de surdosage, réduire le dosage.
  • En cas d’érythème, sensation de brûlure, prurit sur la zone de contact: changer de marque ou appliquer une pommade antihistaminique (allergie au gel)
  • Il est inutile d’enlever son patch juste avant de fumer une cigarette car la nicotine reste présente dans la couche superficielle de la peau pendant encore au moins 2 heures après l’avoir retiré
  • Si l’envie de fumer est trop forte, il est préférable d’augmenter les doses plutôt de que « craquer »…

Attention
La dose de nicotine contenue dans un patch peut intoxiquer gravement un enfant; bien replier le patch avant de le jeter car il contient encore de la nicotine.

Astuce: si votre patch se décolle, vous pouvez le fixer avec un adhésif (Opsite® flexifix…)

Méthode « Prépatch »

Cette méthode prépare le fumeur à l’arrêt définitif en débutant le programme par l’utilisation d’un patch 21mg/24h ou 14mg/24h selon sa dépendance) chaque jour pendant 15 jours, tout en continuant à fumer mais en réduisant progressivement sa consommation de cigarettes.
Après 2 semaines, le fumeur arrête définitivement le tabac et continue à utiliser le patch en diminuant peu à peu le dosage, le sevrage définitif survenant normalement après 10 semaines.

Formes à sucer SelectAfficher

Comment utiliser les formes à sucer?

Les gommes, les comprimés sublinguaux et les pastilles ne sont pas à croquer , mais à laisser contre la paroi buccale car la nicotine avalée est détruite par l’estomac; elle doit être résorbée par voie sublinguale.

Effets indésirables des formes à sucer

En début de traitement : irritation de la bouche ou de la gorge s’atténuant habituellement à la poursuite du traitement. Céphalées, nausées, vomissements, gastralgie, hoquet, toux, palpitations, sécheresse de la bouche, rhinite. Rarement: troubles du rythme cardiaque, réaction allergique. Comme tous les médicaments et confiseries contenant des sucres non absorbables (sorbitol, maltitol…), possibilité de diarrhée en cas d’apport important

Gommes

Indications

  • 2mg pour les Fageström <5
  • 4mg pour les Fageström >ou = 5

Initiation: 8 à 12 gommes/jour. Posologies dégressives de 2-3 gommes/paliers, après plusieurs semaines. Traitement sur 6 mois (12 maximum).

Croquer et garder contre la joue durant 1 à 3 mn avant de mâcher. Mâcher la gomme pendant 30 mn. Ne pas avaler tant que la nicotine est dans la bouche, tant qu’il y a les picotements.

Précautions d’emploi:

Ne pas utiliser si infection ou inflammation buccale (candidose, gingivite, stomatite et pharyngite); ni en cas de prothèse dentaire. Pas de boissons acides ou de café dans les 15 mn précédent la gomme (absorption de nicotine modifiée)

Nicorette® Fruits Gommes à mâcher, Nicorette® Menthe fraîche gommes à mâcher, Nicorette® original gomme…

Comprimés sublinguaux

  • 1 cp toutes les 1-2h pour les Fageström <5
  • 2cp toutes les 1-2h pour les Fageström >ou = 5

Initiation: 8 à 12 cp/jour. Maximum : 30/jour. Posologies dégressives de 2-3 cp/paliers, après plusieurs semaines. Arrêt du traitement quand on arrive à 1-2cp/jour.

Précautions d’emploi:

Placer sous la langue ou contre la joue, et laisser fondre (30mn). Ne pas avaler tant que la nicotine est dans la bouche, tant qu’il y a les picotements

Pas de boissons acides ou de café dans les 15 mn précédent la gomme (absorption de nicotine modifiée)

Niquitin® comprimés, Niquitin® minis…

Pastilles à sucer

  • 1 pastille toutes les 1-2h pour les Fageström <5
  • 2pastilles toutes les 1-2h pour les Fageström >ou = 5

Initiation: 8 à 12 pastilles/jour. Maximum : 30/jour.

Posologies dégressives de 2-3 pastilles/paliers, après plusieurs semaines. Arrêt du traitement quand on arrive à 1-2cp/jour.

Précautions d’emploi:

Ne pas croquer. Ne pas avaler tant que la nicotine est dans la bouche, tant qu’il y a les picotements. Pas de boissons acides ou de café dans les 15mn précédent le comprimé (absorption de nicotine modifiée)

Spray buccal SelectAfficher

Le spray pour pulvérisation buccale peut être utilisé pendant toute la période de sevrage à condition de ne pas dépasser quatre pulvérisations par heure.

Inhalateurs SelectAfficher

inhalateur
Les inhalateurs (Nicorette® Inhaleur) privilégient la gestuelle car ce dispositif se présente comme un porte cigarette. Ils s’utilisent chaque fois que l’envie de fumer apparaît sans dépasser 12 cartouches /jour.

10 à 12 bouffées d’inhalateur = 1 bouffée de cigarette en quantité de nicotine. Une cartouche dure 20 à 80 mn selon la fréquence et l’intensité des aspirations. Quand l’envie de fumer ne se fait plus ressentir, vous pouvez diminuer progressivement le nombre de cartouches sur une période de 6 à 12 semaines.

Ne pas inspirer trop profondément

Effets secondaires fréquents:

  • Effets irritatifs ORL: irritation de la bouche et de la gorge, sinusite, congestion nasale, bouche sèche
  • Céphalées,
  • Nausées, vomissements, gastralgie, hoquet,
  • Toux,

Indication des inhalateurs

Pour les Fagerström <7: 8 à 12 cartouches par jour. Ne pas dépasser 12 cartouches /jour

Contre indications des inhalateurs

Contre indiqué si problèmes respiratoires (asthme, toux).

Pour les Fagerström >7: la dose est insuffisante et donc l’usage des inhalateurs est déconseillée.

Cigarette électronique ou e-cigarette SelectAfficher

rp_e-cigarette.jpg

Actuellement la HAS ne recommande pas la cigarette électronique comme outil de l’arrêt du tabac en l’absence de données sur son efficacité et son innocuité. Toutefois si un fumeur désirant arrêter a commencé à vapoter, il ne doit pas être découragé dans sa démarche.

Plus d’infos sur Cigarette électronique


 

La sélection de votre pharmacien

tabac sélection

fleche-haut
Anne-Sophie DELEPOULLE (Dr en Pharmacie), www.sospharma.net, ma pharmacie en ligne

Dernière modification le: mar 13, 2015 @ 17 h 57 min


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anne-Sophie Delepoulle 115 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte