Magazine Cinéma

French cancan

Publié le 15 mars 2015 par Dukefleed
French cancanDu spectacle en technicolor
Henri Danglard est un homme qui compte dans le music hall parisien du début du XXème siècle. Après avoir monté « Le paravent chinois » et « La Reine blanche » ; il se lance dans un grand projet qui deviendra « Le Moulin Rouge ».Très romancé et destiné à faire un film grand public ; Jean Renoir célèbre son retour en France après 15 ans d’exil outre atlantique par un film haut en couleur. Fils de son père, il met à l’honneur tout au long du film les impressionnistes (Toulouse Lautrec / Degas / et son père) via des affiches et des tableaux mis en scène comme des toiles. Grand technicien de la profondeur de champ et de la ruche de personnage sortant et entrant dans le cadre ; il exploite ici à fond le technicolor. « La belle époque » est un support rêvé pour ce nouveau procédé. Il rivalise ici, à la française, avec les grandes comédies musicales US. Nombreux sont les artistes de music hall à venir faire une apparition ; à commencer par Gabin et s’en suivront Piaf, Patachou, Philippe Clay et Cora Vaucaire pour entonner une célèbre chanson qui entrera dans notre patrimoine, « La complainte de la butte ».Nostalgique de son enfance, il recréé aussi un Montmartre populaire et temple du music hall comme les moins de 100 ans ne l’ont jamais vu. Cinéaste aussi dur avec la bourgeoisie, il oppose ici les bourgeois parlant de placement financier dans le domaine artistique aux vrais saltimbanques (Gabin ici) ne pensant qu’à leur prochain projet. Gabin, ici, est un homme tourné à 100% vers le spectacle ; ils passent de relation amoureuse en relation amoureuse au gré de ses projets et des potentiels qu’ils dénichent chez quelques jeunes femmes. Et celles-ci doivent suivre ; il ne sera jamais un homme en charentaise. Le final montre bien à travers la dernière salve de dialogue et le feu d’artifice final que le spectacle passe avant tout.Renoir aussi renoue ici avec une intrigue qui lui est chère et qui a fait son international succès de « La règle du jeu » : la femme hésitant entre trois hommes.Il ne s’agit pas du film le plus écrit de Renoir, mais techniquement c’est irréprochable ; un tantinet désuet, mais du grand spectacle.A voir impérativement
Sorti en 1954

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dukefleed 11 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine