Magazine Rugby

Crusaders – Bientôt la consécration ?

Publié le 17 mars 2015 par Sudrugby

Leur saison 2014

Mine de rien la meilleure saison de la part des Crusaders depuis bien longtemps. Depuis 2011 statistiquement, date de la dernière finale pour la franchise. Mais en réalité, il faut bien remonter à 2008 et au dernier titre pour voir des Crusaders aussi impressionnants. Les Croisés ont comme d’habitude élaboré un rugby au volume de jeu massif et aéré autour d’un pack déroutant de maitrise et de technique et d’une ligne de 3/4 précise et jouant juste. L’axe 9-10-12 a fait preuve aussi bien avec Crotty qu’avec Carter d’une grande intelligence de jeu et d’organisation. Blackadder aura aussi pu compter sur un back three incisif autour du phénomène Nadolo et d’un Dagg revenu quasiment à son meilleur niveau. Pour ce qui est du pack, on notera que même sans nécessairement aligner toujours ses meilleurs éléments, les avants du Canterbury restent parmi ce qui se fait de mieux dans le monde. La profondeur d’effectif a atteint un tel niveau devant que la franchise compte systématiquement trois remplaçants ultra-performants par poste. Une situation quasi unique en Super Rugby, du moins à ce degré.

Pour ce qui est des défauts que l’on peut porter à cette équipe, on notera un début de saison très laborieux, poussif et maladroit. Ceci commence à devenir une habitude pour la franchise mais ça s’explique. Ça rejoint d’une certaine façon ce qui peut se passer actuellement et explique la défaite en ouverture à domicile face aux Rebels puis la claque face aux Chiefs. Les Crusaders fonctionnent en effet à partir d’un collectif ultra-cadré, organisé et qui ne laisse rien aux hasards. Les errements de début de saison ne sont que la résultante de détails encore négligés à ce stade de la saison, d’une organisation d’équipe balbutiante, menant à des maladresses chroniques, notamment dans les transmissions en attaque. On note aussi le choix devenu habituel chez les Saders consistant à épargner pendant le premiers tiers de la saison ses cadres All Blacks. C’est ainsi que par exemple Sam Whitelock ou Kieran Read n’ont repris que le weekend dernier face aux Lions, lors de la 5ème journée donc.

Leur match référence : Crusaders-Sharks (Demi-finale) : 1ère mi-temps ici et seconde ici.

Le staff

Todd Blackadder Super Rugby Crusaders

Todd Blackadder, coach depuis six saisons désormais

Staff technique inchangé du côté de Christchurch. Todd Blackadder reste le head coach de la franchise. A l’aube de sa sixième saison avec les Crusaders, Blackadder n’a toujours pas gagné le moindre titre depuis son arrivée. Le temps commence à se faire long mais on pourra tirer en avantage une connaissance exceptionnelle de son effectif et du fonctionnement de la franchise. Il sera associé à une talentueuse équipe. Tabai Matson s’occupera des arrières, Dave Hewett des arrières et Aaron Mauger des skills. A noter – fait rarissime – que les quatre membres du squad ont auparavant été joueurs des Crusaders ainsi que de Canterbury. En termes d’homogénéité et de connaissance de la franchise, on ne fait pas mieux.

Les transferts

Corey Flynn Stade Toulousain

Corey Flynn est aujourd’hui à Toulouse

L’effectif des Crusaders reste l’un des seuls cette saison à ne pas avoir été chamboulé. Les cadres sont dans une très grande majorité restés et l’effectif s’est même étoffé par des arrivées très prometteuses pour certaines. On regrettera néanmoins le départ du taulier Corey Flynn au talon pour Toulouse. Il apportait sureté et expérience. Les pertes de Zac Guildford (Clermont), de George Whitelock (Panasonic Wild Knights ; Japon), de Tyler Bleyendaal (Munster) et d’Adam Whitelock (Bayonne) peuvent sembler à première vue dommageables. Elles ne le sont que très peu en réalité. Tous n’ont que très peu joué l’an passé (Guildford n’a pas joué du tout) et apportaient même à peine en profondeur de banc. Le vivier de Canterbury compensera ces départs sans problèmes. On note que Rey Lee-Lo est reparti aux Hurricanes et que les espoirs Daniel Lienert-Brown (pilier) et Rob Thompson (ailier) n’ont pas été conservés.

Jone Macilai Northland Super Rugby Crusaders

Jone Macilai, belle pioche pour la franchise

Côtés arrivées du très bon. A commencer par le retour de Robbie Fruean. Parti un an aux Chiefs, le puissant centre/ailier est revenu dans la franchise qui l’a fait connaître. Le talonneur Ged Robinson a signé après une saison en demi-teinte aux Highlanders. Le reste des arrivées se limite à la venue de jeunes espoirs d’ITM Cup. On mentionnera en premier lieu Jone Macilai, véloce ailier fidjien irrésistible avec Northland. Billy Guyton, demi de mêlée finaliste de l’ITM Cup avec Tasman a quitté les Hurricanes et vient se frotter à la concurrence de Christchurch. Les Baby Blacks génération 1994 Richie Mo’unga et Tom Sanders ont été recrutés après de bonnes performances avec Canterbury. Jed Brown (Canterbury), Nathanial Apa (Canterbury), David Havili (Tasman) et Alex Hodgman (Canterbury) ont aussi intégré la franchise. On n’oublie pas l’arrivée de l’ailier japonais Yoshikazu Fujita, lui aussi très prometteur. Jugez-en par vous-mêmes : encore à l’Université il compte déjà 18 sélections avec l’équipe nationale sans être passé par la Top League.

Retrouvez ici les transferts en détail.

L’effectif poste par poste

Ben Funnell Crusaders Super Rugby

Ben Funnell, remplaçant annoncé de Corey Flynn.

Au poste de talonneur, les Crusaders sont donc dépourvus de Corey Flynn. Son départ n’arrange pas Blackadder – loin s’en faut – mais il sera compensé. En premier lieu, Ben Funnell (24 ans) apparaît comme le remplaçant naturel de Flynn. Semi-titulaire aux côtés du All Black depuis quasiment trois saisons, Funnell a bien progressé et a su ajouter à sa mobilité une touche de puissance. Il sera secondé par Codie Taylor (24 ans), bon espoir au poste en Nouvelle-Zélande. Il possède peut-être une plus grande marge de progression que Funnell et paraît sans doute plus dynamique dans les points de rencontre. Enfin Ged Robinson sans être exceptionnel apportera en profondeur de banc et sera titulaire à plusieurs reprises.

Joe Moody Super Rugby Crusaders

Joe Moody, belle révélation depuis deux saisons

Du côté des piliers très grosse profondeur d’effectif. A commencer avec Owen Franks à droite. Considéré par certains comme le meilleur tighthead prop de la planète, Franks est un formidable plaqueur, possède une bonne tenue en mêlée et apporte beaucoup dans les rucks. Nepo Laulala (23 ans) progresse énormément ces dernières années et apparaît comme un backup sûr de Franks. D’autant plus qu’il possède le même style de jeu que l’All Black. Tim Perry peut aussi jouer à droite. A gauche concurrence annoncée entre Wyatt Crockett et Joe Moody. Tous les deux All Blacks, ils apportent beaucoup dans le jeu courant des Crusaders. Les deux se partageront la place de titulaire. Derrière-eux compliqué de se faire une place. Tim Perry sera là pour dépanner et offre lui-aussi un très bon profil. Intégré dans le wider training group, Alex Hodgman (21 ans) cherchera à progresser aux côtés des meilleurs.

Luke Romano Super Rugby Crusaders

Luke Romano de retour après une saison blanche en 2014

Exceptionnel attelage du côté de Christchurch. Et pour cause, avec un duo Romano-Whitelock Todd Blackadder possède dans ses rangs un second row plaqueur, ultra-mobile et technique. Les deux joueurs se complètent, Luke Romano étant très puissant et Sam Whitelock plus mobile et longiligne. Longtemps absent des terrains l’an passé, Romano devra néanmoins retrouver sa forme. Dominic Bird sera aussi une valeur sûre après des débuts extraordinaires en 2013. Il complétera à merveille le duo en sera en ballotage avec Romano. Derrière Johnny Tupou (22 ans) a montré l’an dernier de sérieuses garanties en backup et il devrait être de même cette année. Enfin Scott Barrett (frère de Beauden et de Kane) est lui-aussi à 21 ans un grand espoir et apportera en profondeur de banc. Il fut déjà irrésistible face aux Highlanders notamment en ce début de saison pour sa grande première dans la compétition.

Richie McCaw Super Rugby Crusaders

Richie McCaw, contraint de glisser en n°6 avec Todd.

En troisième ligne même constat les Crusaders possèdent parmi ce qui se fait de mieux dans le sud. Kieran Read sera évidemment numéro 8 et capitaine de la franchise. On note néanmoins qu’il effectue assez peu de matchs en Super Rugby ces dernières saisons et s’économise assez souvent en vue des matchs internationaux. Son début de saison est volontairement retardé. Son sens du jeu, ses skills et son leadership seront néanmoins très appréciés, notamment dans les gros matchs en fin de saison. Luke Whitelock devrait être son backup n°1 et aura fort à faire pour remplacer Read. Il possède un style assez similaire, bien que moins puissant. Au poste de flanker nouveauté cette année bien que déjà aperçue à plusieurs reprises les saisons dernières : Richie McCaw jouera n°6. La faute à Matt Todd qui paraît tout simplement indispensable à la franchise. Gratteur, plaqueur et mobile, il est de tous les combats avec les Crusaders. Ainsi Todd Blackadder repositionne intelligemment McCaw de façon à faire jouer le maître et l’élève ensemble. Ce repositionnement n’est peut-être pas si perturbant que ça pour McCaw car Blackadder a souvent avancé l’idée de considérer indifféremment ses flankers – et non en distinguant côté ouvert et fermé. Ainsi les deux flankers devraient être interchangeables, comme en Afrique du Sud. On retrouvera en quatrième homme de ce back row Jordan Taufua, révélation côté Crusaders l’an dernier à tout juste 23 ans. Explosif, très puissant et bon plaqueur, Taufua a beaucoup apporté et s’engage énormément sur le pré. Il devrait faire de multiples apparitions et peut s’illustrer aussi bien en blindside flanker qu’en n°8. Spécialiste lui au poste d’openside flanker, Jed Brown cherchera à progresser depuis le wider training group et devrait avoir un peu de temps de jeu. Tom Sanders – également dans le squad élargi – pourra lui-aussi être à l’œuvre aussi bien en n°6 qu’en n°8. A 21 ans, il fait partie des grands espoirs au poste en Nouvelle-Zélande.

Andrew Ellis Crusaders Super Rugby

Andy Ellis revient de Top League

A la mêlée on retrouvera Andy Ellis. Largué par la nouvelle génération des Aaron Smith, Perenara, Pulu et cie, Ellis reste compétitif à Christchurch et demeure très apprécié. Assez sobre, il amène précision et fluidité. Son backup habituel Willi Heinz s’est complétement cassé la jambe et manquera tout le Super Rugby. Ainsi Mitchell Drummond, espoir de longue date à Canterbury sera à l’œuvre, comme on a pu le voir en ce début de saison en attendant le retour du Japon d’Ellis. Demi de mêlée performant avec Tasman, Billy Guyton est venu des Hurricanes pour faire office de second remplaçant après la blessure d’Heinz.

Colin Slade Crusaders Super Rugby

Colin Slade a fait l’unanimité l’an dernier à l’ouverture

A l’ouverture, grand débat : qui doit commencer avec le n°10 dans le dos? L’enfant du pays Dan Carter apparaît comme le leader naturel de l’attaque des Saders et ce depuis toujours. Oui mais voilà, Carter fait sans doute un peu moins l’unanimité, surtout que Colin Slade a convaincu tout le monde l’an dernier. Le début de saison est de surcroit très représentatif de l’état actuel de Carter : après un seul match contre les Rebels, Carter boitait déjà avec sa jambe droite qui ne l’épargne pas. Slade est donc bien l’homme providentiel. Et au final la concurrence annoncée Carter/Slade pourrait même être qu’illusoire car il fort possible que Blackadder fasse le choix d’aligner les deux en même temps avec Carter repositionné premier centre, dans la tradition des first five-eight néo-zélandais. Ce fut déjà ça l’an passé en phases finales et en fin de championnat, lorsque Carter est revenu de sa blessure. Utility back, Tom Taylor pourra sans problème dépanner à l’ouverture tout comme l’espoir des Baby Blacks Richie Mo’unga.

Dan Carter Super Rugby Crusaders

Dan Carter sera sans doute davantage centre qu’ouvreur cette année

Au centre on retrouvera l’indéboulonnable Ryan Crotty, désormais indispensable avec sa franchise. Il s’est progressivement imposé avec les Crusaders et compte aujourd’hui parmi les All Blacks. 12 comme 13, Crotty apporte beaucoup par son jeu debout, sa force de perforation et sa vision du jeu. Il pourrait être on l’a dit associé avec Carter dans une paire de centre très technique et passeuse. A l’inverse, Crotty pourra être associé avec le revenant Robbie Fruean, plus explosif. Les deux hommes s’entendent à merveille – c’était la paire de centre en 2013 – et l’association offre une certaine complémentarité. Kieron Fonotia pourra lui-aussi être aligné en second centre. Pas exceptionnel sur le papier, il fut la bonne surprise des Saders l’an passé. Il est appliqué en défense, assez puissant et intelligent dans le jeu. Tom Taylor pourra occuper le poste de premier centre, dans un style assez similaire à ce que Carter peut offrir en n°12, bien que plus sobre. Autres options au centre – il y en a beaucoup vous en jugerez par vous-mêmes – le Samoan Nathaniel Apa (19 ans) et David Havili (20 ans) tenteront d’avoir un peu de temps de jeu. Ce sont deux grands espoirs au poste. Nemani Nadolo peut aussi jouer premier centre, comme c’est le cas avec sa sélection des Fidji.

Kieron Fonotia Super Rugby Crusaders

Kieron Fonotia, utile aussi bien sur l’aile qu’au centre

Aux ailes les Crusaders pourront compter sur le phénomène Nemani Nadolo. Avec 12 essais en 12 matchs de saison régulière, Nadolo fut l’arme fatale des Saders en attaque. Bon finisseur donc, le Fidjien est surtout très puissant (1m94, 125kg). Quelques errements en défense, au pied et dans son placement pourront lui-être reprochés. Sur l’autre aile Fonotia fut le titulaire l’an passé. Il devrait être de même mais certainement pas autant. En effet, Blackadder a en ce début de saison pris l’habitude de titulariser Robbie Fruean à l’aile (avant qu’il se blesse) où il apporte puissance et explosivité. Néanmoins, le head coach semble utiliser Fruean de la sorte pour compenser l’absence de Nadolo. Il est possible que quand Nadolo revienne du Japon Fruean soit davantage utilisé comme centre. Néanmoins Blackadder semble apprécier ce type d’ailier grand champ ayant davantage l’habitude d’évoluer au centre (c’est aussi le cas de Fonotia). En même temps, le prodige fidjien Jone Macilai excellent avec Northland pourrait aussi faire quelques apparitions. Dans le style inverse de Nadolo, Macilai offre vivacité, vitesse de pointe et crochets. Même si lui aussi s’est blessé. Johnny McNicholl pour sa troisième saison désormais aux Crusaders sera également sollicité. Le Japonais Yoshikazu Fujita pourrait aussi se révéler et offre beaucoup en profondeur de banc. Nafi Tuitavake est une autre bonne option, comme il l’a montré en début d’année dernière. Nathaniel Apa peut aussi jouer ailier. Comme au centre, les Saders possèdent énormément de possibilités. La concurrence jouera à plein, concurrence saine pour la qualité et l’osmose du groupe.

La place d'Israel Dagg est menacée en équipe nationale

La place d’Israel Dagg est menacée en équipe nationale

A l’arrière on retrouvera Israel Dagg qui aura fort à faire pour sauvegarder une place stable de titulaire pour la coupe du monde avec les Blacks. Cela passera nécessairement avec les Crusaders avec qui il a réalisé ces deux dernières saisons de moins bonnes performances. Johnny McNicholl peut aussi jouer arrière ainsi que Tom Taylor, le premier relançant bien, le second étant plus utile au pied et dans l’animation. Colin Slade peut aussi pourquoi pas jouer arrière comme ce fut le cas lors du match d’ouverture cette année face aux Rebels, lorsque Dagg était absent. Enfin le jeune Richie Mo’unga cherchera à progresser depuis le wider training group. C’est un bon espoir et s’est révélé l’an passé aussi bien avec les Baby Blacks qu’avec Canterbury.

Notre pronostic

On le répète chaque année : les Crusaders sont plus que personne les éternels favoris au titre. La règle peut paraître redondante mais elle reste vraie. A fortiori cette année, les Crusaders semblent plus que jamais pour le titre. On l’a dit plus haut, la franchise sort de l’une de ses meilleures années depuis bien longtemps. Elle a réellement construit une osmose de groupe. Les Fonotia, Nadola, Taufua et autres Moody furent les bonnes surprises l’an dernier et les Todd, Crotty, Whitelock, Slade semblent dans la forme de leur vie et mène à merveille les reines de l’équipe. Leur leadership ne fait plus de doute. Blackadder semble également au sommet de la maîtrise de son groupe et le jeu proposé semble rodé dans les plus petits détails. Alors ne vous étonnez pas si les Saders sont encore dans la seconde moitié de tableau fin mars. Les Crusaders sont un diesel et prennent du poil de la bête au fur et à mesure que les échéances passent. Les phases finales forment l’apothéose de la forme du groupe. Les Saders y sont littéralement redoutables. La défaite d’un souffle 33-32 face aux Waratahs le montre : l’exploit est dans les gènes des Croisés. Un nouveau est attendu cette année, début juillet.

L’équipe type probable

1. Wyatt Crockett – 2. Ben Funnell – 3. Owen Franks – 4. Luke Romano – 5. Sam Whitelock – 6. Richie McCaw – 7. Matt Todd – 8. Kieran Read – 9. Andy Ellis – 10. Colin Slade – 11. Nemani Nadolo – 12. Dan Carter – 13. Ryan Crotty – 14. Robbie Fruean – 15. Israel Dagg

Crusaders Super Rugby Jersey


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sudrugby 8172 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines