Magazine Info Locale

Les Semeurs / Isabelle Esposito

Publié le 16 mars 2015 par Mainsdoeuvres

BIOGRAPHIE
Isabelle Esposito s’aperçoit assez vite qu’un théâtre dit “naturaliste” ne l’intéresse pas. Lorsqu’elle voit pour la première fois la guerre représentée au théâtre, elle ne croit ni aux cris, ni aux chutes, ni aux acteurs. Elle se met alors à rêver d’un autre corps d’acteur. C’est en travaillant longuement et solitairement sur “ La dernière fiancée ”, l’histoire d’une femme qui petit à petit découvre chaque partie de son corps, bouche, langue, doigts…qu’elle commence à trouver l’embryon de sa démarche. Dès lors son travail se resserre, elle décide d’obstruer la bouche pour redonner la parole au reste du corps. Comment créer un corps-tentative, un corps toujours en recherche, qui ne peut pas se reposer ? Comment mettre le chaos dans le corps de l’acteur ? Comment faire parler sa peau, la tendre comme un tam-tam pour qu’elle résonne ? Voilà les questions qui guident son travail. Le temps du théâtre doit être un moment de vie profonde, voracement partagé. Le Théâtre des Semeurs cherche d’une certaine manière à regoûter le temps, comme si la scène était une plaque sensible qui capterait le temps, ses odeurs, ses sensations.

L’INFO INSOLITE
À venir ...

PROJET DÉVELOPPÉ A MAINS D’ŒUVRES
Les Semeurs ont également conçu, en plus de leur travail de création autour de la pièce « Moignon pourri », le projet de déambulation dans la ville « les Jumelles », censé explorer d’une façon ludique et en lien direct avec les habitants la mémoire industrielle de la ville de Saint-Ouen.

  • Les Traversées dans le cadre du festival Les Jalouses (7 et 8/05)
  • Celles qui marchent (Du 10/0/05 au 15/12/05) Interventions Hors les murs

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mainsdoeuvres 11250 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine