Magazine Société

L’obsession linguistique

Publié le 30 mai 2008 par François Collette

tak.1212140262.jpg 

L’obsession linguistique de la Flandre est bien connue, même à l’étranger. Dès lors, faut-il une nouvelle fois en parler, vous bassiner avec cette histoire belgo-belge ridicule et mesquine à l’heure de l’Europe ? Bien sûr que oui ! On n’en parlera jamais assez car cela va bien au-delà du ridicule et du mesquin. 

Cette arrogante obsession linguistique, au mépris des rapports du Conseil de l’Europe, de l’Union européenne et de l’ONU, n’est pas qu’un simple chauvinisme culturel pour une langue peu parlée dans le monde. Liée à l’inattaquable « droit du sol », elle est le criant reflet d’un repli nationaliste de mauvais aloi, « d’une sorte de fascisme non-violent » pour reprendre la vision du New York Herald Tribune.

Reprenons quelques exemples bien d’actualité :
- le refus par la tutelle de nommer trois bourgmestres francophones démocratiquement élus en périphérie de Bruxelles pour non-respect de l’usage des langues ;
- l’exigence linguistique du « wooncode » (code du logement) pour obtenir un logement social en Flandre ;
- l’obligation de connaître le néerlandais pour être en mesure d’acquérir un immeuble ou un terrain dans certaines communes flamandes (Zaventem et Vilvorde) ;
- l’interdiction de plaine de jeux aux enfants ne parlant pas le néerlandais (Liedekerke) ;
- l’obligation de supprimer tous les termes en français sur les panneaux « travaux » (Hal) ;
- l’obligation de notifier en néerlandais leur expulsion aux sans-papiers interceptés à Brussels Airport car situé en terre flamande ;
- l’obligation de doter les bibliothèques publiques des communes « à facilités » de 80 pc de bouquins en néerlandais alors que les citoyens sont majoritairement francophones ;
- l’interdiction faite à la Communauté française de Belgique de financer les associations francophones de Flandre.

Ma conclusion est simple : est-il encore possible de vivre en harmonie entre Flamands et francophones dans ce petit pays dénommé « Belgique » ? Si oui, faudra qu’on m’explique. Si non, qu’attend-t-on pour en finir ?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


François Collette 246 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine