Magazine

Irish stage, back stage 2

Publié le 19 mai 2008 par Tde24
Les 2 et 3 mai, TDE organisait son premier stage de claquettes irlandaises à Nontron.
Ce fut dur...très dur pour nos pauvres vieilles jambes (pour la plupart nous avions largement dépassé les 30 ans), mais extraordinaire. Le stage nous a poussé au bout de nous même, au bord de l'épuisement, mais nous a beaucoup appris (voir :
http://tapdanceevenement.blogspot.com/2008/04/rock-stage-back-stage.html pour une courte réflexion sur les stages de danse).
Il était organisé par Didier Whyte pour l' ACD et assuré par Jean-Yves Lacotte, assisté de sa femme Françoise et de son fils Stevie, l'American dancin' school de St Etienne. Qu'ils soient ici remerciés pour leur dévouement et leur gentillesse...mais qu'est-ce qu'ils nous ont fait transpirer!
Pour un débutant, surtout adulte, la difficulté de ces claquettes n'est pas d'abord technique. Une fois que vous savez faire des shuffles, des hops, des leaps (voir le site offjazz pour le vocabulaire des claquettes)....les premier numéros ne sont pas trop difficiles pour peu que vous mémorisiez les enchainements et que vous les travailliez. La difficulté est physique : les hop s'intercalent souvent entre les steps, rendant la danse vite fatigante, les pieds sont constamment posés sur les demi-pointes, croisés en permanence, ce qui imprime (pour moi en tout cas) une légère torsion au genou placé devant.
La seconde difficulté est de mémoriser les déplacements, car les chorégraphies s'inspirent souvent des Ceili des gigues irlandaises : les danseurs se déplacent formant des rondes, des lignes, des formes géométriques se constituant et disparaissant au cours de la danse. Chaque danseur doit donc mémoriser un déplacement qui lui est propre et ne correspondant pas toujours à celui de son voisin. Tous ceux qui ont vu des spectacles de danses celtiques (Rivedance, Lords of the Dance) ont pu en admirer. Certes bien plus difficiles et techniques que ceux que nous avons travaillé, mais là n'est pas le propos.
Outre la danse c'est cet ensemble de caractéristiques qui distingue les claquettes irlandaises des claquettes américaines, ainsi qu'une position, droite, bras tendus, sur les hanches ou mains dans le dos, qui leur donnent une élévation que les premières ont moins souvent, le danseur travaillant plus au ras du sol, jambes souvent fléchis, les bras libres de leurs mouvements.
Voici qui conclut ce quatrième billet.
Que la danse soit avec vous!
P.S. : les photos que vous pouvez admirer ici sont de Bernard Hiez, je l'en remercie.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tde24 Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog