Magazine Coaching sportif

7 bonnes raisons de ne pas jouer au squash

Publié le 02 avril 2015 par Emmanuel S. @auxangesetc

Pourquoi 7? Parce que 7 est un chiffre important dans la Bible et donc pour un chrétien. Et puis, je n'avais pas envie de trouver 10 raisons. Le chiffre 10 est réservé aux 10 commandements qu'on sait même plus lesquels ils sont.

Petit cours de catéchisme vite fait bien fait et toujours gratuit. Dieu a créé le monde en 7 jours (d'où le nombre de jours dans la semaine, CQFD). Le Saint Esprit a 7 dons. Il y a 7 sacrements (dont baptême, mariage, ça vous parle probablement plus que le terme " sacrement "). Il y a 7 archanges de l'apocalypse. Il y a 7 péchés capitaux (dont la luxure, ils avaient déjà tout prévu).

Ce chiffre a d'ailleurs une symbolique plus large, qu'elle soit religieuse ou encore scientifique. La menorah (le fameux chandelier juif) a 7 branches. Les merveilles du monde gréco-romain sont au nombre de 7. 7 est le nombre de chakras dans l'hindouisme. 7 est également le nombre de cieux dans la tradition islamique. Vous voyez, il y en a pour tout le monde! pas de jaloux. Même pas besoin de communautarisme, ce qui est de plus en plus rare de nos jours.

Le nombre 7 est donc LE nombre qui va bien en toutes circonstances. Il va de pair avec la question " Pourquoi diable jouer au squash quand on est par ailleurs coureur à pied voire triathlète intermittent? " .

Voici quelques bonnes raisons pour dire " non " de manière ferme et définitive (ou pas) à ce sport brutal et dangereux pour la santé physique et mentale: 1/ Vous n'aidez pas Man à travailler son mental.

Man est humain et n'aime pas humilier l'adversaire. Il n'ose pas conclure un point quand il croit que la chance l'a aidée au début d'un échange ou même quand il voit son adversaire en galère totale sur un échange (donc assez souvent quand il joue contre moi). Cela ne l'aide pas à se forger un mental en acier trempé pour ses courses. Il doit avoir l'oeil du tigre, cette volonté de conclure rapidement pour achever plus vite son adversaire, sans pitié, sans réfléchir, sans écouter sa conscience. Un peu comme le fait d'arracher un pansement: rapide, d'un coup sec, même si ça arrache les poils avec et que ça fait pleurer les yeux.

Il ne faut pas laisser Man rester aussi gentil, c'est pour son bien, pour son salut.

2/ Vous vous cassez le dos.

Pas idéal la séance de 40mn de squash après avoir nagé 2,7km le matin (oui, petite forme le matin, pour la natation en tout cas). Les chocs dus au surpoids coûtent cher aux lombaires à chaque impact, à chaque démarrage, à chaque roulade pour essayer de sauver ce qui peut l'être pour ne pas être (trop) ridicule.

Au final, vous avez un mal de chien aux lombaires. Vous marchez ensuite toute l'après-midi comme après une soirée dans le Marais qui a mal finie et les vieilles biques du bureau se foutent de votre gueule. Bien fait pour vous aussi, à force de traiter les femmes ayant dépassé la quarantaine de " vieilles " (on a la classe ou on ne l'a pas), c'est finalement vous qui avez besoin d'une canne pour marcher. C'est ce qui s'appelle un juste retour des choses alors que vous avez juste mal. Vous comprenez, c'est juste? Comme le dirait Caliméro Man, c'est vraiment trop injuste.

Une fois rentré chez vous, ce n'est pas fini. Votre femme, cet être qui a promis de vous aimer y compris dans la maladie, la vieillesse et la difficulté, se fout ouvertement de votre gueule et de votre âge. Exemples parmi (tant) d'autres " Ce n'est plus de ton âge hein?" , " Tu ne crois pas que tu devrais faire attention maintenant?" . Dure réalité du mariage.

Et ce n'est pas encore fini!! Après, votre femme se fout de votre gueule par SMS avec votre propre cousine. Sympa la famille...

Et ce n'est toujours pas fini!! Après, votre femme se fout encore un peu plus de votre gueule avec la voisine. Heureusement que votre petite princesse est trop petite pour suivre le mouvement. Pour le moment. Ce sera pour les prochains mois, patience, ça viendra sans aucun doute.

Vous passez donc pour le sportif en carton qui n'a plus les moyens de ses ambitions, aussi minimes soient-elles. Pire que le parti socialiste aux élections départementales. Pathétique.

3/ Vous n'éliminez pas assez de calories

Après le squash, un peu de réconfort. Culinaire bien sûr. Man, à l'usure, accepte de manger chez Hippopotamus. Il est trop gentil, je vous l'ai déjà dit.

A vous donc la côte de boeuf 420g pour vous tout seul, avec béarnaise et pomme au four avec crème fraîche. Les calories ingurgitées dépassent largement les calories brûlées pendant l'effort.

Et si vous suivez bien, j'ai déjà mentionné le surpoids qui cause le mal de dos qui engendre les moqueries familiales. Bref, vous vous tirez vous-même une balle dans le pied en entretenant votre désespoir et votre ridicule. Déjà que votre physique est source de moqueries, vous ne vous aidez vraiment pas. Pourquoi vous faire tant de mal?

4/ Vous vous déshydratez

Pour se concentrer sur la côte de boeuf, il ne faut pas trop boire. Sinon, vous avez le ventre gonflé et la digestion de la viande ultra-saignante est compliquée, surtout avec le pot de béarnaise terminé intégralement. De plus, l'eau gâche le bon goût de la viande.

Au final, après avoir perdu 2,5L d'eau pendant l'effort, vous ne les récupérez pas. Vous vous déshydratez encore un peu plus en confondant de manière naïve transpiration = perte de poids, alors que la transpiration = uniquement perte d'eau et de sels minéraux essentiels au bon fonctionnement de votre petit organisme fragile et vieillissant.

Vous n'aidez pas non plus votre organisme à éliminer les toxines produites par un effort dont vous n'êtes plus vraiment coutumier. Au final, vous ne pouvez plus vraiment faire croire que vous êtes triathlète et/ou sportif. Vos mensonges commencent à se voir. Vous passez (encore) pour un con. Ce n'est pas une bonne habitude à prendre. Si les gens ne vous croient plus sportif, il va devenir difficile de faire croire que vous travaillez bien. Ou que vous travaillez tout court. C'est le début de la fin ...

5/ Vous vous privez d'un weekend de folie

Avec votre mal de dos, fini les folies du weekend. D'un côté, vous évitez une partie du ménage. Quoique votre femme n'est pas dupe et vous laisse quand même nettoyer la salle de bains et les toilettes. Les meilleures parties du ménage en somme...

Pour le kamasutra, il faudra attendre le weekend prochain si ça va mieux. Pas idéal avec le dos bloqué qui vous oblige à rester allongé sur le canapé, immobilisé comme un molusque. Vous ratez donc le samedi soir, soir réservé aux parents et personnes âgées comme moi maintenant (trop risqué de faire des folies pendant la semaine vu le résultat d'une simple partie de squash). Fini le lotus inversé ou la brouette japonaise. Retour aux fondamentaux. Cela tombe bien, le secret du squash réside dans le poignet...

Le pire du pire, vous ne pouvez même pas porter votre petite princesse dans vos bras. Encore plus dur à vivre que le manque du câlin du samedi soir. Impossible de porter le moindre objet et la moindre personne dans les bras. Tout objet lourd est proscrit (j'ai donc dû pisser assis pour cette raison).

6/ Vous souffrez le martyr devant vos potes triathlètes

Le dimanche matin, alors que vous êtes bénévole sur un duathlon pour les jeunes, vous passez pour un pauvre vieux débris auprès de vos potes triathlètes qui vous racontent leur sortie vélo de 110km du samedi, le jour même où vous n'arriviez à peine à vous lever au prix d'un effort surhumain et de gémissements dignes des socialistes au 20h de France2 un soir de défaite électorale.

Pas très viril. Pas très glorieux. Pas très " triathlète ".

Vous souffrez quand vous restez debout à votre poste. Vous souffrez quand vous essayer de remettre en place les barrières. Vous laissez les filles porter les trucs lourds parce que vous avez mal au dos. Même si elles sont jolies et que vous voulez passer pour le gars costaud de la bande.

Bref, encore une occasion ratée de faire croire que vous êtes sportif et costaud.

7/ Vous êtes privé d'entraînements

Bon, c'est sûr, ce n'est pas pire que le câlin du samedi soir, mais quand même, c'est grave. Avec le dos bloqué, impossible de bouger, donc encore moins de faire du sport.

Impossible de faire du vélo. Le cadre rigide reporte les chocs dûs aux aspérités de la route dans les bras et le dos. Le VTT: laissez tomber car justement vous tombez en VTT. Déjà que vous êtes blessé à l'épaule depuis plus d'un mois...

La course à pied: idem. Impossible d'encaisser les chocs, tant en raison de votre surpoids qu'en raison du mal de dos.

Bref, vous l'aurez compris, le squash ça fait mal au dos et engendre tout plein de problèmes de couple et familiaux. Vous avez maintenant toutes les raisons qui vont bien pour dire non et retourner au barbecue manger merguez et chipolatas avec une bonne bière bien fraiche. Le sport attendra, c'est plus sage pour votre santé. Ou alors, essayez le ping-pong, c'est moins risqué.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Emmanuel S. 893 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte