Magazine Bd

Le rapport de Brodeck (T1/2)

Publié le 08 avril 2015 par Un_amour_de_bd @un_mour_de_bd

Chronique : « Le rapport de Brodeck (T1/2) »

scénario et dessin de Manu Larcenet, d’après le roman de Philippe Claudel,

Public conseillé : Adultes / grands adolescents

Style : Récit intime
Paru aux éditions Dargaud, le 10 avril 2015, 160 pages noir et blanc, 22.50 euros
Share

L’Histoire

Forêt profonde, montagne, nuit noire. Un homme arrive dans la taverne, sous les regards lourds des hommes du village. Un regard à la porte, Brodeck se rend compte que « l’Anderer » (l’autre) est mort. Même s’il ne venait que chercher un peu de Beurre, Brodeck se retrouve au centre du cercle. Sa mission : devenir le scribe, celui qui racontera l’histoire de l’autre et pourquoi il est mort ce soir-là…
Pourtant Brodeck n’est pas compteur. C’est un métier et pas le sien. Lui, il ne rédige que de brèves notices sur l’état des forêts, des chemins, des rivières.
Mais voilà, c’est comme ça ! il devient le détenteur, le conteur de l’histoire, en disant “Je”, comme pour ses rapports, en espérant que ceux qui liront le rapport comprennent et pardonnent…

Le rapport de Brodeck (T1/2)
bouton_amazon

Ce que j’en pense


Manu Larcenet est un de ces auteurs majeurs de la jeune génération. Apprécié des lecteurs, récompensé par les professionnels pour ses ouvrages tantôt comiques (“Le Retour à la terre”, “Donjon Parade”, “Une aventure rocambolesque de…”) , tantôt sérieux (“Blast”, “Le combat ordinaire”), il se ré-invente avec l’adaptation du roman éponyme de Philippe Claudel.
Dans une approche très “Roman graphique” (2 tomes de 160 pages, un grand format horizontal, du noir et blanc “pur jus”), il nous offre une oeuvre (désolé, je n’ai pas d’autres mots) “Coup de poing”, où le graphisme fort et puissant résonne avec un récit profondément dramatique.
Lourd, poisseux, sombre, c’est le moins que l’on puisse dire…
Dans son village montagnard, Brodeck est un des rares instruits du secteur. Ce qui le le désigne naturellement (par les autres gars) pour raconter la venue de l’étranger (L’Anderer) et surtout la pourquoi ils l’ont tué. Une situation d’autant plus difficile qu’il est (quasiment) le seul à ne pas avoir participé au meurtre. Doit-il rester neutre, factuel, ou comme chacun l’espère, faire de ce rapport une preuve à décharge et justifier ce meurtre de sang froid ?
Suivant les questionnements et les errances de Brodeck, Larcenet nous invite à suivre son enquête intime et poisseuse, jusqu’aux tréfonds de l’âme humaine.
Émaillant le récit de flash-backs bien lourds (sa détention dans un camp de prisonniers pendant la guerre), il invoque les démons des hommes et leurs pires cauchemars…
Autant l’affirmer, tout de suite : c’est lourd, c’est fort, ça fait mal à la tête et aux boyaux… et on ne sort pas indemne de cette lecture !
rapport_de_brodeck_T1_couv.jpg
rapport_de_brodeck_T1_P01.jpg
rapport_de_brodeck_T1_P02.jpg
rapport_de_brodeck_T1_P03.jpg
rapport_de_brodeck_T1_P04.jpg
rapport_de_brodeck_T1_P06.jpg
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail

Coté Graphisme, j’ai été subjugué par le travail en noir et blanc de Manu Larcenet. Jusqu’à présent, j’avais surtout lu ses albums “comiques”. Même si “Blast” permettait d’entrevoir sa palette d’émotions et sa véritable maîtrise artistique, ce “Rapport des Brodeck” est d’un niveau 10 fois supérieur.
Très formel, (pur “noir et blanc”), son encrage fort et puissant, ses compositions impeccables, ses matières variées, sa gestion des masses blanches et noires, tout désigne un grand-grand dessinateur !
Impressionnant de maîtrise, mais sans jamais céder à la facilité, il s’impose une partition graphique dont je ne me suis toujours pas relevé…
L’encrage marqué aux hachures profondes qui définit le “style Larcenet” donne une expressivité folle à ces gueules. Sous son pinceau, qui se fait plus léger mais toujours aussi précis, la nature s’incarne. Belle, dangereuse, elle devient le reflet de ce monde cruel et sans remords…

Le rapport de Brodeck (T1/2)
bouton_amazon

BD_de_la_semaine_PTI_blue

Cet article fait parti de « La BD de la semaine », hébergé chez « Stephie » cette semaine.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Un_amour_de_bd 11854 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines