Magazine Séries

My Summer Sitcoms (#3-8)

Publié le 28 octobre 2012 par Shoone

My Summer Sitcoms (#3-8)

My Summer Sitcoms (#3-8)

My Summer Sitcoms (#3-8)

Pour un passage à Disneyland, je m'attendais à quelque chose d'un peu plus fou... mais de la tendresse et un centric sur Jay, ça m'allait aussi. Le seul point ennuyeux dans tout ça, c'est le retour de Dylan qui tombe comme un cheveu dans la soupe. Heureusement, il apporte aussi un peu de fantaisie avec lui avec ses retrouvailles en costumes Disney avec Haley. Lily en laisse ça aussi c'était génialement absurde. Je n'ai sinon pour une fois pas été soulé par le duo Phil/Luke, il m'a même touché avec Phil qui envisage pour la première fois sa vieillesse. Le duo Jay/Gloria fait quant à lui des merveilles dans l'humour et l'amour vache et le récit de Jay en mode confession caméra s'est avéré simple mais vraiment attendrissant. Bravo Ed O'Neil.

My Summer Sitcoms (#3-8)

Sur le papier, cet épisode aurait pu totalement me plaire... mais au final je suis un peu déçu. Les divers conflits familiaux me sont parus légèrement forcés, artificiels pour vraiment me faire rire tout du long, surtout avec Cam/Claire et Phil/Mitch. Malgré tout l'idée de ces paires plutôt inédites était la bienvenue. Du côté de Jay et Gloria, le conflit convainc davantage car plus naturel au sein du couple et pas aussi poussif. Puis il est toujours servi par la géniale dynamique de O'Neil et Vergara. Quoiqu'il en soit, pour aboutir à la certes prévisible mais jubilatoire dispute générale du " tableau vivant " d'Alex, ça valait quand même le coup d'introduire toutes ces tensions.

My Summer Sitcoms (#3-8)

Un bon final. Il manquait peut-être juste une scène avec toute la famille réunie mais globalement cela reste un solide épisode qui permet de dire sereinement au revoir aux Pritchett-Dunphy-Delgado-Tucker. Les Dunphy font dans le classique avec leurs filles mais avec des dialogues efficaces, un peu de tendresse, ça tenait très bien la route. Mitch, Cam et Gloria ont eux fait une super combinaison, à la hauteur de l'évènement qu'était le voyage pour récupérer leur bébé adopté. Le twist " telenovelien " n'était peut-être pas adapté à l'esprit de simplicité de la série... mais je trouve qu'un peu de folie parfois ne lui fait pas de mal non plus et au fond, le tout était bien préparé. Il aurait été trop facile par ailleurs que l'adoption se passe si bien et si vite... c'était une bonne manière de dire qu'il est ridicule d'imaginer une adoption possible aussi spontanément. Puis ça nous a donné un vrai bon moment d'émotion entre Mitch et Cam, pas dans l'hystérie comme c'est souvent le cas. Enfin, en plus d'offrir un joli duo inédit et immédiatement attachant, le babysitting de Lily par Jay est arrivé à point nommé pour introduire la grossesse de Gloria. Une belle idée pour donner une couleur un peu plus feuilletonnante à la série et bousculer le train-train qui commençait à s'établir.

My Summer Sitcoms (#3-8)

My Summer Sitcoms (#3-8)

Belle idée que cette parodie d'Ocean's Eleven pour conclure l'intrigue de l'expulsion du study-group. En effet, sous des airs d'épisode concept, l'épisode réussit à reprendre en même temps divers éléments feuilletonnants de la saison, renforçant notre investissement dans le plan des persos. On aurait peut-être juste gagné à aller plus loin dans le délire parce que même si les divers déguisements improbables et répliques absurdes sont sympas, elles restent du niveau d'un Community classique. Chang reste en tout cas très bon dans son rôle de bad guy raté et toute cette histoire aura réussi à bien mieux imposer le rôle du Dean dans la série.

My Summer Sitcoms (#3-8)

En tant qu'épisode lambda, ce Introduction to Finality aurait pu se montrer globalement convaincant. Sauf qu'on est en fin de saison, après un arc extrêmement feuilletonnant et bien mené, et qu'il y avait là même un risque que ce soit l'ultime épisode de la série. Et autant dire que comme series finale, il aurait constitué une immense déception. La construction est archi-classique avec des intrigues " simplistes " laissant les membres du study-group chacun un peu de son côté. Certes on ramène quelques éléments fil-rouge intéressants comme Evil Abed mais la plupart des conclusions proposées semblent légèrement fumeuses et bâclées. Troy reste celui qui s'en sort le mieux avec la fin de son arc sur les réparateurs de clim. On n'hésite pas à aller toujours plus loin dans l'absurdité et le délire... ce qui manquait du côté de Jeff. J'ai apprécié qu'on revienne un peu sur ses motivations originales à Greendale avec le " procès " de Shirley et Pierce, bien vues si jamais l'épisode concluait la série, mais le tout se règle de façon bien décevante. C'est bien beau d'en appeler aux valeurs d'amitié et d'altruisme pour résoudre le conflit, mais c'est tout de même un peu facile et gnangnan. On aurait pu se passer sinon du clip de fin. Même si l'épisode était vraiment le dernier. Ça donne l'impression d'avoir un épilogue bâclé " harrypotterien ", juste pour faire plaisir aux fans. Bref, le pire final de Community.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Shoone 65 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines