Magazine Humeur

Tout fiérots qu’ils étaient.

Publié le 31 mai 2008 par Jlhuss

bhv.1212215106.jpgContents d’eux, rayonnants d’aise, épanouis devant les caméras qui, bien sûr, ne les avaient pas ratés. C’est qu’il y avait de quoi : on n’a pas une idée pareille tous les matins. La Droite menace ! Les conservateurs, néos ou archéos, provoquent. Sarko est à l’Elysée et Darcos rue de Grenelle! Même pas peur ! On va montrer ce qu’on sait faire. On va acheter des blouses grises (le Bazar de l’Hôtel de Ville tient encore cet article). On va se les mettre sur le dos et on défilera bien alignés au milieu du cortège des enseignants en colère. Histoire de bien faire comprendre aux masses, via un message même pas subliminal, que, si ça continue comme ça, on va revenir aux temps horrifiques d’avant les Bourdieusistes, et les Chercheurs en Science de l’Education, quand l’école était un bagne pour enfants, doublée d’une entreprise d’abrutissement des masses.

audiard-1.1212072798.jpg
Une fois de plus, Audiard s’impose : « Les cons, ça ose tout ! C’est même à ça qu’on les reconnaît ! » Ceux là forment une dream-team dont il serait injuste de ne pas saluer la performance. Faire de la blouse grise qui était, c’est vrai, l’uniforme de nos maîtres d’école, le symbole de l’imbécillité bornée et de la réaction absolu, c’est joindre l’ignorance au mépris et se condamner soi-même. Ces aimables jeunes gens et jeunes filles devenus professeur(e)s par la grâce de Lionel Jospin, de Claude Allègre (qui ne songeait pas encore à dégraisser le mammouth ) et de défunte la Fédération de l’Education Nationale, ne savent manifestement pas que, sous les blouses de nos instituteurs et de nos institutrices (lesquelles préféraient le bleu ou le noir) il y avait des êtres humains qui les valaient bien.

ecole.1212187751.jpg
Certes ce n’était pas tous les jours fêtes. Nous avons connu les taloches, les coups de règles, les pensums et les retenues (ne pas se plaindre à la maison si on ne voulait pas voir la peine aggravée en appel). Nous en avons bavé avec les dictées où cinq fautes valaient zéro, les problèmes à robinets et à rallonge, 732 Poitiers, 800 Charlemagne, 1515 Marignan (de loin la plus facile), Creuse préfecture Guéret (parce que Creuse mon petit lapin ton trou dans les guérets) et la suite… J’arrête là, les contemporains compléteront, les autres imagineront. Comme dans chaque groupe humain, les maîtres d’école avaient leurs brebis galeuses, incapables, feignants ou francs salauds. Mais, à côté de cette détestable minorité, il y avait l’immense majorité des autres. Inégalement ouverts, humains, talentueux et savants mais tous persuadés qu’ils étaient là pour former des hommes et des citoyens et ne regardant pas à leur peine pour y parvenir.

On a du mal à l’imaginer aujourd’hui, mais ces dinosaures assuraient trente heures de cours par semaine, sans compter, pour beaucoup d’entre elles et d’entre eux, l’encadrement des cantines (qu’ils avaient souvent contribué à créer, comme d’ailleurs les colonies de vacances et les centres aérés alors appelés patronages) et celui des études dont la fréquentation était quasi obligatoire à partir du cours moyen. Avec cela, ils avaient leurs préparations, revues d’année en année, leurs piles de cahiers corrigés avec une précision proche de la maniaquerie, leurs tableaux noirs dont l’utilisation, branche maîtresse de leur science pédagogique, était ce que j’ai connu de plus proche du rocher de Sisyphe et leurs manuels qui compensaient la rareté des illustrations par une typographie dont la clarté n’était pas la vertu principale. Par-dessus tout, ils avaient une grande vertu qu’ils devaient à leur recrutement et à leur formation (1). Elle faisait leur force. Ils pensaient que tous les enfants, exactement tous, devaient et pouvaient apprendre. Leur devise était : « Il n’y a pas de mauvais élèves, il n’y a que de mauvais maîtres. » Dois-je dire qu’aujourd’hui, j’ai la pénible impression qu’à force de parler « cas », « handicap socio-économique » et « diversités culturelles » on en a inversé les termes et qu’ « il n’y a pas de mauvais professeurs des écoles, il n’y a que des enfants en difficulté ». Et qu’on ne vienne pas bassiner avec des problèmes d’immigration quelqu’un qui a fait ses classes dans l’école pouilleuse de sa ville entre un paquet d’Italiens, quelques Espagnols et une poignée de Polonais tous primo arrivants et dont certains ont pris quelques années plus tard la place leurs vieux mait’d'école.

instit-blouse-grise.1212073643.jpg
Qu’on ne s’y trompe pas. Je ne regrette pas cette époque. Nous savons aujourd’hui des choses que ces maîtres ignoraient et dont il serait absurde de ne pas tenir compte. Même si je déteste certains chercheurs, experts autoproclamés es école moderne, Trissotin de la pédagogie et Mascarille de l’éducation, je reconnais sans hésiter qu’il serait ridicule de ne pas écouter ce qu’ont à dire les spécialistes du cerveau ou les sociologues sérieux. Les temps changent, changeons avec eux, mais ne méprisons pas ceux qui sont venus avant nous. Nos prédécesseurs n’étaient pas tous des saints laïcs, ils n’étaient pas non plus les crétins bornés qu’on ridiculise au hasard d’une manif. Ces maîtres et ces maîtresses, qu’on caricature avec tant de désinvolture, ont été capables sans ZEP, sans réseaux d’aide spécialisés, sans personnes ressources et sans Philippe Meirieu de mener à bien l’alphabétisation de la France et de mettre en marche un ascenseur social devenu plutôt poussif par les temps qui courent. Comment ne pas comprendre que la meilleure façon de défendre l’école de la République c’est d’essayer avec les moyens et les connaissances d’aujourd’hui, d’en faire au moins autant, et mieux si possible, avec ou sans blouse grise.

Chambolle

allegre-parapluie.1212072358.jpg
(1) Je ne pardonne pas à Jospin et Allègre, déjà cités, d’avoir réduit à presque rien le recrutement d’enseignants issus des milieux populaires en liquidant les Ecoles Normales. Ces établissements devaient, bien sûr, évoluer, mais, fixer le concours d’entrée à la licence alors même qu’on sait que la part des étudiants venus de familles d’employés, d’ouvriers et de paysan (soit, tout de même, la majorité de la population) est, à ce niveau ridiculement bas, c’est faire que le nombre d’enseignants venus du peuple soit ramené à pas grand chose, ce qui, en termes de coupure sociale et d’incompréhension entre la Nation et son école ne peut avoir que des conséquences dramatiques. Un exemple pour illustrer ce propos : Plus du tiers des élèves de la classe d’école normale de ma femme, promotion 65/68 étaient des filles d’immigrés de la première génération. Dans ce même établissement devenu, une vingtaine d’année plus tard, IUFM, j’ai compté, entre 1990 et 2000 très exactement deux étudiants d’origine maghrébine . Cherchez l’erreur. Quand vous l’aurez trouvée, composez une rédaction sur ce dicton populaire : « L’Enfer est pavé de bonnes intentions ».


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Aujourd’hui, c’est Liège-Bastogne-Liège !

    Si vous ne le savez pas encore, je vous l’apprends : je suis très amateur de courses cyclistes depuis ma tendre enfance ardennaise. Lire la suite

    Par  François Collette
    SOCIÉTÉ
  • “Résister c’est créer, créer c’est résister…”

    Aujourd’hui étaient les obsèques de Germaine Tillion. Stéphane Hessel a fait un beau discours. En farfouillant sur le net autour de ces deux grands... Lire la suite

    Par  Frédéric Joli
    HUMANITAIRE, SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ
  • Le Président bling bling, c’est ter-mi-né !

    Il n’est plus “bling-bling” le Président. Laminé par les sondages qui le poursuivent sans relâche, il est rentré dans le rang de sa fonction tout empreint de... Lire la suite

    Par  François Collette
    SOCIÉTÉ
  • La belle histoire d’Oncle Paul

    Paul Grossrieder quittera la présidence de la plateforme européenne des ONG, VOICE en septembre prochain. Retraite… Je l’ai vu samedi, au Sénat où il intervenai... Lire la suite

    Par  Frédéric Joli
    HUMANITAIRE, SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ
  • La doctrine en c’loque

    Je reviens à peine du colloque organisé par l’AFDA et l’Université Nancy II, avec le soutien de l’IRENEE, du Conseil régional de Lorraine, du Conseil général... Lire la suite

    Par  Nufroftsuj
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Qui veut m’aider ?

    J'ai idée de créer et de mettre en place deux sites qui, par les temps qui courent, pourraient s'avérer très utiles à tous ceux qui combattent ou veulent... Lire la suite

    Par  Louis
    CULTURE, LIVRES, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Guaino a maillé Sarkozy à l’Histoire

    Ainsi donc, au coeur de l’été, quand l’actualité est théoriquement en veilleuse, Nicolas Sarkozy qui n’en rate pas une – merci mon bon Guaino – a sorti de... Lire la suite

    Par  François Collette
    SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Jlhuss 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines